Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Calvaire de Réparation dit "calvaire de Protestation", rue Marcelin Berthelot (Tréguier)

Dossier IA22133162 inclus dans Ports de Tréguier : vieux port, port de commerce et port de plaisance réalisé en 2016

Implanté sur les quais de Tréguier (aujourd'hui situé rue Marcellin Berthelot), ce monument de la foi catholique est nommé calvaire de Réparation (inscription sur le revers du socle) ou "calvaire de la Protestation" en raison de l'histoire de son édification. Ce monument est le symbole de l'ultramontanisme - orientation favorable à la primauté, spirituelle et juridictionnelle, du pape sur le pouvoir politique – face aux Radicaux de la IIIe République anticléricaux et partisans de la laïcité. Pour abattre les anticléricaux, les cléricaux en appellent aux "saints guerriers", tout en inscrivant leur action dans l'histoire de la Bretagne avec les figures de saint Tugdual et de saint Yves. La veille de l’inauguration du calvaire, on pouvait lire sur l'un des piliers un graffiti anticlérical "A bas la calotte".

Pour le sculpteur Yves Hernot et son atelier de Lannion, le calvaire monumental de Tréguier est l'une de ces œuvres les plus importantes et les plus connues avec le calvaire breton de Lourdes.

Dénominations calvaire
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
Adresse Commune : Tréguier
Adresse : Rue Marcelin Berthelot , Parc de la Baronnais

Calvaire monumental réalisé en 1904 par le sculpteur Yves Hernot fils de Lannion (1861-1929) à la demande des catholiques de Bretagne en signe de protestation contre l'érection de la statue d'Ernest Renan sur la place du Martray face à la cathédrale de Tréguier (statue inaugurée le 13 septembre 1903 sous la protection de nombreux soldats par le président du Conseil Émile Combes, anticlérical). Auteur de la "Vie de Jésus" en 1863, Ernest Renan - natif de Tréguier (1823-1892) - avait été surnommé par le pape Pie IX "le blasphémateur européen".

Le financement de ce calvaire en Kersanton a fait l'objet d'une souscription nationale. Il fut inauguré symboliquement lors du pardon de saint Yves du 19 mai 1904 en présence du cardinal Guillaume Marie Joseph Labouré (1841-1906). Labouré fut également archevêque de Rennes, Dol et Saint-Malo à partir de 1893. A ses côtés, on trouve monseigneur Fallières, évêque de Saint-Brieuc et monseigneur Dubillard, évêque de Quimper et de Léon. Dans l’assemblée se trouvent des organisations de jeunesse (Fédération de la Jeunesse catholique des Côtes-du-Nord et une délégation de la Jeunesse catholique de Paris) et des patronages (patronages et cercles d’études du Finistère notamment).

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle , porte la date
Dates 1904, porte la date
Auteur(s) Auteur : Hernot Yves

Calvaire monumental en granite de Kersanton situé à l'entrée orientale du parc de la Baronnais sur la rue Marcellin Berthelot. Le calvaire est entouré d'une clôture dont où chaque pilier porte une statue. Côté rue, du nord au sud : saint Pierre, saint Brieuc, saint Georges, saint Maurice, saint Tugdual (fondateur de l'évêché de Tréguier) et saint Pierre. Sont représentés, les saints du "combat spirituel" : saint Maurice et saint Georges - soldats de la foi -, Jeanne d'Arc et saint Louis - tout près du Christ - en défenseurs de la foi chrétienne par les armes.

Au pied de la scène de Crucifixion du Christ entre les deux larrons (dont les croix sont juchées sur des colonnes), la Vierge, sainte Madeleine, saint Jean, une sainte femme (Marie-Salomé ?) et un soldat.

Sur le socle du calvaire, se dresse un bas-relief de Saint Yves entre le riche et le pauvre. Ce dernier est encadré des armoiries du pape Pie X et de l'évêque de Saint-Brieuc et Tréguier. On peut lire, en latin, en breton et en français, en réponse à Ernest Renan, la parole du centurion romain (saint Longin) au pied de la croix, rapportée par les évangiles : "Cet homme était vraiment le fils de Dieu".

Sur le socle, côté nord : millésime et signature de l'auteur, "19 mai 1904 / Y. Hernot, Sculpteur et Statuaire, Lannion".

Au revers du calvaire, on peut lire (de gauche à droite) :

"Pour en perpétuer la mémoire / Le XIX mai MDCCCCIV / Ce calvaire de réparation a été inauguré / par son éminence le cardinal Labouré, / archevêque de Rennes, / assisté de monseigneur Fallières, / évêque de Saint-Brieuc et Tréguier, / Mgr Dubillard, évêque de Quimper et Léon, / Mr Guenedal, vicaire capitulaire de Vannes / et monseigneur Dulong de Rosnay. / Plus de six cents prêtres, parmi lesquels plusieurs / dignitaires ecclésiastiques et une foule de fidèles. / Au nombre de plus de trente mille, ont assisté / à cette splendide manifestation de la foi catholique. / F. Le Goff. Curé."

"Deux cents jours d’indulgence"

"Ce calvaire érigé sur terrain / appartenant aux demoiselles Cadiau / et à dame Henry Collas de La Baronnais / est dû à la générosité des catholiques / sur l'initiative Mr A Deschard / commissaire général de la Marine en retraite / président d'un comité constitué à Brest / présidé par M Le Comte R de Roquefeuil / Tréguier le 19 mai 1904".

Murs granite pierre de taille
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété de la commune