Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de la Haye, ou la Haye-Saint-Hilaire (Saint-Hilaire-des-Landes)

Dossier IA35049123 réalisé en 2010

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées chapelle, donjon, jardin, calvaire, dépendance
Dénominations château
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Saint-Brice-en-Coglès
Adresse Commune : Saint-Hilaire-des-Landes
Lieu-dit : la Haye

L'occupation du site est certifiée par des éléments d'architecture depuis le 14e siècle, mais P. Banéat évoque l'existence d'un ancien "camp romain", du moins d'une enceinte fortifiée, près du château. Le nom même de "la Haye" fait d'ailleurs référence à une propriété ceinte de haies, éléments primitifs de défense, et donc peut-être à cet ancien "camp". La seigneurie de la Haye Saint-Hilaire est une des plus anciennes connues dans le pays de Fougères. Les premiers seigneurs apparurent dans les textes au 12e siècle et la seigneurie est restée dans les mains de la même famille, par filiation directe, jusqu'à aujourd'hui. Cette seigneurie possédait des fiefs en Saint-Hilaire, mais également dans les paroisses voisines : Saint-Marc-le-Blanc, Saint-Sauveur-des-Landes, Saint-Etienne-en-Coglès, Saint-Ouen-les-Alleux ou La Chapelle Saint-Aubert. Elle fut érigée en châtellenie en 1593 et 1619, avec droit de haute justice au bourg de Saint-Hilaire. La famille de la Haye Saint-Hilaire donna cinq gouverneurs de Fougères dont l'un d'eux, René (1568-1593), donna son nom à la tour d'entrée sud du château de Fougères. Le château actuel est composé d'éléments de diverses époques, allant du 14e siècle au 17e siècle. De l'époque médiévale, il reste la structure globale du site, avec la cour carrée bordée de douves, une ancienne porte fortifiée et la tour de guet située en son centre. Ces éléments sont les vestiges conservés après les travaux entrepris par Henri de Saint-Hilaire au début du 17e siècle dans le but d'agrandir et de fortifier sa demeure, mais ces nouvelles fortifications furent interdites par le roi en 1619. Henri mourut en 1622, après avoir modifié l'ancien donjon, implanté au sud-ouest de la cour, mais sans avoir terminé son projet initial. De cette première phase de travaux, il reste la partie est du logis ainsi que la partie centrale. Le logis dans la continuité fut élevé dans la seconde moitié du 17e siècle. La chapelle seigneuriale, dédiée à la Sainte-Famille, fut édifiée en 1686 par Anne de la Haye et Louise de Canabert sa femme.

Période(s) Principale : 14e siècle
Principale : 1er quart 17e siècle
Principale : 4e quart 17e siècle
Dates 1619, daté par travaux historiques
1686, daté par source

Le château de Saint-Hilaire est composé de divers éléments : un logis principal, une tour, une chapelle, les communs, un pavillon et un parc, l´ensemble distribué autour d´une cour. Cette cour, bordée de douves sur trois côtés, est accessible par un portail au nord, précédemment implanté à l´est. C'est sur ce côté est que l'on trouve une balustrade, reliant le logis à la chapelle, tandis que la cour est fermée au nord par un mur de clôture et par les bâtiments sur les deux autres côtés. Implanté à l´angle sud-est de la cour, jouxtant les douves, le logis principal se compose de trois éléments. La première partie, à l´est, pourrait être l´ancien donjon (il reste des meurtrières). Il nous offre un plan rectangulaire sur deux niveaux, percé d´une travée de fenêtres par façade. Ces dernières sont ornées de bandeaux de granite marquant chaque niveau et couronnées de modillons. La toiture, couverte en ardoise, est à longs pans brisés et possède un coyau. La partie centrale, reprend les attributs de la partie est et abrite l´escalier. La façade sud présente d´ailleurs un pan de mur courbe percé de jours d´escalier. La dernière partie est un petit pavillon avec une façade en petites pierres de taille reprenant également le bandeau de granite du logis mitoyen. On ne compte pas ici d´étage carré mais un comble à longs pans brisés. La toiture possède également un coyau. La chapelle, de plan rectangulaire, est percée d´une baie en plein cintre sur chaque mur gouttereau et d´un oculus sur le chevet plat. La maçonnerie est en pierre de taille, l´ensemble étant couvert d´une toiture à brisis, demi-croupes et coyau. Le portail sud possède un linteau segmentaire sculpté d´une accolade. Il est surmonté d´une niche flanquée de balustres et d´une corniche. Le bâtiment abrite une belle statue polychrome de Vierge à l'enfant. La Vierge porte Jésus sur son bras gauche, provoquant un déhanchement, tandis qu'elle tient sa robe avec sa main droite. Sa robe (rouge) ainsi que son voile (bleu) sont rehaussés de dorures. Le pavillon sud-ouest, est de plan rectangulaire, avec une maçonnerie de moellons et de pierres de taille. La fonction initiale de ce pavillon n´est pas identifié, il a d´ailleurs subi de nombreuses modifications au cours des siècles. On trouve des éléments de défense, comme une meurtrière ou des consoles devant supporter un hourd ou un chemin de ronde, mais également des éléments de villégiature avec des fenêtres à appuis moulurés et encadrements chanfreinés. Les communs sont implantés à l´ouest de la cour. Il s´agit d´un bâtiment allongé, dont les pierres de taille de la façade auraient été récupérées sur l´ancien château. Elle est percée de sept portes dont une grande porte charretière en plein cintre. On compte un comble à surcroît couvert d´une toiture à deux pans et croupe au nord. La tour implantée au centre de la cour serait l'ancienne tour de guet du château, elle s'élève sur trois étages et est coiffée d'une toiture conique. On trouve une travée de fenêtre à l'est, et une souche de cheminée au sud. L'ensemble est couronné par une corniche en cavet et un bandeau de granite court sous la fenêtre du deuxième étage. Les fenêtres sont dotées d'encadrements chanfreinés, celui de la fenêtre du troisième étage étant également mouluré.

Murs granite
moellon
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
toit à longs pans brisés
toit conique
croupe
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Protections inscrit MH partiellement, 1926/11/05
inscrit MH, 1995/03/20
Précisions sur la protection

Château : inscription par arrêté du 5 novembre 1926. ensemble du château circonscrit par les douves à savoir : logis, pavillon d'angle, chapelle, communs, tour et douves (cad. ZL 60,62, 63) : inscription par arrêté du 20 mars 1995.

Annexes

  • 20113505049NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20113505050NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

    20103508490Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_93.

    20103508491Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_93.

    20103507953Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_122.

    20103507954Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_123.

    20103507955Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_123.

    20103507956Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_123.

    20103507957Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_123.

    20103507958Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_124.

    20103507959Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 280_35_77_bande_124.

Références documentaires

Bibliographie
  • PAUTREL, Emile. Notions d'histoire et d'archéologie pour la région de Fougères, 1927.

    p.
  • MAUPILLE, Léon. Notices historiques et archéologiques sur le canton de Saint-Brice, 1879.

    p.
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).

    p.
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    p. Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)

Liens web