Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Pierre (Coatréven)

Dossier IA22132554 réalisé en 1992

Fiche

Á rapprocher de

Coatréven est citée comme paroisse dès 1330 lors du procès de canonisation de saint Yves. Cette paroisse ancienne dépendait de l'évêché de Tréguier (diocèse de Saint-Brieuc et de Tréguier depuis 1802), de la subdélégation et du ressort de Lannion. Sa cure était à l'alternative, c'est-à-dire que le curé de la paroisse était présenté alternativement par l'évêque et par le titulaire du droit de présentation de la paroisse (seigneur, abbé...). Coatréven dépendait également du fief épiscopal du Régaire de Tréguier (juridiction temporelle d'un évêché).

Dédiée à saint Pierre, l'église paroissiale est située en bordure ouest du bourg. Elle conserve son enclos historique avec sa clôture en pierre et son cimetière. Un agrandissement de ce dernier au nord-ouest de la parcelle a entraîné la démolition d'une partie du mur d'enclos. Une croix monumentale est présente au sud-ouest du cimetière. Réalisée en 1860, elle est l’œuvre de l'atelier Yves Hernot installé à Lannion. L'accès à cet ensemble se fait par un portail flanqué de deux piliers, ainsi que par des échaliers situés en trois points du mur de clôture.

Dans la nuit du 26 au 27 octobre 2013, un très fort coup de vent a emporté une partie des toitures nord, provoquant de graves dommages dans l'édifice. Lors de cet évènement, il semblerait que l'aspiration de la toiture ait provoqué à l'intérieur de l'édifice, entraînant l'ouverture de la porte ouest et la destruction de vitraux1.

Actuellement en restauration sous la maîtrise d’œuvre de l'architecte du patrimoine Frédérique Le Bec (atelier ARCHAEB), l'église est fermée au public pendant les travaux.

A l'intérieur, plusieurs éléments de mobilier sont protégés au titre des monuments historiques :

- Statue dite Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, 15e-16e siècle,

- Maître-autel, 4e quart 17e siècle,

- Statue de Saint Pierre, limite 17e-18e siècle,

- Statue Vierge à l'Enfant dite Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle, 17e siècle,

- Statuette Vierge à l'Enfant, 18e siècle,

- Statuette Sainte Anne et la Vierge, limite 18e-19e siècle,

- Statue Vierge à L'enfant, 17e siècle,

- Croix d'autel, 18e siècle.

L'église possède également un mobilier riche mais non protégé, méritant une attention particulière, à savoir :

- Deux autels et retables polychromes blanc et or de la fin du 17e siècle, situés dans les bras du transept. Celui du bras nord aurait été réalisé en 1696 et porterait la signature M. Guillaume Le Moal (recteur entre 1692 et 1707),

- Une statue de Saint Jean-Baptiste en bois polychrome du 16e siècle,

- Une huile sur toile de 1870 représentant Yves-Marie Croc (ou Crocq), né à Coatréven en 1829 et sacré évêque titulaire de Laranda en 1869 puis vicaire apostolique du Tonkin méridional,

- Un orgue Gloton Debierre de 1938.

Les vitraux ont été réalisés en 1922 par Georges Merklen, maître-verrier à Angers. Selon une note de 1895 de l'abbé Kelliet conservée aux archives de la paroisse de Perros-Guirec, les armoiries des familles de Chefdubois, de Boiseon, de Foucault et de Coaténizan étaient présentes sur les anciens vitraux de l'église.

1LE BEC Frédérique, Coatréven (22) Église Saint-Pierre. Étude préalable à la restauration, 2015.
Parties constituantes non étudiéesenclos
Dénominationséglise
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
AdresseCommune : Coatréven

L'église paroissiale Saint-Pierre est édifiée au 16e siècle (1545 selon une note de l'Abbé Le Bolloc'h en 1815) mais ses dispositions actuelles datent essentiellement du 18e siècle. Le porche sud est construit en 1730 (inscription LOSACH 1730) et la tour-clocher quelques années plus tard, en 1743 (inscription L. M. M. LOSACH Rr 1743).

La sacristie quant à elle est plus récente et semble ne dater que du début du 19e siècle, à en juger par l'appareillage des pierres, la couleur des maçonneries, ainsi que par le profil des ouvertures.

Le plan général de l'église n'a pas ou peu évolué depuis la levée du cadastre en 1834.

