Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Centrale hydroélectrique, Saint-Herbot (Loqueffret)

Dossier IA29003790 réalisé en 2008

Fiche

Parties constituantes non étudiées conduite forcée, cascade
Dénominations centrale hydroélectrique
Aire d'étude et canton Parc Naturel Régional d'Armorique - Pleyben
Adresse Commune : Loqueffret
Lieu-dit : Saint-Herbot

Cette usine hydroélectrique se situe en contre-bas de la cascade de Saint-Herbot et à environ 700 mètres au nord-est du village du même nom. En 1922, Armand Tréanton, négociant à Berven, Désiré Livinec, industriel à Morlaix et Alexandre Kerautret, ingénieur à Huelgoat, créent la "Société anonyme des forces motrices des monts d´Arrée" dans le but d'utiliser l'énergie hydraulique afin de produire et de fournir de l'électricité. Le site choisi se situe sur la commune de Loqueffret, au niveau des chutes du moulin du Rusquec, plus connues sous le nom de "Cascade de Saint-Herbot" et les terrains limitant la rivière de l´Ellez. Les sociétaires assurent qu´aucune modification sera apportée à la qualité du site, que "les charmes de Saint-Herbot ne disparaîtront pas et que la cascade, en hiver, nous offrira comme par le passé, le fracas de ses eaux et l'éblouissement de sa blanche écume". Le projet comporte également l´aménagement d´un barrage-réservoir près de l´ancien moulin du Rusquec. Le programme pour 1922 prévoit l'achèvement de la ligne à haute tension reliant Quimper à Huelgoat ainsi que la mise en état du canal d´amenée de la première chute et l'installation de la seconde chute. L'architecte Charles Chaussepied réalise un dessin de la façade de l'usine. Le programme d´action pour 1923 prévoit la construction du barrage réservoir de Saint-Herbot, de la conduite d´amenée du canal de fuite et de l'usine, l'installation des machines et la fourniture du courant. Le projet fut réalisé mais la cascade de Saint-Herbot quasiment asséchée, sauf en hiver après une longue période de pluie. Toujours en fonctionnement, l'usine fournit chaque année environ 13 millions de kilowattheures, pouvant alimenter environ 3500 habitants. Elle est exploitée par la SHEMA (Société Hydraulique d'Etudes et de Missions d'Assistance), filiale à 100 % d'EDF via l'EDEV, dont elle est l'aménagement le plus important. La concession a été renouvelée pour 45 ans en août 2006.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1923, porte la date
Auteur(s) Personnalité : Chaussepied Charles, architecte, attribution par source

Installations et considérations techniques : Installation d'un barrage-réservoir alimentant une conduite d´amenée en charge construite en béton armé et aboutissant à une cheminée d´équilibre d'où partent les conduites forcées amenant l´eau à l´usine. L'usine est à turbines directement accouplées à des alternateurs reliés à des transformateurs placés dans un bâtiment annexe où aboutissent les feeders de distribution.

Murs granite
schiste
moellon
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
Énergies turbine hydraulique

Pour l'usine, l'architecte Charles Chaussepied s'inspire aussi bien du style néo-roman (baies géminées et baies en arc plein cintre) que d'éléments propres à l'architecture régionale (pignons découverts à crossettes et chaînages d'angle en pierre de taille). Site des Monts d'Arrée (site pluricommunal), site inscrit (arrêté du 10/01/1966).

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler
Sites de protection site inscrit

Annexes

  • 20082908133NUCB : Archives départementales du Finistère, 3 P 142.

    20082908136NUCB : Collection particulière

    20082908137NUCB : Collection particulière

    20082908138NUCB : Collection particulière

    20082908139NUCB : Collection particulière

    20082908135NUCB : Archives départementales du Finistère, 2 Fi 141.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Finistère, 2 Fi 141.

  • Archives privées Livinec.