Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ecole des filles, 2 rue des Acacias (Saint-Rémy-du-Plain)

Dossier IA35050011 réalisé en 2012

Fiche

Dossiers de synthèse

Précision dénominationAncienne école des filles
Dénominationsécole primaire
Aire d'étude et cantonFougères - Antrain
AdresseCommune : Saint-Rémy-du-Plain
Adresse : 2 rue des Acacias

L’ancienne école des filles, actuellement école communale, a été construite entre 1908 et 1911 sur les plans de l’architecte départemental Jean-Marie Laloy. L’adjudication pour la construction de l’école a été signée le 12 mai 1905. Le devis dressé en 1906 s’élevait à 17 006F.

Une école pour l’enseignement des jeunes filles existait auparavant à Saint-Rémy, mais les locaux se trouvaient dans un état de grande vétusté. La fin du 19e et le début du 20e siècle représentent une époque phare dans la construction des écoles primaires. Les nombreuses lois en faveur du développement de l’éducation, votées tout au long du 19e siècle, ainsi que les subventions de l’état allouées aux communes pour l’édification de leurs écoles primaires ont justifié la construction de nombreux établissements.

L’architecte Laloy, né à Fougères en 1851, est l’auteur d’un très grand nombre d’édifices publics en Ille-et-Vilaine, à commencer par les écoles, au nombre de 93 dans le département. Dès 1873, le Ministère de l’instruction publique publie des plans-types de maisons d’école qu’il diffuse dans les préfectures. Ces modèles reprennent une typologie simple et standardisée : maison à deux niveaux, trois travées, une ou plusieurs lucarnes, toit à croupe. Ce modèle est très répandu partout en France pour les constructions de maison d’école de cette époque. Très vite Laloy s’écarte de ce modèle pour créer un style plus personnel, appelé le style « régionaliste-pittoresque ». Les écoles primaires de l’architecte Laloy se reconnaissent aux trois éléments dont ils sont presque toujours composés : le logement de l’instituteur à deux niveaux, couvert d’un toit à demi-croupe et parfois couvert d’un clocheton ; un élément plus bas correspondant à l’entrée des bâtiments supportant parfois l’inscription « école » ; les salles de classes sur un niveau éclairées par de larges baies. Pour ce qui est des décors, Laloy s’applique à jouer avec la couleur des matériaux et leur mise en œuvre, avec la forme des toits et des boiseries. Ce travail en série à l’avantage de s’adapter au budget des municipalités, souvent réduit malgré les aides de l’état. Laloy propose en effet des écoles dont le montant total des travaux s’élève en moyenne à 15 000F.

On trouve dans les communes proches de Saint-Rémy des écoles de l’architecte Laloy très ressemblantes, comme à Andouillé-Neuville ou Marcillé-Raoul par exemple.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle , daté par travaux historiques
Dates1911, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Laloy Jean-Marie architecte départemental attribution par travaux historiques

L’école des filles est constituée de deux blocs de différents niveaux, formant un ensemble.

Au sud-est, le premier bloc à deux niveaux présente un plan en L et un décor soigné. Il abritait le logement de l’institutrice. Le deuxième bloc qui lui est accolé est un long bâtiment de plan rectangulaire à quatre travées, sur un seul niveau, où se trouvaient les classes.

La maçonnerie est composée de moellons de granite et de grès. Les chaînages d’angle et le contour des ouvertures sont réalisés en pierre de taille de granite bleu. L’ancien logement de l’institutrice bénéficie d’un décor particulièrement soigné. Ainsi, le soubassement et la tête de pignon sont élevés avec des blocs de grès clairs à têtes dressées, délimités du reste de la maçonnerie par un bandeau de briques rouges et jaunes. Des fleurs en céramique surmontent les fenêtres du rez-de-chaussée.

La toiture est à demi-croupe pour cette partie et à longs pans pour le reste de l’école. L’ensemble est couvert d’ardoise. Les fenêtres de l’étage sont surmontées d’un fronton en bois se prolongeant sur la toiture, donnant un aspect élancé à l’édifice. Deux de ces frontons sont de forme trilobée. Toutes les ouvertures du premier niveau sont réalisées sur un modèle commun, avec un arc segmentaire en brique et une clé centrale en granite bleu.

Mursgranite moellon
grès moellon
brique
Toitardoise
Étages1 étage carré
Couvrements
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans demi-croupe

Techniques

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Ille-et-Vilaine. Série O : Administration et comptabilité communales. Edifices publics. Monuments et établissements publics. Saint-Rémy-du-Plain. Presbytère ; reconstruction (1873-1875).

    Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : 2 O 311 /15
Bibliographie
  • BADAULT, Dominique. CHEVRINAIS, Jean-Claude. ANTRAIN et son canton. Chronique de la vie quotidienne 1880-1950. Editions Danclau, 1996.

    p. 144-152
  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927 ; reprint, Mayenne : Editions Régionales de l´Ouest, 1994.

    p. 91-93
  • Mémoire de maîtrise d'histoire de l'art, Rennes II, Université de Haute-Bretagne, juin 1979, 2 vol., t. 1, p. 85-101.

  • PUF, Vendôme, 1996.

  • Norma Editions, Wetteren, 1995. p.112-145

  • L'architecture traditionnelle dans le canton d'Antrain. Association pour la Promotion du Patrimoine d'Antrain et de son Canton, 1985.