Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir puis "château"de la Guerche, puis école des salésiens (Saint-Hélen)

Dossier IA22005311 réalisé en 2018

Le château de la Guerche construit dans la première moitié du 19e siècle, s’apparente, en plus petit, au château néo-classique de l’Argentage à Saint-Lormel. Ce dernier est édifié par l’architecte malouin Pierre Hamon (1779-1853), fils de Pierre-Joseph Hamon (1757-1824), également architecte municipal de Saint-Malo. S’y retrouvent le goût des compositions symétriques avec avant-corps, l’usage de toiture plates à frontons triangulaires, l’habile combinaison des formes arrondies ou rectangulaires des baies, le même traitement de l’entrée, aménagée en jardin d’hiver, qui relie les deux ailes et bien d’autres détails de mise en œuvre.

Destinations école
Dénominations château
Aire d'étude et canton Projet de Parc Vallée de la Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Saint-Hélen
Lieu-dit : la Guerche (La)
Précisions

L’ancien manoir

Le château de la Guerche est édifié sur un ancien site de manoir. Ce dernier mentionné dès le début du 17e siècle était encore en place avec sa métairie en 1811. Il présentait un corps rectangulaire avec une petite aile arrière, de forme presque carrée. Une grande avenue plantée menait à ce logis, dont la cour antérieure était fermée par un pavillon, à l’est, et des dépendances, à l’ouest. La métairie, presque mitoyenne avait également sa propre cour.

Une nouvelle habitation

Le cadastre de 1844, fait apparaître une construction nouvelle, à l’arrière du manoir, formant une aile, en retour d’équerre, avec deux avant-corps, ouest et est. Il s’agit en fait, de la construction du nouveau logis qui n’est pas encore achevée à cette date. Le registre d’imposition du cadastre mentionne l’achèvement des travaux du logis principal en 1853 pour Marc Antoine de Guéhenneuc de Bois Hue. Cette date peut correspondre au nouveau corps de bâtiment, à trois travées qui est venu se greffer, à l’arrière, au centre du corps principal. Marc Antoine de Guéhenneuc de Bois Hue et son épouse Marie de Sémallé font également rebâtir la métairie quelques années plus tard, en 1864.

Un lieu d’accueil, de repos et de formation des frères Salésiens

La propriété est acquise au franc symbolique par les frères salésiens vers 1930. Les premières années, le château sert de lieu de repos aux frères mais également de colonie de vacances. Ils y installent une école en 1935 qui prendra le nom de « la maison de Coat-an-Doch ». Une école de noviciat est attestée de 1939 à 1949. En 1950, les frères salésiens quittent la Guerche et passent le relais aux sœurs qui y fondent une école ménagère. Le grand bâtiment d’école, à fenêtres géminées, remonte à cette période.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle , (?)
Dates 1853, daté par source
1864, daté par source
Auteur(s) Personnalité : Guéhéneuc de Boishue, commanditaire, attribution par travaux historiques

Les terres de la Guerche s’étendent au sud du ruisseau du Gué Parfond qui s’écoule dans la Rance à Chantoiseau. L’environnement a été très transformé depuis le plan du cadastre de 1844. Les bâtiments qui encadraient la cour antérieure ont disparu, comme les communs qui ont été reconstruits à l’arrière. Le plan du château n’est plus également le même : l’aile arrière en retour d’équerre, mentionnée sur le plan de 1844 est en fait le château actuel. Le corps de l’ancien manoir a été détruit. Enfin, de nouveaux bâtiments à usage d’école sont édifiés, au sud, pour les salésiens.

Le château est orienté à l’ouest. Cette façade présente deux avant-corps réunis par un jardin d’hiver couvert d’une terrasse. La façade arrière à l’est indique une reprise de façade. La partie centrale, en avant-corps, est venue se greffer à un corps existant.

Murs granite
enduit
maçonnerie
pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan régulier
Étages rez-de-chaussée, 1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Typologies reconstruction. Néoclassique
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • La Guerche, extrait des états de la section D, cadastre de 1844

    A.D 22. Cadastre de 1844 : 3P 299. Extrait des états de la section D du cadastre de 1844, suivi des augmentations de constructions.

    1844 section D, la Guerche, n°293 au n°336, appartient à Marc Antoine Guéhenneuc de Boishue

    293 la grande vallée, 294 le Rocher (labour), 295 le Rocher (pâture), 296 la Grande vallée (taillis),297 la petite vallée (labour), 298 la prée de Grohon (pré), 299 la prée de Grohon (pré), 300 bois Guerche (terrain d’agrément), 301, le Domaine (pâture), 303 la queue de l’étang (pâture), 304 l’étang, 305, le jardin (courtil), 307 la Guerche (bâtiment et cour), 308 la Guerche ferme (maison, bâtiment et cour), 309 château de la Guerche (maison, bâtiment et cour),310 jardin principal, 311 serre (bâtiment),312 l’esplanade (terrain d’agrément), 314 le canal (étang, rivière), 315 les mouchoirs (pré), 316 les mouchoirs (pré), 317 l’oseraie (pré), 318 petit pré de sainte Suzanne (pré), 319 les nouettes (labour), 320 la prée d’ahaut (pré), 321 l’avenue, 322 le grand hourdain (labour), 323 le petit hourdain (labour) 324 la grande prée (pâture), 325 la grande prée (labour), 328 le long champ (labour), 329 le court champ (labour), 330 la perrière (labour), 331 la perrière (pâture),332 la prée du gué (pré), 333 le petit bois (cerclière), le clos de la porte (labour), 335 le chanvri (labour), 336 pré du gué (pré), 337 le hoguet (pâture).

