Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Batterie dite Fort Neuf actuellement jardin public, Pointe Riberen (Quiberon)

Dossier IA56132054 réalisé en 2016

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Précision dénomination batterie de côte
Appellations Fort Neuf, Batterie du Fort Neuf, Batterie de la Pointe Riberen
Destinations jardin public
Parties constituantes non étudiées casemate, mur défensif, blockhaus
Dénominations batterie
Aire d'étude et canton Bretagne Sud
Adresse Commune : Quiberon
Lieu-dit : Pointe Riberen
Cadastre : AP 0053

La batterie du Fort Neuf est attestée depuis au moins la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748). Elle est toujours occupée durant les guerres de la Révolution et de l'Empire. La construction d'une tour-modèle y est envisagée en 1811. Elle fait partie des quatre batteries de côte sur onze conservées par la "Commission mixte d'armement des côtes de la France, de la Corse et des îles" de 1841 pour la défense des mouillages de la presqu'île de Quiberon. La commission lui attribue deux canons de 30 livres et deux obusiers de 22 cm. Son réduit doit être un corps de garde crénelé pour 40 hommes destiné à accueillir 20 hommes d'infanterie d'un poste garde-côte en plus des servants de la batterie. La réorganisation de la batterie et la construction du corps de garde sont faits en 1860-1861.

Comme la batterie de Beg Rohu, la batterie du Fort Neuf est conservée après 1870 et reconstruite dans les années 1880 selon les nouvelles normes adaptées aux progrès de l'artillerie. Son armement se compose de trois canons de 24 cm modèle 1876 Guerre. Aucun élément de la batterie de 1861 n'est conservé.

La batterie du Fort Neuf ne fait plus partie des défenses de Quiberon au début du 20e siècle. Pendant la Première Guerre mondiale, elle accueille les installations d'une base d'hydravions. Le site est occupé par l'armée allemande au cours de la Seconde Guerre mondiale.

Les casemates de la batterie des années 1880 ont été rasées à la fin des années 1990. Le site sert actuellement de jardin public.

Période(s) Principale : 18e siècle , daté par source
Secondaire : 3e quart 19e siècle , daté par source , (détruit)
Secondaire : 4e quart 19e siècle , daté par source, daté par travaux historiques
Secondaire : 2e quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates 1747, daté par source
1861, daté par source
1883, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Génie

La batterie du Fort Neuf est actuellement principalement réduite à son mur d'enceinte en maçonnerie. Les emplacements de pièces et les casemates de l'ouvrage des années 1880 sont détruits, à l'exception de la façade du casernement. Aucun élément de la batterie de 1861 n'est visible.

Présence d'ouvrages allemands de la Seconde Guerre mondiale.

Murs granite moellon
granite pierre de taille
Couvertures
États conservations mauvais état
Mesures l : 14.75 m
la : 12.0 m
Statut de la propriété propriété publique
Intérêt de l'œuvre vestiges de guerre
Protections

Annexes

  • Propositions de la commission de 1841 pour la défense de la presqu'île de Quiberon.

    Armement proposé par la commission de 1841.

    Presqu'île de Quiberon.

    Le fort Penthièvre a été construit en 1747, sur la partie la plus étroite de l'isthme qui rattache au continent la presqu'île de Quiberon. L'expédition des Anglais en 1746 en avait fait sentir la nécessité.

    Le fort Penthièvre fut pris le 3 juillet 1795 par un corps d'émigrés débarqué du côté de St-Colomban. Il fut repris le 20 du même mois par le général Hoche. Agrandi depuis et amélioré à différentes époques, ce fort reçoit en ce moment (1841) des développements importants qui doivent le mettre en état de résister aux entreprises les plus sérieuses. Il peut contenir dès aujourd'hui les troupes, les vivres et les munitions nécessaires à la défense de la presqu'île. C'est un fait dont on a dû tenir compte dans l'organisation de la défense de cette partie du littoral.

