Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ensemble de deux batteries de côte, corps de garde, magasin à poudre et guérite puis ensemble fortifié allemand (Re 22)

Dossier IA29002161 inclus dans Capitainerie de Brest : ensemble fortifié réalisé en 2006
Appellations Batterie de Lanildut, Batterie Aber Ildut
Destinations promenade
Dénominations batterie, corps de garde, poudrière, poste d'observation, blockhaus
Aire d'étude et canton Bretagne Nord
Hydrographies Aber Ildut
Adresse Commune : Lanildut
Lieu-dit : Le Roz

Province frontière, hautement stratégique car faisant directement face à l´Angleterre, l´ennemi de toujours..., la Bretagne revendique son caractère maritime à la fois source de richesses de par le cabotage et les échanges commerciaux, mais aussi source de convoitise et de crainte... En effet, de tout temps, coups de main et pillages sont nombreux sur les villes marchandes ou dans les îles. Avec la montée en puissance du pouvoir royal sous Louis XIV, vient la nécessité de fortifier les côtes pour les mettre à l´abri des insultes de l´ennemi anglais, espagnol ou hollandais. Chaque incursion rappellera un peu plus la nécessité de maintenir les côtes en état de défense et de protéger des populations toujours sur le qui-vive. La batterie de l'Aber-Ildut permettait la défense de l'Aber Ildut et des atterrages sur la côte le long du chenal du Four. A la fin du 18e siècle, la batterie de Lanildut était armée par 3 canons de 12 livres de balle. D'après l'Atlas des côtes de France 1818-1848 (tome 192 : direction de Brest) ; deux batteries de côte désignées "batterie de Lanildut" ou "batterie Aber Ildut", sont mentionnées au nord de l'Aber Ildut au lieu-dit "Le Roz". Elles s'intercalaient entre les batteries de "l'anse de Melon" et de "l'anse de Porspaul" au sud. D'après l'état de 1820 et le plan de détail de Paulin, les deux batteries sont dotées d'un "corps de garde", d'une "poudrière" et d'une "guérite". Le cadastre de 1843 relève la totalité de ces éléments défensifs à l'ouest du lieu-dit Le Roz. Le 7 novembre 1844, le comité des fortifications s'appuyant sur le travail de la commission des côtes de 1841 (Atlas de défense des côtes, tome III, 2e arrondissement de Brest) recommande l'armement de la batterie (4 "canons de 30 et obusiers de 22 en fer"). La batterie de Lanildut est mentionnée dans l'Atlas de 1858 de mise en état de défense des côtes de l'Empire Français (n° 230). Classée en 3e degré d'importance, elle est armée de 2 "canons de 30" et 2 "obusiers de 22". Par la suite, la batterie cesse d'apparaître dans les états de défense des côtes. L'embouchure de l'Aber-Ildut est fortifiée par les Allemands lors de la Seconde Guerre Mondiale dans le cadre du Mur de l'Atlantique. On compte notamment deux postes d'observation bétonné dit Tobrouk (pour mortier) et un abri à personnels de type Vf.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 1ère moitié 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates 1820, daté par travaux historiques
1841, daté par travaux historiques
1843, daté par travaux historiques
1844, daté par travaux historiques
1858, daté par travaux historiques

Il s'agit de deux épaulements de terre censés protéger les canons en absorbant les boulets adverses. Une batterie est dite "à barbette" lorsque les bouches à feu tirent par dessus la crête du parapet en l´absence d´embrasure. En fonction de l'enjeu tactique du lieu à défendre, les ingénieurs ont mis au point différentes formes de batteries : arc de cercle dit batterie en fer à cheval ou en croissant, redan, batterie linéaire ou rectangulaire. Il s'agit ici de deux batteries en fer à cheval rectangulaire d'une ouverture de 7 mètres (batterie nord pour une pièce d'artillerie) et 18 mètres (batterie sud pour deux pièces d'artillerie). La poudrière ou magasin à poudre est voûtée en berceau et couvert de pierres. Le magasin a perdu son pignon du côté de la mer.

Typologies batterie de côte
États conservations restauré

La batterie de Lanildut a fait l'objet d'une restauration exemplaire de 2003 à 2007 : restauration de l'épaulement et de la plate-forme sud, reconstitution et mise en situation d'une pièce d'artillerie sur affût de la 2e moitié du 18e siècle (pièce de marine de 12 livres modèle 1786 de 1 610 kilogrammes coulée en 2007). Opération réalisée avec le soutien du Conseil Général du Finistère, de la commune de Lanildut, des membres de l'Association Aber-Ildut Loisirs et Culture, des « Ouvriers de paix », des élèves du collège de Kerhallet et du lycée Vauban et de Jean-Yves Besselièvre, historien de la fortification.

Statut de la propriété propriété du département
Intérêt de l'œuvre vestiges de guerre, à signaler

Annexes

  • 20062904049NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904050NUCA : Archives Départementales, Finistère

    20062904051NUCA : Archives Départementales, Finistère

Références documentaires

Bibliographie
  • BESSELIEVRE (J-Y), "La batterie de l´Aber-Ildut (18e-19e siècles)", 2006. (Site internet de la commune de Lanildut : http://mairie.orange.fr/lanildut/histoire/JYB-Bat1.html) BESSELIEVRE (J-Y), "La restauration de la batterie de l´Aber-Ildut", 2006. (Site internet de la commune de Lanildut : http://mairie.orange.fr/lanildut/histoire/JYB-Bat2.html) BESSELIEVRE (J-Y), "Le canon de la batterie de l´Aber", avril 2007. (Site internet de la commune de Lanildut : http://mairie.orange.fr/lanildut/histoire/JYB-Canon.html).

  • DURAND (P.), "Conception de la défense de Brest avant la Révolution", Cahiers de l´Iroise, n° 2, 1972, p. 114-124.

  • GUIVARCH (J.), "Lanildut des années 1789, Défense côtière de l'Aber-Ildut (d'après le lieutenant colonel Durand)", 2000. (Site internet de la commune de Lanildut : http://mairie.orange.fr/lanildut/histoire/LanSource009.html).

Liens web

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume