Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Maudez (Hengoat fusionnée en La Roche-Jaudy en 2019)

Dossier IA22132972 inclus dans Le Bourg de Hengoat (Hengoat fusionnée en La Roche-Jaudy en 2019) réalisé en 2015

L'église paroissiale Saint-Maudez est de style éclectique, caractéristique du 19e siècle. Elle porte la marque de différents éléments stylistiques empruntés aussi bien à l'Antiqué grecque (portail ouest, travées de la nef) qu'aux ateliers du Trégor, en vigueur entre le 15e siècle et le 17e siècle. Le maintien à une date tardive (milieu du 19e siècle) de la formule trégorroise - la tour porche à tourelles latérales et clocher ouvert - est peut-être un des ultimes exemples du genre. En outre, l'intérieur de l'édifice est à signaler, notamment pour sa fausse voûte au bleu céleste étoilé et la conservation de l'ensemble de son mobilier provenant pour partie de l'ancien sanctuaire. Il témoigne de la richesse de ses donateurs : les seigneurs sous l'Ancien Régime et les riches cultivateurs au 19e siècle.

VocablesSaint-Maudez
Parties constituantes non étudiéescimetière, fontaine de dévotion
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor - Roche-Derrien (La)
AdresseCommune : Roche-Jaudy (La)
Lieu-dit : Hengoat
Précisionscommune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Hengoat

L'église paroissiale Saint-Maudez est édifiée entre 1846 et 1847, à 200 mètres environ au nord de l'église d'origine détruite dans le même temps.

L'ancienne église est figurée sur le cadastre ancien de 1835 : de plan en croix latine avec porche au sud et sacristie à l'est. Selon Couffon, l'édifice est endommagé pendant la Guerre de Succession de Bretagne (1341-1364) comme beaucoup d'églises de l'évêché de Tréguier. Il est donc partiellement reconstruit au 15e siècle. La famille du Hallay (seigneurie de Trolong) est reconnue fondatrice de l'église en 1695, ce qui lui confère des droits honorifiques pouvant se transmettre à travers les siècles.

L'édifice actuel est l'oeuvre de Charles Kerleau, architecte et entrepreneur à Penvénan. Le clocher n'est réalisé qu'en 1852. La foudre ayant détruit la flèche en 1886, celle-ci est reconstruite après cette date. Jusqu'en 1914, les fenêtres sont dotées de verre blanc. A l'occasion de la mission de 1910, des familles locales acceptent de payer chacune une fenêtre. La commande est passée en 1913 à l'atelier Bessac de Grenoble et les vitraux sont bénis le 13 juillet 1914.

L'édifice conserve un mobilier exceptionnel provenant pour partie de l'ancienne église. Le grand retable du choeur est classé Monuments Historiques ainsi que le bras reliquaire, la bannière de procession et le lutrin. Le bras-reliquaire de saint Maudez réalisé dans le premier quart du 15e siècle, modifié en 1540 (date portée) est d'une grande qualité d'exécution. Il est commandité par le recteur Thomas de Trolong, originaire de la seigneurie de Trolong à Hengoat. D'autres objets mobiliers sont inscrits Monuments Historiques.

Période(s)Principale : 2e quart 19e siècle
Dates1846, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Kerleau Charles architecte, entrepreneur attribution par travaux historiques

L'église paroissiale est construite en moellon de schiste, à l'exception de la tour du clocher en pierre de taille de granite. Le plan en croix latine abrite une nef à quatre travées flanquée de bas-côtés. Les arcs cintrés des travées reposent sur des colonnes et des pilastres à chapiteau inspiré de l'ordre dorique. Les fausses voûtes en berceau sont recouvertes d'un enduit de plâtre peint d'un ciel étoilé. La tour du clocher est de type Beaumanoir avec ses contreforts latéraux importants, sa balustrade en encorbellement et ses deux tourelles d'escalier latérales. Le clocher de type dit trégorrois présente trois baies recevant chacune une cloche. Le portail de la tour, en plein cintre, est encadré de deux pilastres surmonté d'un entablement d'inspiration antique avec une frise dorique ponctuée de métopes et de triglyphes.

Dans le cimetière qui entoure l'église, le monument aux morts côtoie le calvaire. Le presbytère est séparé de l'enclos paroissial par un mur percé d'une porte. La fontaine de dévotion Saint-Maudez se trouve dans le bas du bourg, rue de la fontaine. Elle servait également de fontaine domestique, ce qui explique peut-être sa forme, circulaire et couverte, comparable à un puits. L'édicule abrite une statue de saint Maudez, copie de l'originale conservée dans l'église.

Mursschiste moellon
granite pierre de taille
Toitardoise
Plansplan en croix latine
Étages3 vaisseaux
Couvrementsfausse voûte en berceau
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
appentis
noue
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour en maçonnerie
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents figurés
  • Série 3 P 078. Fonds du cadastre ancien. Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Hengoat, 1835.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3 P 078
Bibliographie
  • COUFFON, René. Répertoire des Eglises et Chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc, Les Presses Bretonnes, 1939-1947, 779 p.

  • L'évêché de Tréguier au 15e siècle. Thèse de doctorat de troisième cycle. Présentée et soutenue par Georges Minois. Université de Rennes. Faculté de Lettres. 1974

  • Le patrimoine des Communes des Côtes d'Armor. Paris : Flohic éditions, 1998.

  • Castel, Yves-Pascal, Dufief-Moirez, Denise, Rioult, Jean-Jacques, et al. Les orfèvres de basse Bretagne. Rennes : APIB, 1994 (Cahiers du Patrimoine ; 37).

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, nouvelle édition augmentée par Marteville et Varin. Rennes, 1843.

Multimedia
  • www.infobretagne.com/hengoat.htm

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Tanguy-Schröer Judith
Judith Tanguy-Schröer , né(e) Tanguy
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.