Logo ={0} - Retour à l'accueil

Colombier de Kermartin (Minihy-Tréguier)

Dossier IA22133386 inclus dans Bourg de Minihy-Tréguier réalisé en 2018
Dénominationscolombier
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
AdresseCommune : Minihy-Tréguier
Lieu-dit : Kermartin

Du manoir de Kermartin ne subsiste plus aujourd’hui que le colombier et le puits. Si la tradition fait remonter la construction du colombier à l’initiative du père de Yves Hélory, c’est-à-dire au 13e siècle, il est en réalité vraisemblablement datable de la seconde moitié du 14e siècle ou du 15e siècle par analogie avec d’autres colombiers. Dans la campagne, le colombier est le symbole de la puissance seigneuriale. Un autre colombier a été construit sur les terres de Kermartin à la Chapellenie fondée en 1297.

Le colombier ou "pigeonnier à pied" abrite des trous de pigeons du rez-de-chaussée à la naissance de la voûte : le nombre de boulins - ici 750 (nous n’avons pas recompté) - est lié à la richesse du commanditaire et à la surface de terres cultivées, un boulin correspondant à un demi-arpent de terre (ce qui donnerait une seigneurie de plus de 90 hectares de superficie). L'article 389 de la coutume de Bretagne défend à tout particulier d'avoir "des colombiers soit à pied ou sur piliers, à moins qu´il n'ait en sa faveur une possession immémoriale ou qu´il ne soit propriétaire de 300 journaux de terre en fief ou domaine noble aux environs du lieu où il veut faire bâtir le colombier".

Une échelle tournante permettait d'atteindre les niches abritant les œufs, les pigeonneaux et les pigeons qui constituaient le garde-manger du seigneur. La colombine ou fiente de pigeons constituait également un excellent engrais naturel.

Le colombier de Kermartin est désaffecté depuis la Révolution et la disparition du "droit de colombier".

Période(s)Principale : 2e moitié 14e siècle, 15e siècle

Le colombier est situé à 70 mètres au sud-sud-ouest de l’emplacement présumé du manoir : son éloignement permet d'éviter les nuisances (bruits et mauvaises odeurs des pigeons) mais sa porte demeurait visible du manoir. En forme de tour élancée, le colombier est élevé en moellon de schiste à l’origine enduit. Il est couvert d'une coupole en tas de charge utilisant des dalles de schiste et percée d'un jour zénithal.

Les trous de boulins ou niches en L sont disposés par rangées superposées et disposés en quinconce (par arrangement de cinq unités). Ils sont formés d'une alternance de blocs et de lits de schiste enduits. A l´origine, le colombier était probablement couvert par un lanternon charpenté ou en pierre (comme à Lesmoal à Plounérin).

Son état sanitaire est alarmant (état en 2019) : le bâtiment apparait lézardé et son enduit boursouflé. Un diagnostic serait nécessaire avant un étaiement d’urgence.

Mursgranite moellon
schiste moellon
Toitschiste en couverture
États conservationsmauvais état, inégal suivant les parties, désaffecté
Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquablescolombier
Précisions sur la protection

Aucune protection.