Logo ={0} - Retour à l'accueil

Cale du bourg de Roscanvel

Dossier IA29004216 inclus dans Espace portuaire de Roscanvel réalisé en 2007

Fiche

Parties constituantes non étudiéescale
Dénominationscale
Aire d'étude et cantonBretagne - Crozon
AdresseCommune : Roscanvel
Cadastre : AE 238

Jusqu´au 19e siècle, les navires civils ou militaires qui faisaient escale à Roscanvel mouillaient à Pont-Scorff ou devant le bourg. La grève de ce dernier offrait un échouage sûr et les équipages pouvaient s´approvisionner en eau potable à la fontaine St-Eloi. On venait y charger la production des industries locales (briqueterie, four à chaux, ardoises) pour alimenter le marché brestois. Mais comme il n´y avait pas de cale, les bateaux étaient obligés de s´échouer à marée haute pour permettre l´embarquement des cargaisons et repartaient ensuite avec le flot. Avec l´augmentation du commerce maritime, le conseil municipal émet en 1852 une demande en faveur de la construction d´un quai pour embarquer et débarquer des passagers et assurer un débouché aux productions industrielles et agricoles locales. C´est seulement en 1870 que débutent au bourg la construction d´une cale de 53 mètres de long par 6 mètres de large, complétée d´un terre-plein de quinze par dix mètres et un chemin d´accès de 102 mètres. Elle sera terminée en 1871. Des échanges journaliers sont alors mis en place. Le trafic s´accroît, mais il souffre de l´impossibilité d´accoster à marée basse de vives eaux. Malgré ce défaut, le port connaît un mouvement maritime intense : de nombreux bateaux de pêche à la sardine viennent y faire escale, des gabares et des sloops embarquent des marchandises, des vapeurs brestois accostent trois fois par semaine, les bateaux de guerre fréquentent les lieux. Vers 1880, la municipalité multiplie les demandes visant à allonger l´ouvrage car il est envasé. Le trafic commercial avec Brest est si important que la municipalité crée en 1891 deux foires mensuelles le jour où il y a le vapeur, le surplus étant écoulé aux halles Saint-Louis à Brest. Mais, dès le début du 19e siècle, le site de Quélern, au sud du bourg, intéresse la Marine et les vapeurs brestois pour ses plus grandes facilités à accoster : la nouvelle cale y est construite en 1901. La cale du port ne sera alors plus fréquentée que par les pêcheurs locaux et les embarcations de bornage attachées au port. Une nouvelle cale, perpendiculaire à la première, sera construite postérieurement.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1870, daté par source

La cale, construite en pierres (grès), mesure 30 mètres de long sur 5 de large environ. Une perche signale le musoir de la cale. La cale d´origine était plus longue avec un éperon sur sa partie gauche qui a été détruit par les tempêtes. La cale plus récente est en béton.

États conservationsbon état, remanié
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • 20072908927NUCA : Archives départementales du Finistère

Références documentaires

Bibliographie
  • BUREL, Marcel. Roscanvel dans la presqu´île de Crozon. Bannalec : Impr. Régionale, 1995.

    232 p
  • AMGHAR, Julien. Les petits ports et les usages du littoral en Bretagne au XIXe siècle. Thèse d'Histoire : Université de Bretagne Sud, Lorient, 2006, 6 vol.

    p. 489-491
  • Entretien avec Marcel Burel en 2007.