Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Chapelle funéraire, couvent des Filles de la Croix (Tréguier)

Dossier IA22133309 inclus dans Couvent des Filles de la Croix puis des Soeurs du Christ, rue Saint-André (Tréguier) réalisé en 2017

Fiche

Parties constituantes non étudiées croix monumentale
Dénominations chapelle funéraire
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
Adresse Commune : Tréguier
Adresse : impasse Kerpoisson

Cette petite chapelle funéraire est construite dans la seconde moitié du 18e siècle, dans l'enclos du couvent des Filles de la Croix, contre le mur sud. Le clocheton sur pignon a disparu ainsi que l'auvent ajouté postérieurement. L'estimation de 1792 (cf. annexe) en fait un bref descriptif.

Le retable est contemporain de la chapelle mais le tableau est postérieur comme en témoigne l'iconographie : les instruments de la Passion et le crucifix (qui reprend la typologie des croix reliquaires en ébène des années 1830-1840) situent cette oeuvre dans le second quart du 19e siècle. Cette représentation concorde avec les Filles adoratrices de la Croix. L'inscription "Je suis l'Immaculée Conception" peinte sur une bande de toile clouée sur la moulure du retable est rapportée dans la seconde moitié du 19e siècle et devait accompagner une statue de la Vierge posée sur l'autel disparu.

Les soeurs étaient inhumées dans le cimetière attenant à cette chapelle dont la croix en kersantite ne date que de la seconde moitié du 19e siècle. Auparavant, le cimetière de la communauté se trouvait dans le parterre du couvent et les mères supérieures étaient enterrées sous la chapelle primitive située dans la maison conventuelle.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle
Secondaire : 2e quart 19e siècle

Petite chapelle funéraire de plan massé construite en moellon de schiste, enduite sur le pignon nord. La charpente est lambrissée en berceau. L'édifice est éclairé par les deux fenêtres est et ouest et par l'oculus placé sur le pignon nord, au-dessus de la porte. Il abrite un retable en bois dont le corps central est orné d'un tableau en bas-relief de la Croix et des instruments de la Passion rapportés en plâtre armé. Sur les corps latéraux, une niche plate avec console supportait une statue. L'autel a disparu, son emprise est visible au sol.

Murs schiste moellon enduit partiel
Toit ardoise
Plans plan massé
Étages 1 vaisseau
Couvrements lambris de couvrement
Couvertures toit à longs pans pignon découvert
Techniques sculpture
Représentations croix Passion
Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • Série 1Q Biens nationaux. Biens de première origine. Arrondissement de Lannion. 1 Q 1/33 Estimation du couvent des soeurs de la Croix (extrait). Novembre 1792.

    "L'enclos planté d'arbres fruitiers sous légumes et jardinage, contenant de plan trois cents vingt cordes de bonne terre, dans ledit enclos une chapelle construite en maçonnerie et à trois cottières ayant chaque de longueur compensée dix neuf pieds, sur onze pieds dix pouces réduit de hauteur, laire à un pignon onze pieds dix pouces, ladite chapelle planchers et éclairée de deux ouvertures voutées de tailles garnies de chassis en petits bois et vitrages, le double lambrissé en planches, le comble et charpente en bois de sciage sous couverture d'ardoises ; le dit enclos cerné de murs donnant au nord sur le terrain dépendant ducy devant petit archidiaconé, au levant sur terre à Jeanne ... veuve Jean Langlois, au midi sur un enclos appartenant à la même et au couchant sur le chemin conduisant aux buttes."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Série 1 Q 1/33. Biens nationaux de première origine. Arrondissement de Lannion

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 1 Q 1/33
Documents figurés
  • Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Tréguier, 1834.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P 362/1-4