Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Eglise Saint-Jean-Baptiste du Burthulet (Saint-Servais)

Dossier IA22132824 réalisé en 2015

Fiche

Vocables Saint-Jean-Baptiste
Dénominations église
Aire d'étude et canton Bretagne - Callac
Adresse Commune : Saint-Servais
Lieu-dit : Burthulet

Ancienne tréviale de la paroisse de Duault, l’église Saint-Jean-Baptiste de Burthulet est mentionnée pour la première fois en 1540. Le commandeur de Quimper et Beauvoir, Jean de La Barre, déclare que la chappelle et membre de Burtulet dépend de sa juridiction. L’inscription « IAQUE LE LAY 1627 » sur le porche indique que ce dernier est construit dans la première moitié du XVIIe siècle. La déclaration de la commanderie de La Feuillée de 1697 précise qu’en la paroisse de Duault-quellen est un village enleql. il y a une chapelle qui apartient aud. Commandeur, et y a même droits que dans les autres chapelles (de la commanderie). Cependant, la chapelle de Burthulet n’apparaît plus dans les archives hospitalières à partir du début du XVIIIe siècle.

Période(s) Principale : 16e siècle, 17e siècle
Dates 1627, porte la date

La chapelle Saint-Jean-Baptiste est située au village de Burtulet, à trois kilomètres au nord-est de Saint-Servais au sommet d’une colline. C’est un édifice en croix latine à larges transepts, au chevet peu saillant, deux bas-côtés flanquent la nef au nord et au sud, à hauteur du porche méridional jusqu’à la croisée du transept. La façade occidentale a été entièrement reprise au XVIIe siècle, seul le portail est antérieur. Le mur pignon est composé d’un porche voûté en berceau, peu profond, contenu entre deux contreforts saillants à doubles larmiers et surmonté d’un imposant oculus. À l’angle sud-ouest, une tour-escalier cylindrique soutenu par un contrefort oblique donne accès au clocher, ce dernier est à deux chambres de cloches surmontées d’une troisième qui prend place dans le gâble supérieur. À l’abri du porche, deux bancs en pierre mènent au portail occidental, il est en arc brisé à voussures multiples dont la dernière, à retour, est surmontée d’une archivolte en accolade ornée de crochets. Au sud, le porche méridional est assez simple, il est voûté en arc brisé présentant une légère accolade, les voussures et piédroits se confondent sans aucune mouluration. Il abrite un portail à voussure et piédroits moulurés en tore, surmontés d’une imposante archivolte en accolade ornée de crochets et sommée d’un fleuron. Le porche est soutenu aux angles par deux contreforts obliques à larmier et les deux premières assises sont marquées d’une mouluration qui se prolonge au parement extérieur du bas-côté sud. Le bras de transept sud est percé à l’ouest, d’un portail à voussures multiples en berceau et moulurées, encadré de pilastres fleuronnés et surmonté d’une archivolte à crochets et fleuron. Le pignon est soutenu par deux contreforts obliques à larmier simple et ouvert d’une baie à trois lancettes trilobées et réseau ajouré de mouchettes et écoinçons. Le gouttereau oriental du transept sud est rythmé par une série de deux contreforts, le premier de section triangulaire et le second, plus épais, de section quadrangulaire. Le transept sud et le chevet sont en partie masqués par une sacristie moderne, la baie axiale est à trois lancettes trilobées en accolade surmontées d’une rose à mouchettes et soufflets. Le bras de transept nord est identique au transept sud, une série de deux contreforts au gouttereau oriental, mais identiques et de section triangulaire, deux contreforts obliques contrebutent le pignon et la baie reprend le même remplage. Cependant, elle est surmontée d’un blason frustre à deux anges en tenant et les rampants du gâble sont ornés de crochets et achevés de crossettes sculptées. Le gouttereau occidental du transept nord présente simplement un imposant contrefort à larmier simple et base chanfreinée. Une porte en anse de panier moulurée, aujourd’hui condamnée, permettant l’accès au bas-côté nord, à droite une fenêtre en anse de panier moulurée de même, éclaire ce bas-côté.

L’intérieur de la chapelle est assez dépouillé, les parements des gouttereaux de la nef sont aveugles jusqu’à hauteur des bas-côtés. Ces derniers sont voûtés en berceau et les voussures pénètrent directement des piles hexagonales au nord, et cylindriques au sud. Le transept sud abrite les panneaux d’une tribune en bois décorée des douze apôtres, huit sont encore présents. À l’angle sud-ouest, deux frises à motifs géométriques et végétaux rougeâtres sur fond blanc ornent le parement intérieur. Au transept nord, une curieuse pierre de la maçonnerie figure un visage en bas-relief non achevé. Contre le chœur, plusieurs dalles funéraires arborent des blasons meublés à trois croissants (2 et 1), et à deux haches adossées. Enfin, à l’angle nord-est du chœur est comblé par un enfeu angulaire décoré en tore et cavet souligné d’une mouluration câblée et d’un fleuron de même. Au-dessus, une crédence monumentale frappée de trois écus frustres parachève l’enfeu

Murs pierre appareil mixte
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 3 vaisseaux
Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH, 1968/12/17

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Loire-Atlantique : B911
  • Archives départementales de Loire-Atlantique : B912
  • Archives départementales des Côtes-d'Armor : H547
Bibliographie
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne, Nantes, 1902.

Liens web

(c) Stéven Lemaître ; (c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Lemaître Stéven