Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Château de Talhouët (Pluherlin)

Dossier IA00008747 réalisé en 1979

Fiche

  • Vue générale sud
    Vue générale sud
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • chapelle
    • bassin
    • citerne
    • écurie
    • remise
    • étable
    • jardin

Malgré son évolution et ses remaniements, le château conserve des éléments se rattachant à la seconde Renaissance de très grande qualité tant à l'extérieur qu'à l'intérieur : lucarnes, portes et escalier, ainsi que la chapelle. Bien que postérieur, le décor peint, les boiseries conservées sont relativement homogènes, à l'exception du vaisselier Renaissance constitué d'éléments épars qui a été rapporté.

Peu d'édifices locaux sont construits à la même époque dans le style de la seconde Renaissance : on pense à quelques éléments des dépendances du château de Trémohar à Berric, peut-être le château disparu d'Erec à Questembert dont une cheminée est remontée au château de Kerjean, et, en plus modeste le doyenné de Péaule, et l'église du Guerno. Plus éloignés, le château de Rimasion en Bieuzy et le Mée en Guéhénno. (C. Toscer)

Parties constituantes non étudiées chapelle, bassin, citerne, écurie, remise, étable, jardin
Dénominations château
Aire d'étude et canton Bretagne - Rochefort-en-Terre
Adresse Commune : Pluherlin
Lieu-dit : Talhouët (Le)
Cadastre : 1946 E1 115

La seigneurie de Talhouët était le siège de la famille du même nom. Un premier manoir existait alors, bâti probablement au 14e-15e siècle. En 1531, Isabeau de Talhouët l'apporte lors de son remariage avec M. du Bot de La Ville-Pelotte. Alain du Bot, écuyer, capitaine de la vicomté de Rohan et marié à Briande de la Chapelle en 1579, fait construire une nouvelle demeure en 1582. La date est portée sur une lucarne de logis tandis qu'une autre ouverture porte les initiales de leurs prénoms : A et B. La chapelle est construite au début du 17e siècle (les anciens vitraux portaient la date de 1625). Une seconde phase de travaux a lieu en 1647, avec agrandissement du corps de logis vers l'est : on distingue sur l'élévation nord, la reprise entre la travée de l'escalier (face à la porte d'entrée) et les deux dernières travées ouest. Puis le domaine passe successivement dans les mains des familles Rado de Courson, Huchet de La Bédoyère, Juchault de Lorme et Quénétain. En 1814, par extinction de la descendance directe de la famille Du Bot, la propriété est acquise par la comtesse de Danne, qui entreprend dans les années 1850, l'agrandissement de la demeure vers l'ouest (ajout d'un pavillon au corps de logis principal, destiné à abriter un jardin d'hiver ; communs) ; le projet cependant n'est pas terminé puisque le dessin conservé des élévations prévoyaient la construction du pavillon ouest, prévu dès le 17e siècle d'après les pierres d'attente en place à l'est et non réalisé qui aurait donné au château une élévation symétrique. Dans la seconde moitié du 19e siècle, le décor est mis au goût de l'époque : boiseries, décor sculpté et peint, remploi d'éléments Renaissance formant un vaisselier, plafonds à la française de la salle de billard et du grand-salon (vers 1860). Le manoir médiéval, avec dépendances et colombier, qui figure sur le plan cadastral de 1845 avec ses dépendances a été détruit à la fin du 19e siècle.

Le château vendu en 1989 au propriétaire actuel accueille des chambres d'hôtes depuis 1990. (S. Le Lu)

Période(s) Principale : 15e siècle , (?) , (détruit)
Principale : 4e quart 16e siècle
Principale : 1ère moitié 17e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates 1582, porte la date
1625, porte la date
1647, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Bourbouillon, maître verrier, signature
Personnalité : Du Bot Alain, commanditaire, signature, attribution par travaux historiques
Personnalité : La Chapelle Briande de, commanditaire, signature, attribution par travaux historiques
Personnalité : Dannes, comtesse de, commanditaire, attribution par travaux historiques

Situé à l'orée du bois du Talhouët, le domaine du même nom se compose d'un grand logis entouré de ses dépendances (grange, étables, fournil), d'une citerne à eau, d'une chapelle et de sa sacristie, d'anciens murs de clôtures et de jardins avec bassin.

