Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Cimetière Saint-Fiacre (Tréguier)

Dossier IA22133317 réalisé en 2017
Parties constituantes non étudiées croix de cimetière
Dénominations cimetière, mur de clôture
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
Adresse Commune : Tréguier
Adresse : Venelle du Cloître

Le vieux cimetière de Tréguier est situé au nord de la place Notre-Dame de Coatcolvézou. Dans ce cimetière se dressait autrefois une chapelle dédiée à saint Fiacre, saint guérisseur… mais aussi patron des jardiniers. Cette chapelle, qui aurait été construite en 1472, est détruite pendant la Révolution : ses matériaux servirent à construire les murs du cimetière tandis que son clocher est abattu en 1816. Le cimetière a été agrandi au début du 20e siècle en gagnant au nord et à l’ouest sur le jardin de l’ancien palais épiscopal. Le vieux cimetière de Tréguier compte aujourd’hui plus de 900 tombes.

Dans le cimetière sont enterrés plusieurs générations de trécorrois plus ou moins célèbres : madame Taupin (guillotinée place du Martray en 1794), des ecclésiastiques comme Charles Riou (mort en 1830 et dont la tombe est surmontée d’une statue de clerc en prière), Gustave Le Borgne de la Tour (homme politique mort en 1893), la famille d’Anatole Le Braz (onze personnes décédées en 1901 suite à un naufrage au large de Plougrescant), la famille de Dieuleveult (François-Marie, médecin reconnu mort en 1821 et Paul, homme politique décédé en 1867), la famille Caplot (Paul, âgé de huit ans, enterré en 1925 avec sa petite voiture dans une chapelle funéraire vitrée), Hélène Lahovary (princesse Kretzulesco disparue en 1921) et son mari Gustave de Kerguezec (ancien sénateur maire de Tréguier mort en 1955) ou encore Henri Pollès (écrivain, romancier, poète et essayiste français décédé en 1994). Les archives communales de Tréguier conservent dans la série 3N1 les actes administratifs relatifs aux concession de 1851 à 1982. Le calvaire réalisé par Yves Hernot est daté de 1852.

La particularité du cimetière de Tréguier est d’abriter trois carrés militaires de la Première guerre mondiale : un carré militaire français et allié (10 soldats) et deux carrés militaires allemands (83 soldats).

Si certaines tombes du cimetière Saint-Fiacre de Tréguier sont délaissées et semblent oubliées depuis longtemps, n’est-il pas dans notre devoir de conserver les plus remarquables au titre du patrimoine de la ville et plus largement du Trégor ?

Période(s) Principale : Temps modernes
Principale : Epoque contemporaine

Le cimetière Saint-Fiacre est situé dans l’hyper centre de Tréguier, au nord de la place Notre-Dame de Coatcolvézou et du cloître de la cathédrale Saint-Tugdual. Clos par un mur continu, le cimetière a une superficie de 5160 mètres carrés et abrite à ce jour plus de 900 sépultures : tombes, caveaux, chapelles funéraires. Un remarquable calvaire en granite de Yves Hernot (1820-1890) se dresse au milieu du cimetière : on peut y lire sa signature : "F.P.Y. Hernot / de Plouaret 1852". Sur le socle, on peut voir trois bas-reliefs représentant : une Pietà ou Vierge de Pitié, saint Tugdual et saint Yves. La particularité du cimetière de Tréguier est d’abriter trois carrés militaires de la Première guerre mondiale : un carré militaire français et allié (10 soldats) et deux carrés militaires allemands (83 soldats).

Murs granite moellon
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Cimetière ; concessions : actes administratifs. 1851-1982.

    Archives communales de Tréguier : 3N1
Documents figurés
  • Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Tréguier, 1834.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P 362/1-4