Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-André (Lanhélin fusionnée en Mesnil-Roc'h en 2019)

Dossier IA35015293 réalisé en 1994
VocablesSaint-André
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonBretagne - Combourg
AdresseCommune : Mesnil-Roc'h
Lieu-dit : Lanhélin
Cadastre : 1826 Section A1 et A2 de l’église AD35 3 P 5376 S
Précisionscommune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Lanhélin

En 1182, une aumône est confirmée à Halahalan dans la charte de Conan IV en faveur des Templiers. Dès 1593, Lanhelan dépend de la juridiction de l’Hôpital de Dol membre de la commanderie hospitalière de La Guerche. En 1681, le commandeur prenait la moitié des dimes qui s’élevaient dans la paroisse de Lanhelain, ainsi que quelques rentes et la tenue des plaids généraux. Selon Guillotin De Corson, les commandeurs revendiquaient la fondation de l’église, mais aucune pièce d'archives ne le confirme.

Période(s)Principale : 16e siècle, 18e siècle
Secondaire : 12e siècle

De la période hospitalière, il reste un grand nombre de dalles funéraires datables des XVIe et XVIIe siècles dans une grande partie de la nef. L’édifice a été maintes fois remanié et presqu’entièrement reconstruit ces deux derniers siècles, rendant difficile l’identification d’éléments antérieurs au XIXe siècle.

Murspierre appareil mixte
Toitardoise
Plansplan allongé
Étages3 vaisseaux
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de la Vienne : 3H1 579
  • Archives départementales de Loire-Atlantique : B2199
Bibliographie
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne, Nantes, 1902.

  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927 ; reprint, Mayenne : Editions Régionales de l´Ouest, 1994.

    tome 2, p. 273
  • GUILLOTIN DE CORSON, abbé. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    tome 5, P. 51-52