Logo ={0} - Retour à l'accueil

Architecture du génie civil sur la commune de Saint-Jacques-de-la-Lande

Dossier IA35040728 réalisé en 2006

Fiche

L'aéroport :

L'aéroport civil a été construit en 1932. Il a été conçu dans le contexte d'une dynamique de développement du transport aérien postal et de passagers.

Dans les années 1930, l'activité civile de l'aéroport était très peu développée et déjà, sa fonction militaire était importante car une base aérienne de l'armée de l'air y avait été créée. Cette base aérienne abritait, à la fin des années 1930, le Groupe Aérien d'Observation (G. A. O.) numéro 510 qui disposait d'infrastructures importantes et de 38 hangars, dont certains existent encore aujourd'hui.

Dès le début de la seconde guerre mondiale, l'aéroport de Saint-Jacques-de-la-Lande sert uniquement de base aérienne à l'armée ; il est également utilisé par les avions anglais et, des aviateurs polonais y sont réfugiés et y donnent des cours de pilotage.

Dès les mois de juin-juillet 1940, le terrain d'aviation de Saint-Jacques est utilisé par l'aviation allemande comme base de départ pour des attaques sur l'Angleterre.

En 1941, les allemands commencent des travaux de transformation du terrain d'aviation. Pour ce faire, ils rasent la partie centrale du village qui comprenait la mairie, l'école publique de garçons, le château du Pèlerinage et une trentaine de maisons d'habitation.

En août 1944, l'US-Air Force prend possession de la base de Saint-Jacques. Le terrain d'aviation retrouvera une utilisation civile en 1946.

Pendant les bombardements de 1944, 6 des 18 hangars furent détruits et 6 autres furent endommagés. 10 baraques, 6 autres bâtiments et 2 ateliers furent également détruits ou endommagés ; 43 cratères étaient visibles sur les pistes.

Les ponts :

La commune acquiert un pont bascule en 1924, pour la somme de 3500 francs.

Un seul pont ancien a été répertorié sur le territoire de la commune, il date vraisemblablement du début du 20e siècle et se trouve dans la partie sud-ouest de la commune, près de la Perelle.

La ligne de chemin de fer :

La voie de chemin de fer entre Rennes et Redon traverse la partie est de la commune du nord au sud. Sa réalisation date des années 1860 ; elle a été inaugurée en 1867 exactement.

Aires d'étudesIlle-et-Vilaine
Dénominationspont, voie ferrée, gare, entrepôt commercial, fontaine, aéroport
AdresseCommune : Saint-Jacques-de-la-Lande
Période(s)Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Décompte des œuvres repérées 5
étudiées 0

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Ille-et-Vilaine. Série O : Administration et comptabilité communales. Édifices publics. Monuments et établissements publics. Pont-bascule, acquisition : délibération (1928) : 2 O 283/18.

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. 445-457 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • GRIMAULT, J. Ma paroisse de Saint-Jacques. Episcopale et suburbaine. Paris : Le Livre d'Histoire, 2005, (Monographies des villes et villages de France).

  • GRIMAULT, J. Ma paroisse de Saint-Jacques. La Révolution et le XIXe siècle. Paris : Le Livre d'Histoire, 2005, (Monographies des villes et villages de France).

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • PEROUSE DE MONTCLOS, Jean-Marie. Architecture, méthode et vocabulaire. Paris : Inventaire Général des monuments et des richesses artistiques de la France, Centre des monuments nationaux/Éditions du patrimoine, 2000.

  • "Groupe Mémoire" du Centre de la Lande. Mémoires de Saint-Jacques. 60e anniversaire de la Libération. Saint-Jacques pendant la 2nde Guerre Mondiale. Saint-Jacques-de-la-Lande, numéro 2, Juin 2004.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).