Logo ={0} - Retour à l'accueil
Journées Européennes du Patrimoine des 21 et 22 septembre 2019

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine des 21 et 22 septembre 2019, parmi les innombrables propositions offertes sur le territoire, la Région Bretagne a sélectionné une cinquantaine d’initiatives remarquables : visites sensorielles, chantiers de restauration, ouvertures exceptionnelles… Toutes témoignent de la passion des très nombreux Bretons qui s’engagent toute l’année pour faire vivre le patrimoine.

Profitez de ces suggestions pour vivre autrement ce week-end patrimonial ! : venez consulter les coups de coeur de la Région

 

Et participer au 1er "Glad-Trotteur"! Cette année la Région innove et propose avec l'association "Croix et Calvaires de Bretagne", de devenir "glad-trotteur", un arpenteur du patrimoine (Glad signifiant patrimoine en breton) et de partir à la recherche de ces monuments qui jalonnent carrefours, routes et chemins en Bretagne.

Pour participer à cette 1ère édition , il suffit de télécharger l'application mobile sur Google Play (plus d'infos sur patrimoine.bretagne.bzh ou croixbretagne.fr/Ccb/) puis se laisser guider. Une fois inscrit, il n'y a plus qu'à géolocaliser la croix ou le calvaire, à intégrer une photo (ou davantage), et à saisir, si possible, quelques informations (description, date ou anecdote). Un clic.. et c'est transmis !

 

« Recenser, étudier, faire connaître » André Malraux

Plus de 130 000 dossiers ont été constitués depuis la création du service régional de l'Inventaire en Bretagne en 1964 : textes, photographies, plans, cartes, reproductions de documents anciens alimentent un fonds de données patrimoniales exceptionnel, véritables archives architecturales et formidable outil de connaissance des territoires. 

Compétence de la Région depuis 2004, les enquêtes d'Inventaire sont conduites par des historiens de l'architecture accompagnés de photographes, dessinateurs, documentalistes...

Parce qu'il est essentiel de rendre largement accessible la connaissance produite, le portail patrimoine.bzh permet à chacun d'accéder à ces dossiers. Ceux-ci regroupent des données historiques ainsi que de nombreuses observations relatives à la datation, aux matériaux, au statut de la propriété, à la nature de la protection des édifices répertoriés, à l'intérêt de l’édifice ou de l'objet, et sont abondamment illustrés... Si la méthodologie de l'Inventaire du patrimoine est commune à tous, ces 130 000 dossiers ont été réalisés à des périodes et dans des contextes différents ; la richesse de leur contenu peut donc être variable.

Certains d'entre eux, encore au format papier (avec toutefois des notices succintes dans les bases nationales) feront - dès que possible - l'objet d'une conversion en dossiers électroniques et diffusés sur ce site. 

 

Focus sur :

 La statuaire du Christ aux outrages

Présentation de la commune de Minihy-Tréguier

Présentation de la commune de Saint-Hélen

Présentation de la commune de Coatréven

Inventaire du patrimoine culturel maritime des estuaires de Tréguier et du Trieux

Lycées de Bretagne (enquête thématique régionale en cours...)

Patrimoine des sports (enquête thématique régionale en cours...)

Présentation du patrimoine dansé et vestimentaire de Bretagne

Présentation du patrimoine bâti maritime du Parc naturel régional du Golfe du Morbihan

Présentation de la commune de Tréguier (enquête d'Inventaire en cours)

Les fortifications littorales du milieu du 19e siècle dans les îles de Bretagne Sud (1830-1870)

Inventaire du patrimoine des communes de Rennes Métropole

Inventaire des commanderies templières et hospitalières de Bretagne

Les moulins à marée de Bretagne

Inventaire des fours de goémoniers de Bretagne

Les patrimoines maritimes et estuariens du Pays de Morlaix

Postes d'aiguillage de la gare de Rennes

Yvonne Jean-Haffen et l'Inventaire du patrimoine : regards croisés

Lumière sur

Maison dite "Maison Guillerm" 8 rue Lamennais (Tréguier)

Cette luxueuse maison d’habitation comprenant dix chambres a été rénovée et agrandie en 1904 par l’architecte parisien Émile Brunet (architecte parisien nommé Architecte en chef des Monuments historiques) pour le maire de Tréguier Jules Guillerm. Chaque enfant du couple Guillerm – ils sont cinq - peut ainsi disposer de sa propre chambre : les chambres des plus petits étant voisines de celles des domestiques. Du perron, on entre dans un grand vestibule donnant accès, d’une part au salon et au jardin d’hiver situé en enfilade, d’autre part à la cage d’escalier monumental donnant sur les chambres. Depuis le grand vestibule, se fait la communication avec la partie ancienne du logis. Construit en brique avec ornementation en carreaux de grès à décor floral et de coquilles, le jardin d’hiver présente une couverture en béton ornée de carreaux de céramique découpés en écailles de poisson. Les ouvertures sont dotées de vitraux Art nouveau tout en lignes courbes… La commande réalisée par l’architecte s’inscrit parfaitement dans son temps avec un décor de style Art nouveau pensé dans les moindres détails qui reflète la richesse du commanditaire. Les sols en mosaïque sont attribuables à l’atelier Odorico, le décor du salon est de Pierre Seguin sculpteur et professeur à l’École des Art décoratifs de Paris, et les pièces de ferronnerie d’Émile Robert, ferronnier d’art réputé. L’intervention de cet architecte a pu être identifiée grâce à deux planches du projet d’agrandissement conservées sur place.

En savoir plus…