Logo ={0} - Retour à l'accueil

Château, Quillien (Pleyben)

Dossier IA29004546 réalisé en 2004

Fiche

Dénominationschâteau
Aire d'étude et cantonParc Naturel Régional d'Armorique - Pleyben
AdresseCommune : Pleyben
Lieu-dit : Quillien

Le lieu noble de Quillien est attesté en 1426. Les vestiges d´un gisant du 15e siècle conservés dans le parc passent pour être ceux d´un seigneur du lieu, peut-être Jean Cabournay, seigneur de Quillien. Dès le 16e siècle, le domaine inclue des vastes bois, un moulin à eau, un colombier, une chapelle et un verger clos de murs. En 1751, il englobe une vingtaine de métairies sur le seul territoire de Pleyben. L´ancien logis du manoir, peut-être du 16e siècle, semble figurer sur le cadastre de 1813. Le domaine de Quillien passe, par héritage, aux Kerret qui le possèdent au 19e siècle, époque marqué par un renouveau architectural du lieu (bâtiments, allées, parc, pièce d´eau). L´ancien manoir est déclassé en métairie et une nouvelle demeure est construite au sud-ouest du site ancien. En 1851, à la demande de René-Maurice de Kerret, Joseph Bigot l´architecte départemental, dresse les plans du château. A quelques détails près, l´édifice, d´inspiration néoclassique selon la volonté du commanditaire, est réalisé suivant le projet initial, aussi bien à l´extérieur qu´à l´intérieur. L´ancien domaine est aujourd´hui partagé en plusieurs propriétés foncières. Du château dépendent l´ancienne chapelle du 16e siècle (vestiges), une fontaine datée 1677 et un ancien abreuvoir à chevaux portant un décor sculpté figurant un lion.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 16e siècle
Secondaire : 3e quart 17e siècle
Dates1851, daté par source
Auteur(s)Auteur : Bigot Joseph architecte départemental
Personnalité : Kerret René-Maurice de commanditaire attribution par source

Plan double en profondeur. Edifice à double orientation. Corps central flanqué de deux pavillons légèrement saillants. Elévations à sept travées mais non identiques. Soubassement, chaînages d´angle et bandeaux en kersantite, encadrement des baies en kersantite et brique. Toit à longs pans et toit en pavillon liés par des noues. Etage de soubassement à usage de caves, bûchers et cuisine. Rez-de-chaussée surélevé avec vestibule ouvrant sur la cage d´escalier et les pièces de réception (salons, salle à manger, ancien billard, ancienne bibliothèque). Escalier monumental tournant en châtaignier et rampe d´appui en fer forgé. Deux escaliers de service en bois liant tous les niveaux. Premier étage à couloir central desservant les chambres.

Murskersantite
brique
granite
enduit partiel
Toitardoise
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
Escaliers
escalier tournant à retours en charpente
Précision représentations

Armoiries Kerret (au-dessus de la porte d´entrée).

Ce grand logis de style néoclassique proposé par l´architecte Joseph Bigot qui signe également l´aménagement intérieur (lambris de mi-hauteur, plafonds, boiseries, cheminées), s´inscrit dans le renouveau plus vaste d´un grand domaine aristocratique des années 1850.

Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • 20092910303NUCB : Collection particulière

    20092910332NUCB : Collection particulière

    20092910333NUCB : Collection particulière

    20092910334NUCB : Collection particulière

    20092910335NUCB : Collection particulière

    20092910336NUCB : Collection particulière

    20092910337NUCB : Collection particulière

    20092900345NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Bibliographie
  • PERENNES, Henri. Notices sur les paroisses du diocèse de Quimper et de Léon, Bulletin de la commisson diocésaine d'histoire et d'archéologie de Quimper 1939, p. 1-37.