Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Croix-reliquaire

Dossier IM35021402 réalisé en 1986

Fiche

Dossiers de synthèse

Le fait que Saint-Pern relève sous l´ancien régime de l´évêché de Saint-Malo, n´est sans doute pas étranger à la nature des bois employés pour cette croix. Au lieu d´être simplement en poirier ou en chêne noirci, comme c´est le plus souvent le cas pour ce type d´objet, la croix est ici réalisée en ébène véritable, et le socle, de nuance rouge, probablement en acajou. Le choix de ces bois précieux, et surtout celui du socle, indiquent peut-être ici la réalisation d´un orfèvre malouin, malheureusement anonyme, les traces de petits poinçons présentes dans les rayons, sans doute ceux réservés aux menus ouvrage, ne permettant pas son identification. Quoi qu´il en soit, la mise en oeuvre du garnissage d´argent est irréprochable : les filets sont bien moulurés, les fleurs de lys détachées avec élégance et les rayons, bien que nécessairement symétriques ne sont pas encore mécaniques et découpés à l´emporte-pièce comme ce sera le cas dans les fabrications industrielles du XIXe siècle. Le traitement raffiné de la plaque ajourée qui garnit le devant du pied, montre, à travers sa composition de noeud de ruban retenant une guirlande de feuilles de laurier retombant en chutes symétriques, que l´orfèvre est parfaitement au fait du nouveau goût « à la grecque », dont il pare ici l´iconographie traditionnelle des attributs de la Passion, et permet de situer cette croix reliquaire vers 1780. L'authentique des reliques conservé dans une cavité sous la base date très précisément sa réalisation de 1788. La paroisse de Baulon, conserve une croix assez semblable, à rayons et fleurs de lys, également datable du XVIIIe siècle, celle de Saint-Armel, une autre croix reliquaire semblable, datée de 1781.

Extrait du registre paroissial de Saint-Pern pour l'année 1788.

Anciens registres paroissiaux de Bretagne, abbé Paris-Jallobert, ADIV- 2Mi59-R6

(Aimablement transmis par M. Patrick Souben).

"le deux mars mil sept cent quatre vingt huit, nous avons fait solennellement la cérémonie de l'exaltation de la Vraie Croix que demoiselles Jeanne-Françoise et Perrine-Gilette de Saint-Pern nous ont procurée qui vient directement de Rome ; on est sorti immédiatement avant les vêpres avec le dais, quatre flambeaux et plusieurs cierges allumés, l'encensoir, tout le clergé en chappes. On a pris au presbytère ce précieux trésor, après la bénédiction du bois d'ébène et de l'argent qui composent la croix dans laquelle est enchâssée la relique ; après une instruction relative et une courte prière, on a donné la bénédiction dans la cour du presbytère ; on en a donné une autre dans le cimetière, à un endroit préparé près la sacristie, la troisième à l'église. On a dit les vêpres, après lesquelles le révérend père Bernard, capucin de Saint-Servan a prêché. La cérémonie a été faite par le prieur soussignant en présence d'un grand nombre de personnes qui se sont retirées sans signer, exceptées celles cy-dessous. L'authentique est dans le pied d'estal qu'on ouvre par le dessous.

J. Bellec, curé de Saint-Pern

Carade (u ?) c, Jeanne-Françoise de Saint-Pern, Perrine de Saint-Pern,

Th Desbois, prieur-recteur de Saint-Pern".

Dénominations croix-reliquaire
Aire d'étude et canton Haute-Bretagne - Bécherel
Adresse Commune : Saint-Pern
Emplacement dans l'édifice sacristie

Croix-reliquaire de la Vraie-croix commandée en 1788 comme le précise le certificat d'authentique qui l'accompagne ainsi que le récit de la cérémonie de bénédiction du 2 mars 1788.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle
Dates 1788

Assemblages par tenons et mortaises et cloutage.

Catégories orfèvrerie
Structures pied, carré
Matériaux bois, structure
argent, garniture, découpé, repoussé
Précision dimensions

h = 48

Iconographies sur pied, Les Instruments de la Passion
croix, fleur de lys, rayons lumineux, couronne
Inscriptions & marques poinçon, illisible
inscription
Précision inscriptions

Sur le nimbe traces de poinçons illisibles ; sur le médaillon ovale au centre du pied, sur 4 lignes : AUTHENTIQUE.

Mériterait une protection.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler