Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château de Parlementaire (Plouasne)

Dossier IA00004809 réalisé en 1986

Fiche

Le château de Caradeuc parfois appelé « le Versailles breton » demeure malgré ses multiples transformations dans l’esprit du 18e siècle. Le jardin remarquable aménagé également en plusieurs périodes est un manifeste de la culture classique. Il rappelle en cela celui de la Garenne Lemot à Clisson. Cette esthétique privilégie la redécouverte de la nature d’un point de vue poétique, en exploitant les irrégularités du site et en y ajoutant des stations ou fabriques de jardins, fondements du jardin pittoresque. La diversité des installations dans un même lieu est par ce fait une curiosité. Le parc abrite les vestiges du château de la Costardais à Médréac, les grilles d’entrée proviennent de la place du Puits artésien de grenelles à Paris, les bornes et les chaînes sur la terrasse nord sont des remplois de l’hôtel de ville de Rennes.

Genrede parlementaire
Parties constituantes non étudiéesparc, jardin, fabrique de jardin, communs, conciergerie
Dénominationschâteau
Aire d'étude et cantonProjet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
AdresseCommune : Plouasne
Lieu-dit : Caradeuc
Cadastre : 1979 G 373

Le première pierre du château de Caradeuc est posée en 1722 par Anne-Raoul Caradeuc de la Chalotais (1667-1785), procureur au Parlement de Bretagne. Son fils Louis-René (1701-1785) procureur général, également au Parlement de Bretagne, en fait sa résidence de campagne et un domaine d'expérimentation agricole. En 1786, la terre de Caradeuc est érigée en marquisat par lettres patentes de Louis XVI. Le château commencé au début du 18e siècle est resté inachevé à la veille de la Révolution. Vendu comme bien national, il est restitué à la famille de Caradeuc au début du 19e siècle. Vers 1820, il est en partie remanié notamment par la création d´un fronton triangulaire, sur la façade sud du pavillon central qui portent les armes des Caradeuc et des Martel avec la devise « Arreste ton coeur ». Au milieu du 19e siècle, le château est séparé des communs puis s´enchaînent une série de transformations. Raoul de Caradeuc, petit-fils de Louis René entreprend en 1847 la création d´un premier parc à l´anglaise confié à l´architecte paysagiste Lhérault. En 1881, le comte Alfred de Falloux hérite du château après le décès de sa femme Marie de Caradeuc et de sa fille Loyde et fait une donation à Paul Kernier et son épouse, Gabrielle de Nétumières, descendant de la Chalotais. C´est leur fils René de Kernier qui transforme entre 1890 et 1900 le château sous la direction de l´architecte Mellet qui rehausse notamment les toitures et les pavillons, un nouveau jardin à la française est également conçu par Edouard André. Le jardin remploie actuellement des éléments de provenance diverse : bornes et chaînes des places de Rennes, vases et statues, dont une de Louis XVI prévue sous la Restauration pour la niche centrale de l´hôtel de ville de Rennes, due au sculpteur Dominique Molknecht. Les lucarnes du château ainsi que la porte dorique intégrée à la balustrade proviennent du château de la Costardais à Médréac, détruit dans les années 1930. Cette remarquable construction Renaissance portait la date de 1564. L´emploi exceptionnel de l´ordre colossal, les portes jumelées d´ordre dorique, le perron en hémicycle qui les précédait, les lucarnes à volutes et les cheminées à sarcophages portaient la marque de Philibert De l ‘Orme. Aujourd´hui le parc, ses édicules et stations diverses restituent une atmosphère nostalgique des jardins du Grand Siècle dont la partie orientale est achevée en 1950 par Jacques de Wailly.

Remploi
Période(s)Principale : 1er quart 18e siècle
Principale : 19e siècle
Dates1723, daté par travaux historiques
1820, daté par travaux historiques
1898, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Mellet Jacques architecte
Auteur : André Edouard paysagiste
Auteur : Wailly Jacques de paysagiste
Personnalité : Caradeuc
Personnalité : Kernier

Le château de Caradeuc situé sur la commune de Plouasne est entouré d´un parc d´environ 40 hectares qui s´étend sur les communes limitrophes de Saint-Pern et de Longaulnay. Implanté sur une hauteur de 187 mètres, il fait partie des points culminants d´Ille-et-Vilaine. Le château resté inachevé se compose d´un corps de logis de 13 travées avec deux pavillons, l´un au centre, l´autre à l´est. A l´ouest, à la place du pavillon correspondant se situe une simple avancée à pans coupés servant de cage d´escalier. La façade sud se distingue par son péristyle central surmonté d´un balcon. La façade nord est légèrement différente et les pavillons forment des avants corps plus marqués. Construition en granite, tympan de la façade sud en calcaire et corniche en pierre des Faluns. Les communs situés à proximité à l´est sont organisés autour d´une ancienne cour quadrangulaire. La conciergerie du château est située sur la commune de Longaulnay. Le parc est composé de multiples « stations » : l´allée d´arrivée et les parterres à la française, le parterre de Diane (Diane chasseresse, Faune, Nymphe, statue en marbre de Carrare de Louis-René de Caradeuc, lions), le rond-point des empereurs (bustes d´empereur ou d´impératrice romaine), L´allée de Saint-Méen (vestige du parc de Lhérault), l´allée des Falloux (Jeanne d´Arc, statue du comte de Falloux), l´allée du Zéphir et l´allée de Paimpont (temple circulaire contenant une statue de bois de zéphir), la terrasse nord (statue de Pan jouant de la flûte), l´allée de Louis XVI (statue du roi Louis XVI), l´allée et le rond point de Bécherel (statue de Baucis, grotte et Vierge de Lourdes), le Mont Affilain (colonne surmontée d´une sphère armillaire).

Mursgranite
falun
falun
moellon
pierre de taille
Plansplan régulier
Étages1 étage carré
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
toit à longs pans brisés
Escaliersescalier intérieur : escalier en vis avec jour
Typologiespièces en enfilade, plan allongé
Techniquesferronnerie
sculpture
Précision représentations

Sur le tympan central, façade sud : blason de la famille de Caradeuc accolé à celui des Martel. Devise des Caradeuc : Arreste ton coeur. (mariage avec Emilie Martel en 1821). Façade nord : armes de Caradeuc et Raille de la Fresnais.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1978, 2011/02/21
Précisions sur la protection

Les façades, les toitures et les communs du château ont été inscrits à l´inventaire supplémentaire des monuments historiques le 1er février 1978. Le 1er février 1978, le parc a reçu le label : jardin remarquable. Site classé.

Annexes

  • Voir Archives Inventaire Région Bretagne, centre de documentation du patrimoine, texte de : Geneviève de Lantivy : .

  • 19802203762ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

    19802203763ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

    19802203233ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

    19802203761ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. CRMH et A. Inventaire Général, dossier de geneviève de Lantivy.

    p.
Bibliographie
  • MONIER, M.E. Châteaux, manoirs et paysages ou quinze promenades autour de Dinan. Mayenne : Joseph Floch, 1975 (nouvelle édition revue et augmentée).

  • Bulletin de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine , 1931, p. 147-148.

  • Buletin de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine, 1962-1963, 1964.

  • Marquis de Kernier. Notice sur le château de Caradeuc , dans Pocquet du Haut Jussé, Visites, Excursions, Souvenirs. Rennes : Durand-Noël, 1964.

Liens web