Logo ={0} - Retour à l'accueil

Chapelle de la Vraie Croix, bourg (Erdeven)

Dossier IA56001619 inclus dans Village dit Bourg d'Erdeven réalisé en 1976

Fiche

VocablesLangroez
Appellationsdite de la Vraie Croix, Notre-Dame de Pitié, de la Congrégation
Dénominationschapelle
Aire d'étude et cantonRia d'Etel - Belz
AdresseCommune : Erdeven
Lieu-dit : Bourg
Cadastre : 2001 AB 44

La chapelle de la Vraie Croix (en breton Langroez) date du milieu du 16e siècle (porte sud). Ses fondateurs ne sont pas identifiés (non documenté). En 1683, il est fait mention de la frairie de la chapelle de la Vraie Croix, s'étendant sur le village de Kergehennec (A.D.44, B 953). Comme l'indique le plan cadastral de 1811, son angle sud-ouest venait presque toucher le chevet de l'église paroissiale, tandis qu'une venelle permettait de la contourner par le nord. D'après le chanoine Danigo (Danigo, 1986), en 1826, le conseil de fabrique décide d'abandonner à la commune la chapelle de la Vierge située au bas du bourg et de restaurer celle de la Vraie Croix qui est désormais dédiée à Notre-Dame de Pitié et sert aux réunions de la Congrégation. C'est probablement à cette époque, que l'édifice est raccourci une première fois du côté de son pignon ouest pour des raisons de circulation. Le Mené en 1891, parle toujours d'un édifice à chevet plat. La troncature de celui-ci par des pans coupés et la construction d'un clocheton sur le pignon occidental, datent d'un second remaniement fin 19e début 20e siècle. En 1927, sa porte sud (murée) fait l'objet d'une protection, elle est inscrite à l'Inventaire supplémentaire des Monuments historiques. Pourtant, en 1957, la façade occidentale est encore reculée de 5 mètres. Actuellement désaffectée la chapelle a perdu une grande partie de son mobilier. Elle est très dénaturée depuis l'enquête de 1976.

Période(s)Principale : milieu 16e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : 20e siècle

Edifiée au centre du bourg la chapelle de Langroez est située à proximité immédiate de l'église paroissiale, comme à Ploëmel où sont juxtaposés deux sanctuaires. Elle est aujourd'hui de plan rectangulaire court, à chevet polygonal. On doit se référer à la documentation de la seconde moitié du 19e siècle pour avoir une description originale de la chapelle à chevet plat épaulée de contreforts d'angles à pinacles (Rosenzweig, 1963, conf. annexe n°1). L'édifice est construit en pierre de taille de moyen appareil, avec calages d'ardoises. Il est couvert d'un toit de long pan, avec pignon découvert à l'ouest et croupes sur les pans coupés à l'est. Petite sacristie dissimulée dans l'angle nord-est. Les élévations nord et est sont dissimulées par des constructions mitoyennes.Trace d'une porte et d'une baie rectangulaire à large ébrasement intérieur (bouchée), au nord. La façade sud présente une porte, en place, ornée d'un décor Renaissance (ISMH). La façade occidentale avec son clocheton supporté par un massif légèrement saillant, est un remontage de celle élevée au 19e siècle. Un banc extérieur est partiellement conservé côté sud. A l'intérieur, vestige d'un bénitier à l'ouest dont le décor est cassé, d'une crédence à colonnettes, dont la partie supérieure est également tronquée par le percement d'une fenêtre. Un berceau lambrissé récent masque les anciens dispositifs de couvrement.

Mursgranite
pierre de taille
Toitardoise
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte en berceau
lambris de couvrement
Couverturestoit à longs pans
pignon découvert
croupe
Typologiesbanc extérieur
États conservationsremanié
Techniquessculpture
Précision représentations

La porte sud à anse de panier est ornée d'une accolade à choux sommée d'un fleuron. Deux pilastres ornés de cercles et de losanges l'encadrent. Au-dessus : un écu et un phylactère portés par deux anges.

Edifice très remanié. Travaux récents : appentis contre façade nord, enduit ciment à l'intérieur, démontage partiel du retable, ont dénaturés d'avantage la chapelle, depuis l'enquête de 1976.

Statut de la propriétépropriété d'une association
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH partiellement, 1927/05/06
Précisions sur la protection

La porte sud.

Annexes

  • Description en 1863,

    par Louis Rosenzweig dans Répertoire archéologique du département du Morbihan, Paris, 1863.

    Chapelle de la Vraie-Croix (Langroes) : grand et moyen appareil. Forme rectangulaire ; chevet plat ; contreforts à pinacles inachevés ou brisés. Crosses aux rampants du toit. Le pignon occidental qu´on a été contraint de reculer à cause de la route, est moderne, ainsi que le clocheton qui le surmonte. Au sud, porte à anse de panier à plusieurs retraits surmontée d´une accolade à chou et crosses et flanquée de pilastres à pinacles. Au dessus de cette porte sont deux anges qui tiennent un blason et une devise effacée. Autre porte à anse de panier au nord, aujourd´hui cachée. Dimensions dans œuvre : largeur, 7 mètres environ ; la longueur a été modifiée récemment. Fenêtres à cintre brisé ; celle du fond du chœur, aujourd´hui bouchée, est en outre surmontée, à l´extérieur, d´une accolade à chou et crochets ; colonnettes, fragments de meneaux. Bénitier surmonté d´une anse de panier et d´une accolade. Banc de pierre tout autour de la chapelle à l´extérieur. Cadran solaire gravé sur pierre.

  • 20045604037NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 45.

    20045603493NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 369.

    20045604078NUCB : Archives départementales du Morbihan, 9 Fi.

    20045604099NUCB : Médiathèque du patrimoine, Archives photographiques, MH00059471.

    20045604100NUCB : Médiathèque du patrimoine, Archives photographiques, MH00059472.

Références documentaires

Documents d'archives
  • DU HALGOUËT, Hervé. Notes archéologiques sur le département du Morbihan , 2t., dactylographié, vers 1942-1952. Descriptions architecturales de l'église, des chapelles, des châteaux de Kercadio et Keravéon. Quelques mots sur le village de Keroret où il note la présence de fermes aux murs appareillés et couvertes en chaume, anciennes demeures des tenanciers du fief de Keravéon.

    p. 104
Bibliographie
  • ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du département du Morbihan , Paris, 1863. Décrit les mégalithes, le lech près du cimetière du bourg, la chapelle de la Vraie-Croix également au bourg.

    p. 20
  • LE MENE, J.-M. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes , 2t., Vannes, 1891-1894. Réed. Coop Breizh, 1994.

    p. 222
  • DANIGO, Joseph. Eglises et chapelles du doyenné de Belz , Bannalec, 1986.

    p. 41-43

Liens web