Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Carrés militaires français et allemands du cimetière Saint-Fiacre (Tréguier)

Dossier IA22133337 réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

Dénominations cimetière, mur de clôture
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
Adresse Commune : Tréguier
Adresse : Venelle du Cloître

Chaque année, le ministère des anciens combattants verse au "Souvenir français" des indemnités d’entretien pour les 75 sépultures militaires du cimetière de Tréguier. Le "Souvenir français" est une association nationale (créée en 1887) dont le but est de conserver le souvenir de ceux qui sont morts pour la France, entretenir les tombes et les monuments élevés à leur mémoire et transmettre le flambeau du souvenir aux générations successives.

Blessés dans les combats de la Première guerre mondiale, des soldats français, alliés et allemands arrivaient à Tréguier par le train pour être soignés à l'hôpital. François Le Gueut (capitaine dans l’armée et docteur en médecine) a exercé à l’hôpital militaire de Tréguier (ancien séminaire) comme médecin chef. Sa cantine militaire a été précieusement conservée par ses descendants qui habitent rue Lamennais...

Le cimetière de Tréguier accueille ainsi dix tombes de soldats morts pour la France à l’hôpital de Tréguier : elles sont surmontées par des croix en forme de poignée d'épée : Jean-Baptiste Gagliano (soldat au 13ème régiment de zouaves, mort le 13 octobre 1914), Félix Alexis Frouin (77ème régiment d’infanterie mort le 19 février 1915), Alphonse Radigue (170ème régiment d’infanterie, mort le 24 août 1915), Constant Julie (10ème escadron du train des équipages, mort le 15 février 1918), Yves Marie Guenver (matelot, chauffeur d'aviation, mort le 17 mai 1918), Ben Ady (Hadj) Noury Boubekeur (originaire d’Algérie, de confession musulmane, travailleur du centre d’aviation maritime, mort le 18 mai 1918), François (Francis ?) Beauge (ou Beauce ?) (102ème régiment d’infanterie, mort le 2 juin 1918), Anthelme Baillobay (Groupe automobile de la 10ème région, mort le 13 septembre 1918), Yves Marie Le Roy (207ème régiment d’artillerie de campagne, mort le 27 septembre 1918) et Joseph Le Perff (matelot, mort le 12 février 1919). Tous portent la mention "mort pour la France" selon l’état du 4 juin 1924. Le soldat allié, matelot de nationalité grecque, s’appelait Dimitrio Georgos Sagias.

Le carré militaire allemand abrite les corps de 83 soldats répartis en 66 tombes selon l’état dressé le 29 octobre 1937 au moyen des dossiers officiels allemands et conservé au archives communales de Tréguier dans la liasse 4H5 et 4H46. Les tombes militaires allemandes se trouvent dans deux parties différentes du cimetière : 49 sépultures se trouvent dans un petit carré militaire situé au nord du cimetière ; 34 sépultures composées d’une rangée de 17 tombes doubles se trouvent dans la partie haute du cimetière. Un regroupement des sépultures allemandes des cimetières de Guingamp (15 sépultures) et de Lannion (8 sépultures) dans le "petit carré de Tréguier" était projeté en avril 1939, ce qui aurait porté leur nombre à 106. Il était prévu que le carré soit réaménagé et planté, que toutes les tombes soient ornées d’une croix en grès rouge munie du nom du mort et qu’un monument commémoratif portant l’inscription "Ici reposent des soldats allemands 1914/1918" y soit élevé. La déclaration de Guerre de l’Allemagne et le basculement de l’Europe dans la Seconde guerre mondiale a stoppé le projet.

Le 10 mars 1961, il a été procédé à l’exhumation des corps de 5 militaires allemands morts pendant la Seconde guerre mondiale. Ces derniers ont été transférés au cimetière allemand de Ploudaniel-Lesneven dans le Finistère. L’état du 4 août 1969 recense 66 tombes allemandes, 8 françaises et 1 alliée et s’interroge sur leur état d’entretien.

Les croix en bois du cimetière allemand de Tréguier ont été remplacées par des croix en granite en juillet 1977. Ce sont 20 jeunes allemands sous l’organisation du service d’entretien des sépultures allemandes (Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge) qui ont réalisés ces travaux : il en est de même dans les cimetières allemands de Dinan et Rennes. L’hébergement et les repas des jeunes allemands ont été pris en charge par la municipalité de Tréguier. A cette occasion, un vin d’honneur est offert par le maire de Tréguier, le docteur Fournis, en présence du président des anciens combattants. Le "Souvenir français" représenté par son président monsieur A. Pilliez avait donné "son accord complet" pour le remplacement des croix : en effet, il avait proposé, dès novembre 1975, au service d’entretien des sépultures allemandes de prendre en charge ce remplacement.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle

Le cimetière Saint-Fiacre est situé dans l’hyper centre de Tréguier, au nord de la place Notre-Dame de Coatcolvézou et du cloître de la cathédrale Saint-Tugdual. La particularité du cimetière de Tréguier est d’abriter trois carrés militaires de la Première guerre mondiale : un carré militaire français et allié (10 soldats) et deux carrés militaires allemands (83 soldats).

Murs granite moellon
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Cimetière ; concessions : actes administratifs. 1851-1982.

    Archives communales de Tréguier : 3N1
  • Militaires allemands : emplois pour les travaux agricoles : demande (1916). Décès : avis de décès à l’hôpital militaire (1915-1919), état des tombes au cimetière communal (1937). 1915-1937.

    Archives communales de Tréguier : 4H5
  • Morts pour la France ; victimes civiles et militaires, résistants, fusillés, déportés : avis de décès, circulaires préfectorales, correspondance, dossiers de restitution des corps, listes nominatives, demandes d’insignes spéciaux. 1944-1965.

    Archives communales de Tréguier : 4H43
  • Tombes de soldats britanniques ; recensement, attestation. 1947.

    Archives communales de Tréguier : 4H45
  • Tombes de soldats allemands ; recensement et entretien : correspondance avec le Souvenir français, correspondance avec le Volksbund Deutsche Kriegsgräberfürsorge, correspondance diverse, liste nominative [soldats inhumés dans la commune entre le 2 août 1914 et le 24 octobre 1919 : 9 français, un nord-africain, 83 allemands et un grec], plans, dossiers de translation de corps irrégulièrement inhumés dans le carré militaire, attestation d’exhumation de 5 corps, dossier d’invitation à la cérémonie de remplacement des croix. 1935-1979.

    Archives communales de Tréguier : 4H46
  • Guerre d’Indochine ; soldats morts au combat : listes nominatives des corps à inhumer, jugement de décès, correspondance. 1951-1956.

    Archives communales de Tréguier : 4H47
  • 4H48 : Guerre d’Algérie ; soldats morts au combat : circulaires préfectorales, correspondance, avis de décès, listes nominatives des corps à inhumer (1956-1970). Aide en faveur des soldats d’Algérie et de leur famille : circulaires préfectorales, adresses des soldats, états des sommes versées, bilan de la collecte (1956-1957). 1956-1970.

    Archives communales de Tréguier : 4H48
Documents figurés
  • Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Tréguier, 1834.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P 362/1-4

Liens web