Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Trémeur, bourg (Camlez)

Dossier IA22133058 inclus dans Le bourg de Camlez réalisé en 2016

Fiche

L'église paroissiale de Camlez est dédiée à Saint-Trémeur, un des saints bretons reconnus par l'église catholique. Cette église est édifiée dans un style néogothique très épuré, caractérisé par de grands volumes et une absence de décor extérieur.

Parties constituantes non étudiéescroix de cimetière, cimetière, monument aux morts
Dénominationséglise paroissiale
AdresseCommune : Camlez

Une église paroissiale plusieurs fois reconstruite

L'église paroissiale actuelle Saint-Trémeur est reconstruite entre 1891 et 1892 à l'emplacement d'un précédent sanctuaire. La nouvelle église est construite par M. Marzin, entrepreneur au Vieux-Marché, sur les plans de l'architecte Le Guerrannic.

Camlez étant mentionnée au 14e siècle comme paroisse dépendant du fief épiscopal des Régaires de Tréguier, la première église paroissiale date peut-être de cette époque.

Cette première église Saint-Trémeur est détruite pendant les guerres de religion, dans la seconde moitié du 16e siècle. Elle est reconstruite une première fois en 1714. En 1887, plusieurs parties de l'église menaçant ruines, la commune se tourne vers le conseil de Fabrique pour sa reconstruction. Celui-ci fait appel à Ernest Le Guérrannic, architecte diocésain de Saint-Brieuc, pour les plans de la nouvelle église.

Un projet coûteux non finalisé

Après trois projets déposés au Comité des Bâtiments Civils des Côtes du Nord et au Comité des Inspecteurs Généraux diocésains, le devis final des travaux est estimé à 51 995,29 francs (41 591,04 francs avec le rabais de l'entrepreneur). Une estimation qui ne comprend ni le beffroi, ni la flèche. Un supplément de dépense de 11 400 francs pour la construction du transept est payé par la Fabrique. Ce supplément empêchera la construction de la flèche qui figurait pourtant sur les plans des projets de reconstruction de l'église.

La première pierre de la nouvelle église fut bénite le 20 juillet 1891, après adjudication des travaux le 10 février. Sa bénédiction est faîte le 18 décembre 1892. Les entrées de l'enclos paroissial sont réalisées avec des éléments qui proviennent du château de Kerham, en partie démantelé dans les années 1860. Dans le cimetière, la grande croix porte l'inscription ''O CRUX AVEMISSION DE CAMLEZ OCTOBRE 1866''.

Des travaux sur l'église ont de nouveau lieu dès 1905 avec la réparation en urgence du clocher et le recouvrement du beffroi. Les grandes familles de cultivateurs de la commune et des environs commandent en 1929 un ensemble de dix huit verrières à l'atelier du maître verrier Lux Fournier de Tours.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1891, daté par travaux historiques
Auteur(s)Auteur : Marzin entrepreneur attribution par source
Auteur : Le Guerrannic Ernest architecte attribution par source

L'église n'est pas orientée, faute de place disponible dans l'espace qui lui est imparti. Construite en moyen et grand appareil de granite, elle présente un plan en croix latine avec un choeur à trois pans accosté de deux sacristies en appentis, à pignon découverts. A l'intérieur, quatre arcades en tiers point séparent la nef des bas-côtés est et ouest. L'édifice prend place au centre du cimetière clos de murs, ouvert par deux entrées monumentales au nord et à l'est. Dans le cimetière, la croix de mission et le monument aux morts sont implantés au nord. Le presbytère se situe à l'extérieur de l'enclos du cimetière.

Les verrières sont dédiées à Saint-Trémeur, au Sacré-Cœur de Jésus, à Sainte-Tréphine, à Saint-Joseph, à Notre-Dame de Lourdes, aux soldats de la Première Guerre mondiale, à Saint-Nicolas, à Jeanne d'Arc, à Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus, à Saint-Pierre, à Saint-Vincent, à Saint-Jean Évangéliste, à l'archange Saint-Michel, au roi de France Saint-Louis, à Saint-Yves, à Sainte-Anne et au martyr de Saint-Trémeur.