    1853, construction d’une nouvelle maison, par la famille de Guéhenneuc de Bois Hue, D 312

    1864, reconstruction d’une maison, par la famille de Guéhenneuc de Bois Hue, D 308.

  • Les différentes familles détentrices du manoir puis du château de la Guerche

    Notes extraites : http://www.infobretagne.com/seigneurie-coetquen-guerche-ganterie.htm

    Jeanne du Bouays, marraine, en 1615, de Jeanne Chauchart, issue de N. H. Gabriel Chauchart, sieur des Murs, décédé en 1627, et de Françoise Chesnel ;

    Écuyer Pierre Martin, inhumé, en 1632, dans l'église de Saint-Hélen, devant l'autel Saint-Michel

    Écuyer François Martin, d'abord sieur de Crohan, second époux en 1627 de Françoise Chesnel ci-dessus, dame des Murs, en Saint-Hélen

    Jean Martin, leur fils, né en 1633, sieur aussi des Murs

    Écuyer Charles Martin, époux d'Anne Cochon, dame des Murs, vivant vers 1680

    Jules-César Martin, seigneur de la Guerche, marié, en 1723, à Rennes, à Marguerite du Boisboissel.

    Peu après 1789, la Guerche était occupée par haut et puissant messire Pierre Mourin d'Arfeuille, chevalier, officier au régiment royal, époux d'Olympe du Fournet en Saint-Judoce, qui deux fois est mentionné par le registre de la mairie de Pleudihen (Pleudihen-sur-Rance), relatif à la Révolution.

    Jean-Baptiste Guéhenneuc, comte de Boishue, 1769-1865, époux de dame Augustine Prioul de Saint-Léger

    Marc-Antoine Guéhenneuc, 1810-1896, époux de dame Marie de Sémallé

    Léon Guéhenneuc, 1841-1912, époux de dame Henriette de Chabrefy

    Charles Guéhenneuc, comte de Boishue, officier, époux de dame Geneviève Cochin.

  • Château de la Guerche, noviciat

    http://www.adb-adbs.fr/oeuvres-salesiennes-d-hier-et-daujourd-hui/13-auto-genere-a-partir-du-titre.html. © 2018ADB-ADBS

    Saint-Hélen (Côte d‘Armor). CHATEAU DE LA GUERCHE, NOVICIAT. 1935 – 1950

    A Saint-Hélen (Côtes-du-Nord, aujourd’hui Côtes-d’Armor, diocèse de Saint-Brieuc), à 6 km de Dinan, les salésiens reçurent de la Comtesse de Boishue (décédée en 1960), une propriété de 15 hectares : un contrat de vente fut passé officiellement avec cinq salésiens devant un notaire de Rennes en 1930 (ou 1931 ?), pour déguiser ce don fait aux salésiens. Il s’agissait d’un manoir breton, construction de 1830, où la donatrice demeura elle-même jusqu’en 1928. La première activité salésienne fut, durant l’été 1932, une colonie de vacances organisée par des salésiens de Melles (Belgique)…Les étés suivants ou à d’autres moments, les salésiens vinrent aussi s’y reposer… En 1935, les 20 élèves acceptés pour l’ouverture de la maison de Coat-an-Doch arrivent à La Guerche… puisqu’à Coat, les travaux ne sont pas terminés pour l’ouverture.

    1935-1936 : P. PANSARD Louis, « directeur délégué » par le directeur de « Coat », le P.Pastol.

    1936-19.. : P. GUILLERM Maxime, directeur. De 1936 à 1939, la maison sert de colonie de vacances et de maison de repos. En 1936, les élèves de Pouillé s’y réfugient durant le mois de janvier, à cause des grandes inondations de la Loire. En 1937, P. Florentin Cené vient y préparer l’ouverture du scolasticat de philosophie par quelques transformations : dortoirs, etc... En 1939, le noviciat de Binson vient s’y réfugier avec ses 20 novices, avec P. Coye, son directeur, et P.Genieys, son maître des novices, et P. Pinot le 'socius'. Le noviciat demeurera à La Guerche jusqu’en 1949. En mai 1940, on accueille aussi les novices belges et hollandais. En 1941, il y a les novices, les philosophes, et arrivent les théologiens de la province salésienne du Nord. En 1941-1942, quelques élèves de première de nos maisons de Caen et Pouillé arrivent. Les effectifs de 1942 sont : 16 novices, 11 philosophes, et 23 théologiens (dont Valéry THOMAS…). En 1944, un baraquement aménagé remplace la trop petite chapelle du château. En 1945, il y a 15 novices, 13 philosophes, et 30 théologiens : c’est l’année de la tournée théâtrale « Le Dieu qui bouge » qui a lieu en camion, durant l’été, de Saint-Servan à Pont-Aven.

    19.. -19.. : P. DEAS Raymond, directeur

    19.. -1947 : P. MAZE Yves, directeur. P. Déas est maître des novices de 1946 à 1949. En 1946, les théologiens sont partis à Fontanière (banlieue de Lyon), mais il y a en plus les philosophes du Midi. En 1947, le scolasticat de philosophie quitte pour s’installer à Villiers-le-Bel, en région parisienne : il n’y a plus que les novices du Nord. 1947-1948 : P. BUQUEN Maurice, directeur.

    1948-1949 : P. ROBINO Henri, directeur. En 1949, le noviciat est transplanté à Dormans (Marne). En 1950, les salésiens quittent La Guerche et passent le relais aux sœurs salésiennes qui y fondent une école ménagère.

Références documentaires

Bibliographie
  • Le patrimoine des communes des Côtes-d'Armor. Collection : Le patrimoine des communes de France. Paris : Flohic éditions 1998, 2 tomes.

    p. 293
(c) Monuments historiques ; (c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Orain Véronique - Lauranceau Elise