Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ciboire-chrismatoire

Dossier IM35021412 réalisé en 2003

Fiche

Dossiers de synthèse

La plupart des ciboires des malades reprennent vers la fin du XVIIIe siècle et surtout au XIXe siècle, la forme, en miniature des ciboires de célébrant. Dans certains cas, la tige, creuse et assemblée en deux parties vissées, sert de réserve à Saint Chrême et permet ainsi à la fois de donner la communion aux malades et l´extrême onction aux mourants. Les ciboires-chrismatoires antérieurs au XIXe siècle sont plutôt rares, ce qui donne un surcroît d´intérêt à celui-ci, réalisé par Amaury Dréo, orfèvre rennais connu dans les dernières années de l´Ancien Régime. La simplicité de l´objet n´empêche pas son exécution très soignée comme en témoigne le discret décor de feuilles et de fruits rapportés sur le couvercle à la base de la croix.

Dénominations ciboire-chrismatoire
Aire d'étude et canton Haute-Bretagne - Pipriac
Adresse Commune : Sixt-sur-Aff

Ce ciboire-chrismatoire est certainement une oeuvre d'Amaury-Alexandre-Marie Dreo qui fut reçu maître-orfèvre à Rennes en 1784 et qui était toujours actif en 1789.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Lieu d'exécution Édifice ou site : Bretagne, 35, Rennes
Auteur(s) Auteur : Dréo Amaury-Alexandre-Marie, orfèvre
Catégories orfèvrerie
Matériaux argent, repoussé, ciselé
Précision dimensions

h = 11,5 ; d = 5,6

Inscriptions & marques poinçon de maître
poinçon de communauté
Précision inscriptions

Poinçons (sous le couvercle) : initiales A et D, une hermine en dessous, une fleurs de lys couronnée encadrée de deux points au dessus, maître Amaury Dréo ; communauté de Rennes 1785-1789 : un singe, millésime illisible.

Exemple assez rare de ciboire-christmatoire d'Ancien Régime.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler