Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Gobrien et cimetière, place du 8 Mai 1945 (Morieux fusionnée en Lamballe-Armor en 2019)

Dossier IA22001687 inclus dans Le bourg de Morieux (Morieux fusionnée en Lamballe-Armor en 2019) réalisé en 2003

Fiche

Á rapprocher de

VocablesSaint Gobrien
Parties constituantes non étudiéesmur de clôture, cimetière, croix de cimetière, monument aux morts, croix monumentale, tombeau
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Lamballe
AdresseCommune : Lamballe-Armor
Lieu-dit : Morieux
Adresse : place du
8 Mai 1945
Cadastre : 1983 154 B1 25, 26
Précisionscommune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Morieux

Eglise inscrite par arrêté du 9 octobre 1989, puis classée par arrêté du 17 février 1995. Construite vraisemblablement au 11e siècle (pignon occidental, élévations nord et sud, arc diaphragme séparant la nef du choeur), elle a été agrandie autour des années 1400 (reprise en sous-oeuvre d'une partie de la nef et du choeur au nord) puis dans la 2e moitié du 15e siècle (reprise en sous-oeuvre du choeur au sud). Chacune des campagnes de construction s'est accompagnée de la réalisation d'un décor figuratif : peintures murales des 11e, 13e, 15e et 17e siècles. Remaniée au 17e siècle (ouvertures), l'église a été restaurée une première fois en 1899, puis de 1992 à 1994 (extérieur) et de 1995 à 2002 (intérieur). Le cimetière comprend une croix de cimetière des ateliers Yves Hernot datant de l'année 1875 et deux tombes de prêtres à proximité : tombe datant de l'année 1877, des ateliers Le Grand à Saint-Brieuc, de l'Honorable et discret messire Jean Millet, recteur de Morieux et tombe datant de l'année 1903, des ateliers J. Balavoine à Saint-Brieuc, du Vénérable et discret messire abbé Hippolyte Duchesne. Ancienne croix de placître datant du 17e siècle (déplacée).

Période(s)Principale : 11e siècle
Principale : limite 14e siècle 15e siècle
Principale : 2e moitié 15e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle

Eglise à clocher médian en charpente, construite en granite et poudingue ferrugineux (appelé localement Renard), comprenant une nef à vaisseau unique et un choeur à trois vaisseaux composé de deux travées. L'utilisation du granite et du poudingue crée un effet de polychromie particulièrement visible sur le massif occidental. Elévation extérieure : Pignon ouest épaulé de quatre contreforts droits, percé d'une porte romane plein-cintre à double rouleau surmontée d'un jour. Elévation nord épaulée de deux contreforts droits et flanquée d'une chapelle en retour d'équerre. Présence de jours romans et d'une porte plein-cintre à double rouleau moulurée en cavet, surmontée d'un blason aux armes de la famille Le Picard. Porte plein-cintre et fenêtres chanfreinées au niveau du choeur. Chevet plat épaulé d'un contrefort droit à ressauts au nord et d'un contrefort diagonal à ressauts au sud (campagne de construction limite 14e siècle-15 siècle, puis 2e moitié 15e siècle). Chevet percé d'une grande baie axiale en arc brisé et de deux fenêtres en arc brisé au nord (murée) et au sud. L'élévation extérieure du bas-côté sud présente une lucarne architecturée, une porte en arc brisé chanfreinée et un jour. Portail de l'élévation sud en arc brisé, à archivolte à retours, à voussures et colonnettes sur base provenant selon la tradition orale de la chapelle Sainte-Trinité des Ponts-Neufs. Elévation intérieure : Vaisseau central de la nef et du choeur couvert d'un lambris avec entraits apparents. Lambris en demi-berceau sur les bas-côtés. L'extrémité est de la nef présente au nord deux arcades brisées à deux voussures ouvrant sur une ancienne chapelle. Nef séparée du choeur par un arc-diaphragme brisé reposant sur des piliers flanqués de colonnes semi-cylindriques (celle du nord est couronnée d'un chapiteau roman). Choeur formé par deux arcades brisées à deux rouleaux chanfreinés. Présence d'un jour roman au nord dans la partie supérieure attestant la reprise en sous-oeuvre du choeur. Nombreuses pierres tombales armoriées au sol.

Mursgranite
poudingue
moellon
pierre de taille
Toitardoise
Étages1 vaisseau, 3 vaisseaux
Couvrementslambris de couvrement
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
noue
croupe
pignon découvert
Typologieseglise à clocher médian, à nef à vaisseau unique et choeur à trois vaisseaux
Techniquessculpture

Etude souhaitable. Eglise d'origine romane avec reprise en sous-oeuvre du choeur et d'une partie de la nef ayant fait l'objet d'une restauration exemplaire.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreà signaler
Protectionsinscrit MH, 1989/10/09
classé MH, 1995/02/17
Précisions sur la protection

Eglise, sauf intérieur classé (cad. B 25) : inscription par arrêté du 9 octobre 1989. Ensemble de l'intérieur, y compris les peintures murales (cad. B 25) : classement par arrêté du 17 février 1995.

Annexes

  • 20032203806NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 4 num 1/23, Numplan 4.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AD Côtes-d'Armor : 4 num 1/23.

    Numplan 4, section B, 1ère feuille

Liens web