Logo ={0} - Retour à l'accueil

Buste-reliquaire de sainte Brigide

Dossier IM22005028 réalisé en 2003

Fiche

Malgré la disparition des reliques qu´il contenait, ce buste-reliquaire est identifié avec certitude, grâce à l´historiographie locale comme celui de sainte Brigide d´Irlande, patronne dès le début du Moyen-Age de Trigavou, paroisse de l´évêché de Saint-Malo où la dévotion à cette sainte était autrefois très répandue. Les deux lunettes, circulaire au sommet de la tête et allongée sur le devant du buste indiquent que le reliquaire devait contenir et un fragment du crâne de la saint ainsi qu'une de ses côtes. Les armes en alliance gravées sur la plaque, d´origine, fixée à la manière d´une broche sur le devant du buste sont celles de Sébastien René de Cahideuc et de Guyonne de Montbourcher, dame et marquise du Bois de la Motte héritière de cette importante seigneurie, dont les détenteurs sont également seigneurs prééminenciers et fondateurs de la paroisse. L´oeuvre porte le poinçon du maître orfèvre malouin Guillaume Hamon -lettres G et H séparées par une grande hermine et surmontées d´une couronne, en exercice vers la fin du XVIIe et le début du XVIIIe siècle, ce poinçon ne peut être confondu avec celui de son homonyme brestois, qui comporte outre l'hermine, une fleur de lys et deux points et dont les dates d'exercice sont sensiblement postérieures. De plus, la présence du poinçon de communauté de Saint-Malo au navire avec la lettre date Y qui le situe vers 1688, enlève tout doute sur le lieu de fabrication de l'objet, parfaitement logique au demeurant pour une paroisse qui ressort de cet évêché. Guillaume Hamon appartient à la fin du XVIIe siècle à l'une des deux plus importantes familles d'orfèvre de la ville, mais nous ne connaissons pas sa date d'accession à la maîtrise. Quoi qu'il en soit, la présence du poinçon de charge pour les ville de la juridiction de Rennes ne possédant pas encore de jurande, permet d'être certain que l'objet est antérieur à 1697, date à laquelle la communauté malouine se transforme en jurande dirigée par un sous-fermier.

Quelle que soit la formation de l'orfèvre, le buste-reliquaire de Trigavou témoigne d'une technique parfaitement maîtrisée, aussi bien dans l'assemblage des huit plaques d'argent utilisées que dans l'emploi du repoussé-ciselé qui fait alterner effets amples et refouillés. Il est enfin un assez rare exemple de reliquaire morphologique haut breton conservé et atteste la pérennité de ce type de commande, ici due au mécénat seigneurial, par-delà le concile de Trente.

Dénominationsbuste-reliquaire
Appellationsde sainte Brigide
Aire d'étude et cantonHaute-Bretagne - Ploubalay
AdresseCommune : Pleslin-Trigavou

Ce reliquaire fut donné à la fabrique par Guyonne de Montbourcher, marquise du Bois de la Motte en Trigavou et femme de Sébastien de Cahideuc du Bois de la Motte dont il porte les armes en alliance. Guillaume Hamon était un orfèvre malouin, sous fermier des droits de marque en 1698.

Période(s)Principale : 4e quart 17e siècle
Lieu d'exécutionÉdifice ou site : Bretagne, 35, Saint-Malo
Auteur(s)Auteur : Hamon Guillaume orfèvre

Buste reliquaire présentant deux lunettes pour voir les reliques (disparues), l'une circulaire au sommet de la tête, l'autre en longueur sur le devant du buste.

Catégoriesorfèvrerie
Matériauxargent, repoussé, ciselé, gravé
Précision dimensions

h = 32 ; la = 35,5

Inscriptions & marquespoinçon de maître
poinçon de communauté
poinçon
armoiries
Précision inscriptions

Poinçons (au revers du buste, à gauche et à droite) : initiales G et H séparées par une grande hermine et surmontées d'une couronne ouverte, maître Guillaume Hamon ; communauté de Saint-Malo, vers 1688-1690 : un navire de type caravelle, lettre Y en dessous ; contrôle de Rennes vers 1678-1680, lettres B et R séparées par une fleur de lys et le chiffre 9 en-dessous. Armoiries (gravées sur une plaque au devant et à la base du buste) : à dextre, trois têtes de léopard, famille de Cahideuc, à sénestre, trois channes ou marmites, famille de Montbourcher.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
Protectionsclassé au titre objet, 1943/12/16

Références documentaires

Bibliographie
  • Trésors secrets des Côtes-d'Armor, 1991, catalogue d'exposition.

    p. 140, n°76 (notice Francis Muel)