Le château orienté nord-sud, forme un plan en L. La partie centrale avec son décrochement est la partie la plus ancienne. L'élévation nord conserve une porte surmontée d'un blason (représentant les armes des familles Du Bot et Briande de la Chapelle (?) tenu par deux lions ou guépards en haut-relief. Cette élévation comporte également deux oculi en rez-de-chaussée qui éclairent le départ d'escalier menant à une cave, ainsi qu'une lucarne datée 1582. Sur l'élévation sud, la porte principale est mise en valeur par des pilastres surmontés d'un fronton triangulaire. Au dessus, l'inscription : " ALAIN DU BOT BRIANDE DE LA CHAPELLE HANRI DU BOT" confirme l'identité des commanditaires. La lucarne voisine porte quant à elle, la devise du couple : "ce qui me plaist, m'ennuie", encadrée des initiales de leurs prénoms, A et B. Dans le pignon est, des pierres d'attente et quelques ouvertures bouchées témoignent du projet d'extension d'un pavillon identique à celui de l'ouest, projet non réalisé. L'élévation ouest de l'extension ouest, plus basse, montre plusieurs ouvertures bouchées.

A l'intérieur, l'étage est distribué par un escalier à retours à volées droites sur mur noyau.

La chapelle Saint-Jean est de style Renaissance. Elle est à vaisseau unique et présente un chevet à pans coupés. Le mur-pignon occidental est surmonté d'un clocheton à dôme. La nef est couverte d'un lambris en berceau et en cul-de-four dans l'abside. L'ensemble est lambrissé et entièrement quadrillé par des tiges de bois. La clé de la voûte porte les armoiries des familles de Rohan, du Talhouët, du Bot, et Huchet. Deux blasons n'ont pas été identifiés. Trois baies éclairent la nef et deux niches sacraires sont percées dans les murs est. Il faut également noter la présence d'un bénitier ancien, encastré dans le mur méridional, ainsi que deux confessionnaux (18e siècle?).

Au nord-ouest du logis s'étend une dépendance à plan en U dont la partie sud est à usage d'écuries et de remise ; en moellon de schiste, sans étage, elle est ouverte d'une grande porte charretière axiale. Au sud de cette remise se trouve une citerne circulaire en moellon qui émerge du sol d'environ 1m.

A l'est du château dans l'ancien jardin, le bassin circulaire est bordé de granite.

Murs granite
moellon
Toit ardoise
Étages 1 étage carré, étage de comble, étage en surcroît
Couvrements lambris de couvrement
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
toit en pavillon
pignon couvert
noue
croupe
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours sans jour, en maçonnerie
Techniques sculpture
Représentations armoiries
Précision représentations

Armoiries figurées dans le logis

- Armoiries en alliance du Bot/de la Chapelle (?) sur le blason de la porte nord, blason tenu par deux léopards ou lions debout

- Blason en alliance buché entouré d'un collier d'ordre sur l'entablement de la porte de l'entrée au rez-de-chaussée.

- Cheminée du salon : armes en alliance Huchet de la Bedoyère : Écartelé : aux 1 et 4, d'argent, à trois huchets de sable, les embouchures à dextre ; aux 2 et 3, d'azur, à six billettes percées d'argent, 3, 2 et 1 avec une famille non identifiée : à deux lions armés et lampassés

Armoiries figurées dans la chapelle

- Rohan : de gueules à neuf macles d'or

- Talhouët : d'argent à trois pommes de pin versées de gueules

- Du Bot : d'azur à trois quintefeuilles d'argent

- Huchet : d'argent à trois cors de chasse de sable, les embouchures à dextre

Statut de la propriété propriété d'une société privée
Protections inscrit MH, 2000/09/29
Précisions sur la protection

Seuls le logis, la chapelle, les façades et toitures des communs, les jardins en terrasses avec leurs murets et structures maçonnées, les murs de clôture du domaine sont protégés au titre des Monuments historiques.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Morbihan. 1840. Pluherlin. 3 P 217. Plan cadastral. Plan d'assemblage et plan par sections.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 217
  • Archives départementales du Morbihan. 3 P 2438. Pluherlin. Matrices cadastrales des propriétés bâties 1911-1945.

    Archives départementales du Morbihan : 3 P 2438
Documents figurés
  • Archives communales de Pluherlin

Bibliographie
  • HALLIER, A. Pluherlin, notes d'histoire locale. La voie de saint Gentien. Pluherlin, 1981.

  • LE MENÉ, Jean-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes, 1891-1894. Reéd. Coop Breizh, 1994.

    t. 2, p. 171-176 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • Le patrimoine des communes du Morbihan. Paris : Flohic éditions, 1996. (Le patrimoine des communes de France).

    p. 893, fig Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LAIGUE, René, comte de. La noblesse bretonne aux XVe et XVIe siècles. Réformations et montres. Evêché de Vannes. Vannes, 1902, rééd. Versailles : Mémoires & Documents, 2001.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)

Liens web