Logo ={0} - Retour à l'accueil

Alignement de trois logis, la Ramée (Le Châtellier)

Dossier IA35048915 réalisé en 2010

Fiche

Destinationsdépendance
Dénominationslogis
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Saint-Brice-en-Coglès
AdresseCommune : Châtellier (Le)
Lieu-dit : la Ramée
Cadastre : 1833 A2

En 1833, lors de la réalisation du premier cadastre communal, le village de la Ramée était composé de deux alignements, de deux et trois logis, ainsi que de plusieurs autres bâtiments indépendants. A l'emplacement de ce bâtiment, se trouvait à cette époque un alignement de trois logis qui correspond encore aux bâtiments actuels. La partie de l'alignement qui a le mieux conservé ses dispositions d'origine est la partie centrale. Les caractéristiques architecturales de cette partie permettent d'en faire remonter la construction au milieu du 17e siècle. Ainsi, la taille réduite des ouvertures, les grilles en fer forgé des fenêtres, l'appui saillant de celle de l'étage de la façade postérieure ou encore la poutraison de forte section et le décor de la cheminée attestent de cette époque de construction. Ce bâtiment était originellement composé de deux pièces à feu superposées ; les cheminées étaient situées sur le pignon est. Le rez-de-chaussée et l'étage étaient divisés en deux parties : une pièce à feu à l'est et une pièce sans feu à l'ouest, même si les partitions intérieures n'existent plus aujourd'hui, notamment au rez-de-chaussée. Les pièces à feu étaient soignées, celle du rez-de-chaussée était en effet éclairée par une fenêtre et une porte en façade antérieure et par un jour grillé en façade postérieure. Elle possédait une cheminée en granite dont les corbeaux étaient décorés d'un double ressaut. D'après un inventaire du patrimoine réalisé dans les années 1970, à l'étage, il existait des traces d'une ancienne latrine ainsi qu'un lave-mains sur le mur gouttereau nord qui possédait une évacuation directe à l'extérieur. L'escalier qui desservait l'étage n'existe plus actuellement, toutefois, au vu de l'époque de construction du bâtiment et de ses dispositions intérieures, il est fort probable que l'escalier d'origine ait été une escalier en vis dans l'oeuvre, logé dans l'un des angles du bâtiment. Comme de nombreux autres bâtiments de cette aire d'étude, celui-ci correspond à un modèle intermédiaire entre la ferme et le manoir. Ainsi, bien qu'il ne soit pas mentionné parmi les lieux nobles de la commune, il possède pourtant certaines caractéristiques propres à l'habitat noble : présence d'une pièce à l'étage, soin accordé au traitement des baies, présence d'un lave-mains à l'étage... Ce type de bâtiment appartenait peut-être à des artisans enrichis par une activité florissante comme par exemple le tissage de toiles. La Ramée est recensée parmi les biens nationaux de la commune pendant la période révolutionnaire ; à cette époque le lieu appartenait pour partie à la fabrique et pour partie aux Ursulines.

Période(s)Principale : 1ère moitié 17e siècle

Cet ancien alignement de plusieurs logis possède un gros œuvre en moellon de granite ainsi qu'une toiture à longs pans en ardoise. Les encadrements de baies sont traités en pierre de taille. Le bâtiment situé à l'est est composé, au rez-de-chaussée, d'une pièce à feu et à l'ouest, d'une pièce sans feu. La pièce à feu est éclairée par une fenêtre et l'accès à cette dernière se fait par une porte dont le linteau est surmonté d'un arc de décharge composé de claveaux de granite. La pièce sans feu ne possède au contraire pas de fenêtre, seule une porte y donne accès. Le comble à haut surcroît est percé de deux portes hautes qui donnent accès aux combles. Au vu de la hauteur du surcroît, il existait probablement deux niveaux de greniers dans ce bâtiment. Le bâtiment de la partie centrale est le plus élevé ; le rez-de-chaussée est d'ailleurs légèrement surélevé et quelques marches en granite en permettent l'accès. Le rez-de-chaussée est composé d'une pièce à feu dont la cheminée se trouve sur le mur pignon est. Cette cheminée monumentale est réalisée en granite ; les corbeaux possèdent un double ressaut. Cette pièce à feu est éclairée par une fenêtre grillée ; l'accès à la pièce se fait par une porte à linteau droit. Il existe un décalage entre la hauteur du linteau de la fenêtre et celui de la porte qui est plus bas. En façade postérieure, au niveau de la chambre de l'étage, se trouve une fenêtre possédant sa grille d'origine ainsi qu'un appui saillant. La partie ouest de l'alignement est également composé d'une pièce à feu au rez-de-chaussée dont l'accès se fait par quelques marches. Cette pièce à feu unique est surmontée d'un comble éclairé par une lucarne.

Mursgranite
moellon
Toitardoise
États conservationsbon état
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • 20103510746NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20103503990Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande56.

    20103503989Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande56.

    20103503985Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande55.

    20103503986Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande55.

    20103503975Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande52.

    20103503987Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande55.

    20103503988Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande55.

    20103503983Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande54.

    20103503984Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande55.

    20103503976Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande53.

    20103503979Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande54.

    20103503980Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande54.

    20103503991Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande56.

    20103503982Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande54.

    20103503981Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 071_35_75_bande54.

Références documentaires

Documents figurés
  • Le Châtellier. Section A dite de Martigné, en 3 feuilles, 2ème feuille. [1833], échelle 1/2500 e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. Le guide de l'Ille-et-Vilaine. Plouagat : GP Impressions-Kervaux, 1994.

  • GASNIER, Marina. Le patrimoine industriel en Ille et Vilaine (19e-20e siècles). De l'inventaire à l'histoire. Thèse : Hist. de l'art : Rennes 2, Université de Haute Bretagne : 2001.

  • GASNIER, Marina. INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE, Comission régionale Bretagne. Patrimoine industriel d'Ille-et-Vilaine. Editions du Patrimoine, 2002, (Indicateurs du patrimoine).

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA France, BARRIE, Roger, RIOULT, Jean-Jacques. Région Bretagne. Les malouinières - Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1997, (Images du patrimoine, n°8).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises d'Ille-et-Vilaine. L'architecte Arthur Regnault. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1993, (Itinéraire du patrimoine, n°34).

  • INVENTAIRE GÉNÉRAL DES MONUMENTS ET DES RICHESSES ARTISTIQUES DE LA FRANCE. Région Bretagne. Eglises et Chapelles, Ille-et-Vilaine. Rennes : Association pour l'Inventaire Bretagne, 1996, (Indicateurs du patrimoine).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.

  • PETITJEAN, Marc. DESORMEAUX, Ronan. CUCARULL, Jérôme Construire en Ille-et-Vilaine. Le Coglais et sa région. Rennes, Direction de l'aménagement et de l'environnement, Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, 1993.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Editions du patrimoine, 2000.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).