Période(s)Principale : 16e siècle, 2e quart 18e siècle, 1ère moitié 19e siècle
Dates1730, porte la date
1743, porte la date

Plan :

L'église paroissiale Saint-Pierre est orientée et présente un plan en croix latine. Elle est formée par une tour-clocher, une nef unique à chevet plat, un transept, un porche au sud, une chapelle latérale et une chapelle des fonds baptismaux au nord.

Édifiée en moellons de granite et pierres de taille de granite pour la tour-clocher, le porche et l'encadrement des baies. Elle est couverte d'une toiture en ardoise.

L'accès à l'intérieur de l'édifice se fait à l'ouest par la tour-clocher et au sud par le porche. Une porte est également présente au sud de l'édifice au niveau de la nef.

Façade ouest :

Église dominée à l'ouest par une tour-clocher flanquée de solides contreforts, cette dernière s'achève par un clocher-pignon à trois baies bordé d'une balustrade. Sur sa façade sud, la tour est accolée d'une tourelle d'escalier circulaire hors d’œuvre à dôme de pierre, selon une disposition caractéristique du Trégor. Entièrement en pierre de taille, la tour-clocher présente 4 niveaux : un rez-de-chaussée avec porte d'entrée cintrée encadrée de deux contreforts courant sur les trois premiers niveaux sur lesquels sont représentés les armoiries des familles de Coatrevan côté nord (écartelé d'or et d'azur, à 3 croissants de gueule posés : 2 et 1 sur le tout) et de Chefdubois côté sud (de gueules au sautoir d’or cantonné de 4 coquilles d’argent), en référence à l'union des deux familles en 1377.

Séparé du rez-de-chaussée par une moulure horizontale, le second niveau présente deux niches (vides) placées également dans les contreforts. Des litres armoriées sont visibles au centre, placées dans deux écussons ovales timbrés d'une couronne de marquis et soutenus par deux palmes. Celui du mari portant un aigle éployé bicéphale est difficile à reconnaître (famille Michau de Montaran ?). Celui de la femme représente les armoiries de la famille de Montfort (de Kerséan/Kerséham/Kerschan ?) (écartelé aux 1 et 4 de gueules à une molette d'argent, aux 2 et 3 d'azur au cygne d'argent, à la croix d'argent brochant sur l'écartelé, dont la croix n'est plus, ici, engreslée).

Une moulure horizontale vient séparer le 2e niveau du 3e. Au centre, présence d'une niche entourée de deux pilastres (vide également) et surmontée de 4 consoles soutenant la balustrade du 4e niveau.

Ce dernier, consacré au clocher, est accessible par la tour d'escalier de plan carré puis circulaire accolée au sud de la tour. Le clocher-pignon est quant à lieu composé de deux cloches surmontées d'une troisième plus petite puis d'une flèche.

Ce type de tour-clocher soutenue par de solides contreforts, couronnée d'une balustrade et d'un clocher-pignon à trois baies, à laquelle est accolée d'une tour d'escalier circulaire hors d’œuvre est caractéristique du Trégor.

Façade sud :

La façade sud est rythmée par la présence d'un porche (à l'ouest), du bras sud du transept et percée de cinq baies cintrées à deux lancettes, une baie rectangulaire et une porte basse donnant accès à la nef.

Le porche à pignon est réalisé en pierre de taille et moellons de granite. Surmonté d'une croix, il comporte une ouverture en hauteur (ossuaire ?) et une arcade moulurée et cintrée. L'intérieur, surmonté d'une voute lambrissée, abrite deux bancs en pierre et un bénitier. On accède à l'intérieur de l'église par une porte en plein-cintre surmontée d'une niche avec applique en bois sculpté (déposé).

Façade est :

Le chevet plat est aveugle, de même que le mur est du bras sud du transept. La façade est de la sacristie est quant à elle percée d'une fenêtre à linteau droit.

Façade nord :

La façade nord présente une chapelle des fonts baptismaux à l'ouest, une chapelle latérale accolée au bras nord du transept et d'une sacristie à l'est, toutes appareillées en moellon de granite. Les murs-pignons du bras nord et des chapelles sont percés de trois baies à arc en plein-cintre ou brisé. On accède à l'intérieur de la sacristie par une porte droite précédée d'un escalier (en béton ?).

