Logo ={0} - Retour à l'accueil

Chapelle, le Guelhouit (Melrand)

Dossier IA56000354 réalisé en 2000

Fiche

  • Vue générale sud
    Vue générale sud
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • oratoire
    • fontaine de dévotion

Á rapprocher de

Œuvres contenues

Extrait de : Vallée du Blavet. Le canton de Baud. Bretagne. Images du Patrimoine. Rennes, 2003.

Melrand. Chapelle Notre-Dame du Guelhouit

Le vallon de la Sarre abrite au pied d´une colline la chapelle du Guelhouit et son reposoir, connu sous le nom de «scala». On y honore à la fois Notre-Dame et saint Isidore dont le patronage semble avoir prédominé. Saint patron des laboureurs originaire de Madrid, il est très vite adopté par les Bretons après sa canonisation au début du XVIIe siècle. La chapelle fut édifiée en 1683, à l´emplacement d´un ancien sanctuaire, grâce à l´octroi d´indulgences accordé par le pape Clément XIV à la confrérie de saint Isidore. La fréquentation du pardon est telle qu´en 1885, l´abbé Constant Daniel fait construire comme à Quelven, un sanctuaire de plein air, la chapelle étant devenue insuffisante pour l´affluence des pèlerins. L´architecte parisien Douillard, chargé du projet, aménage la pente de la colline en plusieurs terrasses desservies par des degrés et dominées par un reposoir encadré de deux fontaines de dévotion. Le plan allongé polygonal, couvert d´un toit à croupe brisée, confère à la chapelle une impression d´écrin, accentuée par les arbres environnants. La sacristie à étage construite en alignement à l´est est une adjonction du 2e quart du XVIIIe siècle.

Le Pardon du Guelhouit

Les pardons de saint Isidore et de la Vierge donnaient lieu à des processions et des fêtes qui duraient toute la journée. La grand-messe et les Vêpres étaient célébrées en plein air devant la « Scala », les femmes se tenaient d´un côté, les hommes de l´autre, face à l´autel.

VocablesNotre-Dame-de-Toute-Aide, Saint-Isidore
Parties constituantes non étudiéesoratoire, fontaine de dévotion
Dénominationschapelle
Aire d'étude et cantonBaud - Baud
AdresseCommune : Melrand
Lieu-dit : le Guelhouit
Cadastre : 1976 YL 6

Le vallon de la Sarre abrite, au pied d'une colline, la chapelle du Guelhouit et son reposoir connu sous le nom de "scala-santa". On y honore à la fois Notre-Dame et saint Isidore dont le patronage semble avoir prédominé. La chapelle est édifiée du temps de l'abbé Julien Marouil en 1683 (date portée sur la façade ouest), à l'emplacement d'un ancien sanctuaire dédié à Notre-Dame du Guelhouit (Notre-Dame de l'Ermitage des Bois). Le culte de saint Isidore se répand très rapidement dans les campagnes bretonnes au 17e siècle. Le sanctuaire du Guelhouit est le siège d'une confrérie à son nom qui bénéficia en 1671 d' indulgences accordées par le pape Clément XIV. La popularité du saint et le bénéfice d'indulgences expliquent la construction, en 1683, d'un sanctuaire plus vaste qu'à l'origine. Une sacristie est rajoutée à l'est, en prolongement du chevet, dans le 2e quart du 18e siècle. L'amorce de porche, visible au sud, signale l'emplacement initial prévue pour la sacristie. La fréquentation des pardons célébrés en l'honneur de Marie et de saint Isidore est très importante au 19e siècle. La chapelle étant devenue insuffisante pour l'affluence des pélerins, l'abbé Constant Daniel fait construire, en 1885, un sanctuaire de plein air dit scala-santa. L'architecte parisien Lucien Douillard, chargé du projet, aménage la pente de la colline en plusieurs terrasses desservies par des degrés et dominées par un oratoire encadré de deux fontaines de dévotion dédiées l'une à la Vierge l'autre à saint Isidore.

Période(s)Principale : 4e quart 17e siècle
Principale : 2e quart 18e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1683, porte la date
1885, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Douillard Lucien architecte attribution par travaux historiques
Personnalité : Marouil Julien commanditaire attribution par travaux historiques
Personnalité : Constant Daniel commanditaire attribution par travaux historiques

La chapelle est construite en pierre de taille de granite. Elle adopte un plan allongé polygonal, couvert d'un toit à croupe brisée. La nef unique est couverte d'une voûte en berceau et à pans coupés aux extrémités, lambrissée et peinte. Un campanile de charpente, à double étage, domine le centre de la toiture. La sacristie à étage, de plan rectangulaire, prolonge le chevet à l'est. Elle est couverte d'un toit à croupe simple. Son rôle est également de stabiliser la chapelle établie sur un terrain en pente. L'oratoire, dit scala-santa, est aménagé dans la pente de la colline, au sud-ouest de la chapelle. La construction est réalisée en moellons et pierres de taille de granite. Des murs de soutènement forment deux étages de terrasses desservies latéralement par de larges escaliers de pierre. Dans chaque extrémité du mur de la seconde terrasse, une fontaine a été aménagée en pierre de taille. Sur la terrasse supérieure s'élève l'oratoire en pierre de taille desservi par des escaliers latéraux, rampe-sur-rampe à deux volées droites. L'oratoire, de plan carré, est couvert d'un toit en pavillon. Son ouverture est cantonnée de deux piliers carrés.

Mursgranite
pierre de taille
moellon
Toitardoise
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau, 1 étage carré
Couvrementslambris de couvrement
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
croupe
croupe polygonale
croupe brisée
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier en équerre en maçonnerie
Typologiessacristie à étage
Techniquessculpture
Précision représentations

A l'intérieur de l'oratoire se trouve un autel de pierre et deux statues de la Vierge et du Christ présentées sur des consoles. Les piliers des rampes de l'escalier sont de section carrée, moulurés dans leur partie supérieure et soulignés, sur la face antérieure, d'un motif en volute.

La chapelle est placée dans un site très préservé. Sa construction est homogène et son plan à double abside constitue une originalité. Hormis la construction légère accolée au mur nord de la sacristie, Notre-Dame du Guelhouit n'a subi aucune altération depuis sa construction au 17e siècle. Elle compose un ensemble cultuel avec l'oratoire et les deux fontaines ainsi qu'avec le calvaire de saint Isidore situé sur le chemin de la procession, au village de Talroc'h. Un autre oratoire se trouve sur le parvis de Notre-Dame de Quelven, sur la commune de Guern.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsclassé MH, 2003/09/01

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Morbihan. Série Fi .

    p.
  • A. D. Morbihan. Série IB, Bulletins paroissiaux, IB 539/1 1983.

    p.
  • Archives paroissiales (non consultées).

    Plan aquarellé de la scala-santa
Bibliographie
  • DU HALGOUET, Hervé Considérations archéologiques sur les édifices religieux du diocèse de Vannes. Vannes, 1951.

    p.
  • DANIGO, Joseph. Eglises et chapelles du pays de Baud. Lorient, imprimerie Presse du Morbihan, 1974.

    p. 60
  • DUHEM, Gustave. Les églises de France, Morbihan. Paris, 1932.

    p. 103
  • Vallée du Blavet. Le canton de Baud. Bretagne. Images du Patrimoine. Rennes, 2003.

    p. 40-41

Liens web