Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Enclos paroissial (Runan)

Dossier IA22132967 réalisé en 2015

Fiche

Vocables Notre-Dame
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Bretagne
Adresse Commune : Runan

Dès le XIe siècle, le territoire de Runan relevait de la châtellenie ducale de Chateaulin-sur-Trieux, octroyée en 1034 par Alain III à son frère cadet Eudon. Une elemosina de Runargant est mentionnée en 1182 dans une charte énumérant les donations confirmées par Conan IV en faveur de l’ordre du Temple en Bretagne. Cependant, la nature de cette « aumône » n’étant pas précisée, on ne peut en déduire la construction d’un lieu de culte templier dès cette date. Le 13 mars 1381, le duc Jean IV nomma un chapelain et fonda une messe dans la chapelle de Ruzargan, messe susceptible d’être transférée au château voisin en cas de guerre. Le 2 juin 1414, son fils Jean V concéda à la chapelle une foire annuelle à la fête de Notre-Dame, puis le 19 mai 1421, une autre foire annuelle au jour de la Saint-Barnabé en faveur de la fabrique, pour augmentation de lad. chapelle et du service en icelle, et pour le bien de la chose publique. Pour assurer cette donation perpétuelle, le duc chargea Henri du Parc de la garde du droit de foire. Jean V octroya une nouvelle foire le 28 mars 1436, fixée à la veille du pardon de la chapelle de Runan, soit le dernier dimanche de juillet. D’autres foires furent accordées par le duc François Ier le 31 mars 1450 puis par le roi Henri III en novembre 1577 et mars 1578. De la fin du XIVe siècle au milieu du XVe siècle, les ducs montfortais ont donc doté la chapelle de Runan d’un casuel permettant des améliorations et un entretien constants. Cependant, les droits de prééminences et de fondations de l’église appartenaient aux commandeurs Hospitaliers de la Feuillée et du Palacret. En effet, le 15 août 1439, le religieux et chevalier frère Pierres de Kaeranborgne parait en tant que commandeur de la Feillé et du Palacret pour l’iglise ou chapelle de N. D. de Runazhan, tref ou fillette de la paroisse de Plouec […] fondée et située en la terre […] de lad. commanderie. Cet acte nous apprend que l’église était, au milieu du XVe siècle, tréviale de la paroisse de Plouëc . Le bourg de Runan dépendait de la commanderie, mais le temporel de l’église avait été concédé à la fabrique en échange d’une rente annuelle de 24 sols et d’une autre de 100 sols pour les offrandes du lieu, à la Nativité de Notre Dame à verser au commandeur. Le commandeur en restait le seigneur fondateur et c’est à lui seul qu’appartenaient les prières nominales, le droit d’escabeau, d’enfeu et d’écusson, ainsi que tous les autres droits seigneuriaux y compris sur les bois de hautes futaies et les halles. L’éviction de l’Ordre de Malte pendant la Révolution laissa Notre-Dame au soin des recteurs de Ploëzal et de Plouëc-sur-Trieux, puis en 1825, la trêve de Runan fut érigée en commune et l’ancien édifice des Hospitaliers en devint l’église paroissiale.

Période(s) Principale : 14e siècle, 15e siècle, 16e siècle, 19e siècle
Secondaire : 12e siècle, 18e siècle
Dates 1439, daté par source
1381, daté par source
Statut de la propriété propriété de la commune
Protections classé MH, 1907/12/19
inscrit MH partiellement, 1925/03/06
protection partielle, 1951/12/04
Précisions sur la protection

Eglise : classement par arrêté du 19 décembre 1907 ; Clôture du cimetière : inscription par arrêté du 6 mars 1925 ; Calvaire sis à l'angle de l'ancien cimetière : classement par arrêté du 4 décembre 1951.

Annexes

  • Informations complémentaires :

Références documentaires

Bibliographie
  • BONNET, Philippe, RIOULT, Jean-Jacques. Bretagne gothique. Édition Picard. 2010.

Liens web

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) Stéven Lemaître - Lemaître Stéven