Intérieur :

A l'intérieur, la nef est surmontée d'une voute en berceau lambrissée. Le sol est en dalles de granite, à l'exception de la chapelle des fonds baptismaux et de la sacristie. Les sols du chœur et d'une partie des bras nord et sud du transept sont quant à eux surélevés d'un emmarchement.

A l'ouest, deux contreforts en pierre de taille encadrent l'entrée, elle-même surmontée d'une tribune en bois accueillant un orgue. L'accès à la tour d'escalier se fait au sud de ce massif occidental.

La chapelle baptismale accueille les fonts baptismaux en granite et par laquelle on accède par une ouverture en plein-cintre.

La chapelle nord-ouest est ouverte sur la nef par une large arcade. L'un des claveaux à l'est comporte un écu martelé de (Coattarel - Le Rouge d'Ancremel), à l'ouest un écu est sculpté aux armes de la famille de Coattarel tandis qu'un troisième écu présent sur l'intrados de l'arcade, porte les armes croisées des familles de Coattarel et Le Rouge d'Ancremel. La pierre tombale située dans l'allée centrale est celle de Louis de Coattarel, marié à Catherine Le Rouge d'Ancremel : ils habitaient le manoir de Kermerrot à la fin du 15e siècle.

L'accès au bras nord depuis la chapelle se fait par une large ouverture à linteau droit en bois. Depuis le chœur, l'accès aux bras nord et sud du transept se fait par une arcade double en béton séparée d'une fine pile carrée en béton également.

Toujours depuis le chœur, l'accès à la sacristie se fait au nord. La baie n°3 donnant directement sur cette dernière nous indique le rajout postérieur de cette pièce.

Mursgranite moellon
granite pierre de taille
Toitardoise
Plansplan en croix latine
Couvrementslambris de couvrement
Couverturestoit à deux pans
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier en vis sans jour
Typologiesclocher trégorrois
Statut de la propriétépropriété de la commune
Protectionsinscrit MH, 1926/01/20, 2016/10/04
Précisions sur la protection

Inscription au titre des Monuments Historiques par arrêté du 20 janvier porche sud, par-clocher et du porche 1926. Extension concernant l'église en totalité (cad. ZA 95) et son enclos historique pour sa clôture et son sol d'assiette, à l'exclusion de son extension récente (cad. ZA 93). Inscription par arrêté du 4 octobre 2016.

Annexes

  • Archives de Raymond Artur sur l'église paroissiale Saint-Pierre

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P042_002
Bibliographie
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, nouvelle édition augmentée par Marteville et Varin. Rennes, 1843.

  • JOLLIVET, Benjamin, Les Côtes du Nord, histoire et géographie de toutes les villes et communes du département, 1856, tome III, 487 p.

  • GAULTIER DU MOTTAY, Joachim. Géographie départementale des Côtes-du-Nord. Paris, 1862, 844 p.

  • RIGAUD, Jean-Marie (avec le concours de M. Hélary et de plusieurs instituteurs du département ; les cartes ont été dressées par M. Belhomme). Géographie historique des Côtes-du-Nord. Saint-Brieuc, 1890, 509 p.

  • COUFFON, René. Répertoire des Eglises et Chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier. Saint-Brieuc, Les Presses Bretonnes, 1939-1947, 779 p.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri (Vte). Catalogue illustré des monuments ruraux des Côtes-du-Nord dans le Trégor et le Goëlo. Saint-Brieuc, 1948. 48 p.

  • POL POTIER DE COURCY. Nobiliaire et armorial de Bretagne. Joseph Floch Editeur, Mayenne, 1970.

  • COLLECTIF. Bulletin d´information des Maires : éléments d´histoire et d´archéologie des communes de l´arrondissement de Lannion. Saint-Brieuc, Ateliers d´impression Préfecture, 1979. 198 p.

  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri ; DE LA MOTTE ROUGE, Daniel (Pref.), 10 promenades en Côtes-d'Armor, GP Impressions-Kervaux, Plouagat, 1992, 346 p.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel) : 22 G
  • FLOHIC EDITIONS. Le patrimoine des communes des Côtes-d'Armor. Charenton-le-Pont : Flohic éditions, 1998, 2.

Périodiques
  • FROTIER DE LA MESSELIERE, Henri. "Dans le regaire de Tréguier" in Bulletins et mémoires, Société d'émulation des Côtes-du-Nord, Les Presses Bretonnes, Saint-Brieuc, 1938, p. 19-274.

Liens web