Mursgranite pierre de taille
Toitardoise
Plansplan en croix latine
États conservationsbon état
Statut de la propriétépropriété de la commune

Annexes

  • Premier projet de reconstruction de l'église Saint-Trémeur par l'architecte Le Guérrannic

    ''L'église actuelle porte la date de 1714 ; elle n'offre rien d'intéressant et ne se signale que par la pauvreté de son exécution. Comme dans la plupart des édifices religieux qui ont été construits en Bretagne au siècle dernier, la charpente est mal combinée et imprime aux murs des poussées en sens divers. Presque tous sont déversés, la partie située entre la chapelle et le croisillon du Midi menace ruine ; le pignon du même croisillon décolle entièrement ; la pointe du clocher surplombe considérablement et peut tomber instantanément. La voûte en bois, la charpente, la couverture, la vitrerie, tout serait à refaire si les murs pouvaient subir une réparation. La surface dont disposent les fidèles ne dépasse pas 200 mètres et n'offre guère plus de 500 places, qui est insuffisant pour une population de près de 1200 habitants, aussi a-t-il fallu construire une tribune qui envahit le bas de la nef et que l'on a juchée jusque dans les combles.Depuis plusieurs années l'on se préoccupe de la reconstruction de cette pauvre église car sa restauration est notoirement impossible. Un premier projet fut-rédigé par feu M. Lageat, architecte à Lannion ; l'importance de ce projet n'en permit pas l'exécution.Le Conseil de Fabrique de Camlez m'ayant fait l'honneur le 18 Mars 1887 de m'appeler pour étudier la question et préparer un nouveau projet plus en rapport avec les ressources réalisables, je me rendis sur les lieux le 25 du même mois et n'hésitais pas un instant à condamner l'église et à m'enquérir des moyens, tant en argent qu'en transports, matériaux et que l'on pourrait mettre à disposition pour la réalisation de la reconstruction totale.Les ressources présumées devant atteindre environ 65 000 F, j'ai été autorisé à ajourner à quelques années l'exécution du dallage, de la flèche et même des voûtes s'il était nécessaire et à me préparer quant à présent que le projet du vaisseau proprement dit, de manière à rendre convenable à la célébration du culte.En conséquence, j'ai tracé les plans d'ensemble du nouvel édifice et rédigé le devis estimatif de la première série des travaux, laquelle s'élève à 62870 F, 14. Il est certain que, dans un temps assez rapproché, la Fabrique possédera de nouvelles ressources pour la continuation de l’œuvre.L'église que j'ai projeté à la forme traditionnelle d'une croix latine c'est à dire qu'elle se compose d'une nef flanquée de deux collatéraux, d'un transept et d'une abside polygonale. J'ai adopté le style dit de transition, lequel me paraît approprié aux matériaux du pays. La Fabrique m'ayant demandé de rappeler, autant que possible, le type des églises bretonnes, j'ai couronné les collatéraux par des pignonets qui surmontent des fenêtres élancées, tout en ménageant l'écoulement rapide des eaux et en évitant des noues entre les versants des toits. À l'intérieur, j'ai relevé les archivoltes de la nef, ainsi que les voûtes des bas-côtés, afin de supprimer des fenêtres supérieures, et de permettre à la lumière d'éclairer largement tout le vaisseau. Au delà du transept et sur des flancs du chœur, j'ai placé deux sacristies dont une seule sera construite tout d'abord.La plus grande longueur, dans l'œuvre atteint 29,70 m, la largeur des trois nefs remises est de 12,30 m, chaque croisillon déborde de 1,70 m. En déduisant l'espace occupé par le chœur et les deux autels du transept, les fidèles disposeront d'une surface de 280 mètres et de 200 places de plus que dans l'église actuelle. J'ai personnellement étudié le devis avec un soin tout particulier, après m'être entouré, sur place de tous les renseignements nécessaires. Je demande donc que l'on ajoute foi à mes évaluations, et que la question des chiffres n'arrête pas l'instruction de la reconstruction de l'église de Camlez.Le présent rapport a été rédigé par l'architecte soussigné, chargé de la direction des travaux.''

Références documentaires

Documents d'archives
  • Cultes. Série V1033

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : V1033
Documents figurés
  • Fonds du cadastre ancien. Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Camlez, 1834. Série 3P33/1

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P33/1
Bibliographie
  • Cabel Michel. Camlez des origines à nos jours. Edition Anagrammes, collection Recherches et documents, 2005.

Périodiques
  • COUFFON, René. "Répertoire des églises et chapelles du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier". Société d'émulation des Côtes-d'Armor, n° 72, 1941, p. 1-246.