Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Écart, la Bolandais (Tremblay fusionnée en Val-Couesnon en 2019)

Dossier IA35049505 réalisé en 2011
Dénominations écart
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Antrain
Adresse Commune : Val-Couesnon
Lieu-dit : la Bolandais
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Tremblay

En 1824, ce lieu est mentionné comme un « hameau » sur le premier cadastre communal, ce qui témoigne de son importance. Ainsi, à l’époque, il ne compte pas moins d’une vingtaine de propriétés différentes, regroupées en cinq alignements principaux. A l’instar de nombreux autres écarts de la commune de Tremblay, celui-ci était donc composé de logis relativement modestes regroupés en alignement de quatre ou cinq bâtiments. Les parcelles associées à ces logis étaient également de taille réduite comme le montre le cadastre.

Il est difficile d’identifier la fonction des habitants de tels logis car, malgré les dimensions réduites des bâtiments, un soin très particulier est accordé au traitement des encadrements de baies (accolade, écu sur linteaux…). Par ailleurs, il existe des équipements intérieurs de confort tels que des cheminées et des placards/vaisseliers que l’on ne trouve habituellement que dans les logis les plus élaborés (logis nobles en général).

Le lieu de la Bolandais et l’ancien manoir de la la Chastelais sont mentionnés par Paul Banéat dans son ouvrage Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Ce manoir, disparu au moment de la rédaction de cet ouvrage dans les années 1920, appartenait aux Mouton en 1513.

Les constructions les plus anciennes de cet écart semblent remonter à la charnière des 16e et 17e siècles ; certains éléments architecturaux sont en effet caractéristiques de cette période, c’est le cas des portes en plein cintre à double rouleau, des encadrements de baies chanfreinés, des linteaux à accolade ou encore, en ce qui concerne les équipements intérieurs, des cheminées sous les corbeaux desquels se trouvent des visages humains.

Les bâtiments ont subi de nombreux remaniements : percements de baies, déclassement en dépendances…

Période(s) Principale : 1ère moitié 17e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

Les bâtiments qui composent cet écart sont construits en moellon de granite ; les encadrements de baies et les chaînages d’angles sont traités en pierre de taille. Les encadrements de bais sont soignés : arcs en plein cintre à double rouleau, encadrements chanfreinés, décor d’accolade sur certains linteaux… Les toitures à longs pans sont couvertes d’ardoise, de matériau synthétique et de tuile mécanique.

A l’intérieur de l’un des logis, il existe une cheminée monumentale en granite composée de corbeaux à double ressaut sous lesquels se trouvent des visages humains et un exceptionnel vaisselier associé à un placard mural. Cet équipement porte également un décor de visages humains et est très proche d’un équipement se trouvant dans un logis de la commune voisine de la Fontenelle, au lieu dit le Chesnay.

Murs granite pierre de taille
schiste moellon
Toit ardoise, tuile
États conservations bon état
Statut de la propriété propriété privée