Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Notre-Dame (Parigné)

Dossier IA00130917 inclus dans Le village de Parigné réalisé en 1994

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • enclos
    • cimetière
VocablesNotre-Dame
Parties constituantes non étudiéesenclos, cimetière
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Fougères Nord
AdresseCommune : Parigné
Cadastre : 1984 AB 141

Église primitive constituée d'une nef de la limite du 14e siècle 15e siècle à chevet plat. L'église actuelle a été fortement remaniée au 19e siècle. Le chœur a été agrandi par une abside à pans coupés entre 1854 et 1856 par l'entrepreneur Jourdin, puis le transept, la nef et la tour ont été repris en 1886 suivant les plans d'Aristide Folie (dates et attributions par travaux historiques).

Autrefois, l"église de Parigné se composait d'une nef à chevet droit, accostée au nord d'une petite chapelle prohibitive à la seigneurie du Sollier qui fut unie en 1607 à celle de Parigné : cette chapelle a disparu. Les armes des seigneurs de Parigné se lisaient au 16e et au 17e siècle sur une litre et sur les vitres de l'église. Leur enfeu était dans le chœur. Les seigneurs de la Villegontier et ceux du Boisguy en possédaient aussi dans la nef.

L'église de Parigné conserve de sa construction primitive, au 15e siècle, la nef et le clocher. Le reste de l'édifice est modifié au 19e siècle, une première fois en 1854-1856 par Jourdin, architecte et entrepreneur actif dans le pays de Fougères, qui reconstruit le chœur et le transept. En 1886-1888, l'architecte Folie continue les travaux en reprenant la nef dans le style gothique d'origine. Le riche mobilier, offert par la famille de La Villegontier, est enlevé du chœur dans les années 1960, en raison de la tendance à l'austérité du goût de l'époque.

Période(s)Principale : limite 14e siècle 15e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1856, daté par travaux historiques
1886, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Jourdin entrepreneur attribution par travaux historiques
Auteur : Folie Aristide architecte attribution par travaux historiques

Le plan de cette église est en forme de croix latine. Elle possède une voûte en berceau, un clocher-porche, un chevet à pans coupés appelé également régionalement, chevet de type Beaumanoir, du nom d'une famille d'architecte du Trégor.

La nef de l'église remonte au 14e siècle, ainsi que ses fenêtres longues et trilobées. La porte sud est ornée de colonnettes et surmontée de deux écussons frustes accolés, au-dessous d'une niche large et profonde et d'un fronton triangulaire. Le chœur a été refait en 1856 ; on a trouvé en creusant ses fondations une statue en granite figurant la Vierge assise. On a replacé dans ce chœur une petite porte flamboyante aux armes des seigneurs de Parigné, provenant de l'ancienne sacristie. Le transept est moderne. Un clocher en ardoises se dresse en haut de la nef.

Plusieurs pierres tombales existent encore, dont celle de René de Gaulay seigneur du Boisguy, avec une épée et une croix ; on y lit : "Cy gist noble et puissant Seigneur René de Gaulay Sieur du Boisguy. 1561."

Le cimetière conserve une croix à toit armoriée.

Toitardoise
Plansplan en croix latine
Étages1 vaisseau
Couvrementsvoûte en berceau
Couverturestoit à longs pans
noue
pignon découvert
Escaliers
Typologiesclocher-porche
Techniquessculpture
Statut de la propriétépropriété publique