Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ecart : Île Bruc, Enez Brug (Penvénan)

Dossier IA22012610 réalisé en 2008

Fiche

AppellationsEnez Brug
Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Tréguier
AdresseCommune : Penvénan
Lieu-dit : Enez Brug

L'Île Bruc signifie 'l'île Bruyère'. Cette île a pu servir de carrière au cours du 19ème siècle. On remarque les traces d'une ancienne pêcherie, accessible à mi-marée 'Ar Gibellou' sur la carte marine. L'Île Bruc a aussi été un lieu privilégie dé coupe du goémon au cours du 19ème siècle et du début du 20ème siècle.

Période(s)Principale : Antiquité
Principale : 19e siècle

L'Île Bruc mesure seulement quelques centaines de mètres carrés. Cette île rocheuse forme un 'crec'h', avec une petite lande de fougères. On peut remarquer une cuvette au Sud-Est derrière un cordon de galets, une roche détachée au Sud de l'îlot 'Run Nevez' ('Roche Nouvelle') et le sillon reliant l'ïle Bruc à la terre 'Graou Brug. L'échouage au Sud de 'Graou Brug' s'appelle 'Ar Glazoueier', 'Les herbiers'. Il existe une passe de pleine mer entre 'bonnez' ('Bornes'), soit deux têtes de roches plates à l'Est de 'Karreg an Normand' (roche très poîntue) et 'Penn-Glaozouier'. La pêcherie se trouve au Nord-Ouest de l'île Bruc. Elle est nommée 'Ar Gibellou' ('Les Cuvettes') sur la carte marine. Cette longue barrière rocheuse formant un petit 'loc'h' au Sud-Ouest de Roc'h Meno, soit au Nord-Ouest de l'Île Bruc. Sur des vues aériennes IGN (1988 et 2000), Loïc Langouët a noté l´existence d´un barrage linéaire. Cette pêcherie barre un couloir entre des roches. Elle a une longueur de 48 m. Le niveau du sol est de : +2,25 m/0 SHOM.

Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • La récolte du goémon sur la côte de Penvénan

    Texte rédigé d'après les recherches de Valentin Le Ralec, publié dans le bulletin municipal de Port-Blanc.

    La récolte du goémon de coupe est réglementée depuis le début du 19ème siècle par arrêté communal. Le début de campagne est généralement fixé à la Chandeleur pour se terminer le 19 mai à la Saint-Yves. Deux gardes-côtes sont nommés à buguéles et deux autres à Port-Blanc. L'affaire est importante pour la municipalité, qui facilite la récolte et le transport du goémon. Les demandes de crédit pour l'entretien des chemins ou la construction de nouvelles routes s'appuie presque toujours sur la nécessité de rendre l'accès des engins marins le plus commode aux cultivateurs. Ainsi en 1875, le conseil municipal souhaite et demande le prolongement de la route du Port-Blanc à Roc'h Laz attendu que c'est sur ce prolongement que se trouvent les dépôts d'engrais et d'amendements.

    En 1878, le conseil municipal insiste et demande le classement et l'entretien du chemin allant du bourg à Bruc pour accéder au dépôt d'engrais et amendements. L'amélioration du passage au lieu-dit 'Garrec an Avallo' ('Rocher des Pommiers') qui présente des dangers pour les personnes et attelages employés au transport des engrais marins.

    De 1825 à 1856, les arrêtés du conseil municipal réglementent cette récolte, dont 'Toute personne qui dans la grève aura émulonné du goémon de jet et n'en sera propriétaire que pendant 12 heures'. En 1882, les gardes-côtes ne sont plus qu'au nombre de deux, Yves Le Bitoux à Port-Blanc et Yves Capdevert à Buguélès. Des conflits pouvaient appraître entre les deux communes voisines de Penvénan et de Trévou, à propos du ruisseau qui sépare les deux communes entre Run gwas vian et Run gwas vras. Par décret du 26 avril 1882, le 2ème arrondissement maritime de Brest attrribue à Penvénan le droit de couper le goémon sur Run gwas vian.