    Le fort Penthièvre qui commande tout le terrain de l'isthme et qui découvre la mer à l'E et à l'O, est la clé de la position de la presqu'île de Quiberon. Il paralyse en effet dès le début, toutes les descentes opérées dans la presqu'île. En supposant même que l'ennemi parvint à s'emparer des ports d'Orange et de Portaliguen, il n'occuperait qui des villages sans importance, sans ressources, et peuplés de quelques centaines d'habitants. Pour s'avancer dans le pays, il faudrait qu'il entreprit et menât à bonne fin le siège régulier d'un fort qui peut attendre l'arrivée des secours de l'intérieur.

    La défense de la presqu'île de Quiberon étant désormais concentrée à l'isthme, les batteries qui étaient uniquement destinées à prévenir les débarquements, perdent leur importance : aussi les anciennes batteries de Kerné, de Begnaude, de Begervil, de Conguel, et de St-Julien, peuvent être supprimées sans inconvénient ; mais celles qui bordent la côte orientale de la presqu'île, et de là protègent l'excellente rade de Quiberon, doivent être conservées ; ce sont les batteries de Port-Orange, de Portaliguen, de Beg-Rohu, et le Fort neuf. Enfin sur la côte méridionale se trouve une anse assez facilement accessible, que l'on nomme l'Anse ou le Port Maria ; les Hollandais et les Anglais y sont descendus à diverses reprises ; c'est d'ailleurs l'embarcadère des bâtiments pour Belle-Île ; la commission croit dont nécessaire d'y entretenir une surveillance.

    (Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives de l'Artillerie ; Sous-série 3 W, Opérations militaires : 3 W 32, Documents concernant le 3e arrondissement maritime (Lorient). Projet d'armement des côtes de la France, de la Corse et des îles. Titre III : Projet d'armement du 3e arrondissement maritime (Lorient), 1841-1843, p. 79-80)

  • Propositions de la commission de 1841 pour la batterie du Fort Neuf.

    Armement proposé par la commission de 1841.

    [...]

    L'anse de Portaliguen est défendue par deux batteries, celle de Portaliguen qui la protège immédiatement, et celle de Riberen (ou Fort neuf) qui est éloignée de la précédente de 240 mètres seulement. Ces deux ouvrages sont beaucoup trop rapprochés l'un de l'autre ; on propose d'en conserver un seul, le Fort neuf, qui est plus grand, plus complet, mieux organisé que la batterie de Portaliguen et qui sera suffisant pour la défense de ce point.

    Fort Neuf

    Le Fort neuf serait approprié.

    La batterie serait armée de 4 bouches à feu :

    - 2 pièces de 30 tirant sur la rade du Parc

    - 2 obusiers de 22 cm tirant sur la rade du Parc et l'entrée du port.

    La batterie du Fort neuf aurait pour réduit un corps de garde défensif n° 2, elle serait classée de 3e importance.

    Le Fort neuf est situé sur la pointe de Beg Riberen ; il bat à sa droite une plage de 900 mètres d'étendue, à sa gauche le port ; en face, la baie de Quiberon, dite vulgairement rade du Parc ; les bouches à feu qui arment cet ouvrage pouvant être battues d'écharpe par le feu des vaisseaux, doivent être défilées à l'aide d'une traverse en capitale. Le relief de l'enceinte actuelle est trop faible, il devra être augmenté ; le tracé de cette enceinte a besoin lui-même d'être modifié.

    La batterie est trop grande, il est nécessaire de la resserrer dans l'espace qui lui est strictement nécessaire, puisqu'on est obligé de la défiler. La redoute n'est pas faire pour recevoir de l'artillerie ; son épaulement a tout au plus 5 mètres d'épaisseur ; il faut la réparer, et surtout la compléter en construisant dans son centre un corps de garde défensif n° 2 qui pourra servir aussi de poste garde côte.

    Le Fort neuf est fermé par un mur bastionné, mais qui a sur certains points, un mètre seulement de hauteur. Au centre de l'enceinte existe une redoute inachevée. Derrière cette redoute, sont un corps de garde et un grand magasin pour le matériel. Ces bâtiments sont en bon état.

    (Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives de l'Artillerie ; Sous-série 3 W, Opérations militaires : 3 W 32, Documents concernant le 3e arrondissement maritime (Lorient). Projet d'armement des côtes de la France, de la Corse et des îles. Titre III : Projet d'armement du 3e arrondissement maritime (Lorient), 1841-1843, p. 81-82)

Références documentaires

Documents d'archives
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 4, Frontières de la France : 1 VD 57, Défense de la frontière des côtes de Bretagne, 1683-1759. Batteries des côtes de Bretagne avec leur armement, 1747.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VD 57
  • Service historique de la Défense, Département Armée de Terre, Vincennes. Archives de l'Artillerie ; Sous-série 3 W, Opérations militaires : 3 W 55, Direction de Nantes. Tableau d'armement des côtes de la Direction par arrondissement et par batteries au 1er fructidor an 11e [20 août 1803].

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 3 W 55
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 4, Frontières de la France : 1 VD 59, Défense de la frontière des côtes de Bretagne, 1798-1859. État par Direction d'Artillerie des batteries de côtes, auxquelles il conviendrait, conformément à l'ordre du 2 mai, de placer des tours-modèle, servant aussi à faire connaître les noms et positions de ces batteries, leur armement proposé, leur élévation au dessus de la mer, l'espèce de tours à ÿ construire, leur degré d'urgence et l'objet principal qu'elles ont à remplir, 1811.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VD 59
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives de l'Artillerie ; Sous-série 3 W, Opérations militaires : 3 W 32, documents concernant le 3e arrondissement maritime (Lorient). Directions d'Artillerie de Nantes et de Brest. État général de l'armement des batteries de côtes au 1er juillet 1813.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 3 W 32
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives de l'Artillerie ; Sous-série 3 W, Opérations militaires : 3 W 32, Documents concernant le 3e arrondissement maritime (Lorient). Projet d'armement des côtes de la France, de la Corse et des îles. Titre III : Projet d'armement des côtes du 3e arrondissement maritime (Lorient), 1841-1843.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 3 W 32
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 12, Avis du Comité : 1 VK 42, Travail de la commission d'armement des côtes sur les frontières maritimes, 1844. Avis du Comité des fortifications du 7 novembre 1844.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VK 42
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 12, Avis du Comité : 1 VK 577. Commission de défense des côtes : tableau faisant connaître le nombre, l'armement et le classement des batteries de côtes des 1er (Cherbourg), 2e (Brest), 3e (Lorient), 4e (Rochefort) et 5e (Toulon) arrondissements maritimes, de la Corse, de l'Algérie et des colonies, 1860-1862.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VK 577
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 12, Avis du Comité : 1 VK 584, Avis du comité des Fortifications sur le crédit général pour la défense des côtes, 1858-1867. Avis du Comité des Fortifications du 11 avril 1860, place de Quiberon.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VK 584
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 12, Avis du Comité : 1 VK 584, Avis du Comité des Fortifications sur le crédit général pour la défense des côtes, 1858-1867. Avis du Comité des Fortifications du 18 juin 1861, place de Quiberon.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VK 584
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 8, Places françaises et d'Algérie : 1 VH 1518, Place de Quiberon, projets et dépenses annuels, 1847-1874. Direction du Génie de Brest, Place de Quiberon, Mémoire complémentaire du chef du Génie sur les projets pour 1861-1862, 13 février 1861.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VH 1518
  • Service historique de la Défense, département Armée de Terre, Vincennes. Archives du Génie ; Article 12, Avis du Comité : 1 VK 41, Mémoires généraux sur les frontières maritimes, 1853-1885. Rapport sur la situation des travaux de défense des côtes à la fin de l'exercice 1861.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 1 VK 41
  • Service historique de la Défense, Département Armée de Terre, Vincennes. Archives de l'Artillerie ; Sous-série 3 W, Opérations militaires : 3 W 58, Documents particuliers à la Direction de Brest. Direction d'Artillerie de Brest, Place de Lorient, Renseignements sur le matériel d'artillerie de côte, 1er mars 1904.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : 3 W 58
Bibliographie
  • FAUCHERRE, Nicolas, PROST, Philippe, CHAZETTE, Alain (sous la dir. de), Les Fortifications du littoral, La Bretagne Sud, Chauray-Niort, 1998, 279 p., collection : les fortifications du littoral. ISBN 2-910137-24-4.

  • MALCHAIR, Luc, et al. Index de la fortification française : Métropole et Outre-mer, 1874-1914. Auto-édition, 2008, 832 p.