Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Canot de sauvetage, Commandant Garreau (Archipel des Glénan)

Dossier IM29005562 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations bateau école
Aire d'étude et canton Bretagne Sud - Concarneau
Adresse Commune : Concarneau
Adresse : ville close

Dans les années 1950, l'école de voile des Glénans acquiert quatre anciens canots de sauvetage, propulsés à la voile et à l’aviron, la Société Centrale de Sauvetage des naufragés les remplaçant par des vedettes à moteur.

Au centre nautique, ces canots de sauvetages destinés à l’apprentissage de la navigation sont appelés « Choses ». Ils sont également désignés comme des «baleinières», du fait de leur nouveau gréement.

Dates d’arrivée des Choses aux Glénans : 1951 - Le Petit Chose (Ex Eline et Sophie) de la station du Cap Lévi (N° 43) - 1956 - Le Flying Chose ( Ex Benoît Champy) de la station de Cayeux (N° série 79) - 1958 - Le Grand Chose (Ex Commandant Garreau) de la station de Grandcamp (N° série 61) - 1958 - Le Marie Chose (Ex Gabiou Charron) N° 1 de la station La Cotinière, île d’Oléron. A la même période, l’école de voile acquiert un autre ancien canot de sauvetage de la station de Lesconil lancé en 1911, l’Amiral de Maigret. Issu d’une série de canots postérieure construite par les chantiers Augustin Normand, il est plus court (9m80) et plus large (2m60) que les Choses. Gréé en goélette et motorisé (25 CV), et rebaptisé la Diligence, il sert de bateau de liaison entre Concarneau et les îles, jusqu’en 1960.

Les Choses des Glénans appartiennent à la série des canots de 10m10 dessinés par Jacques-Augustin Normand (1839-1906) et construits au chantier Augustin Normand, situé au Havre, entre 1878 et 1907.

Cette série est inspirée des canots précédents (aspect général avec dômes avant et arrière ; qualités d’insubmersibilité, de redressement spontané, de vidange automatique de l’eau embarquée) mais avec des lignes d’eau améliorées.

1887 – Petit Chose (Eline et Sophie, N°série 43), 1894 – Grand-chose (Commandant Garreau, N°série 61) 1901– Flying Chose (Benoît Champy, N° série79) 1902– Marie Chose (Gabiou Charon N°1).

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle , daté par source
Dates 1894, daté par source
Stade de création pièce originale d'architecture
Lieu de provenance
Auteur(s) Auteur : Normand Jacques-Augustin,
Jacques-Augustin Normand

Les chantiers Augustin Normand sont situés au Havre.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte naval, attribution par source

Canot pointu aux extrémités, un peu plus fin de l’arrière que de l’avant. Les extrémités sont fortement relevées et protégées par des tambours en dos d’âne, qui forment deux caisses à air.

Le canot de sauvetage est insubmersible, se redresse spontanément et se vidange automatiquement.

Redressement spontané après chavirage : 5 secondes

Evacuation de l’eau après redressement : 23 secondes

Avec 880 kg à 0m85 de l’axe : inclinaison de 20°

L’équipage est de 12 hommes.

Le gréement : les 2 mâts, de misaine à l’avant et le grand mât à l’arrière, sont positionnés pour ne pas gêner les manœuvres des canotiers et de la barre. L’inconvénient est un centre de voilure très avancé, rendant le bateau mou à la barre. La dimension des mâts : mât de misaine : 4m69, grand mât : 4m56. Le gréement de type « flambart », courant en Manche : 2 voiles au tiers et un foc.

La grand-voile, ou « taillevent », est située à l’arrière, d’une surface plus faible que la misaine, à l’avant.

Surface de voilure de 15 m² 42, foc : 2m² 07, 2 voiles au tiers : Misaine de 7m²52, Grand voile de 5m²83.

10 avirons de nage (5 couples) : verts à tribord et blancs à bâbord d'une longueur de 3m80.

La coque est en bois à double bordé croisé en teck (et non plus en acajou comme dans les canots précédents).

Les deux couches de bois sont superposées et croisées à 45°, séparées par une toile imprégnée de glu marine ou de peinture. Les coutures ne sont pas calfatées mais garnies de coton retenu par un masticage et la peinture.

La coque est maintenue sur la quille par une carlingue. Le tout est traversé par des boulons à écrous.

Il n’y a pas de membrures intérieures au-dessus des varangues.

La coque est peinte en vert au-dessus de la ligne de flottaison et en blanc en-dessous.

Catégories charpente
Structures coque à bouchain arrondi
Matériaux teck
Mesures l : 10.1 m
la : 2.27 m
pr : 0.51 m
Précision dimensions

Longueur :10m10 Largeur :2m27, Creux : 0m975, Lest de l’ordre de 300 kg, qui sera augmenté pour les nouveaux modèles (bande de plomb placée latéralement le long de la quille) Tirant d’eau à vide : 0m51 Tirant d’eau à charge 0m55 Déplacement en charge 3,5 tonnes

Annexes

Références documentaires

Bibliographie
  • Centre nautique des Glénans, la mer vue des Glénans, Seuil, 1978

  • Philippe Viannay, Du bon usage de la France.

    Résistance, journalisme, Glénans. Paris, Ramsay, 1988.

  • Ecole de voile Les Glénans, Les Glénans, la passion en partage, Seuil, 2007.

  • Jean-Louis Goldschmid, 40 ans aux Glénans, Ouest-France, 2009.