Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ensemble fortifié de la pointe des Espagnols (Roscanvel)

Dossier IA29004249 réalisé en 2008

Fiche

Appellationsbatteries de la pointe des Espagnols, fort de la pointe des Espagnols
Parties constituantes non étudiéesédifice logistique, blockhaus, casemate, redoute
Dénominationsensemble fortifié, batterie, tour
Aire d'étude et cantonBretagne - Crozon
AdresseCommune : Roscanvel
Lieu-dit : pointe des Espagnols
Cadastre : A 634

En 1594, les Espagnols débarquent à Camaret et envahissent la presqu'île de Roscanvel avec l'aide des habitants attirés par des salaires élevés. Un fort triangulaire est construit au sommet de la pointe septentrionale de la presqu´île, appelée depuis pointe des Espagnols Après un siège long et éprouvant, les Français aidés des Anglais reprennent le fort et le rase en fin d´année. A la fin du 17e siècle, Vauban y fait construire une batterie haute armée de 4 canons de 24 livres de balle et 3 mortiers (qui sera ensuite transformée en batterie de mortier au 18e siècle, puis en batterie pour canons de 100 mm à tir rapide à la fin du 19e siècle), une batterie basse pour 32 pièces au pied de la falaise (qui deviendra la batterie Vauban et sera remaniée au début et à la fin du 19e siècle). Différents édifices logistiques sont également construits (casernement, corps de garde, magasins...). Une tour-réduit type n° 1 est construite en 1811. Une enceinte arrière (ouvrage à cornes) est également édifiée au 19e siècle (date inconnue entre 1811 et 1870). En 1883-1884, différentes batteries sont construites sur le plateau : une batterie pour 4 pièces de 24 cm Marine modèle 1870-1884 et une batterie pour 4 pièces de 32 cm Marine modèle 1870-1881 sur la face nord (batteries extérieures de gauche et de droite du goulet), une batterie de 3 canons de 32 cm modèle 1870 à l'intérieur de l'ouvrage à cornes (batterie intérieure), une batterie comprenant 4 pièces de 19 cm Marine modèle 1864-1870 et 4 pièces de 24 cm Marine modèle 1870 sur la face est (batteries extérieures de gauche et de droite) et deux magasins à poudres enterrés type 1874. En 1888, une batterie de rupture sous roc pour 2 pièces de 32 cm Marine modèle 1870-1884 est construite sous le terre-plein de la batterie basse de Vauban et un magasin à poudre sous roc sous l'ouvrage à cornes. Pendant la Seconde guerre mondiale, les Allemands occupent la pointe des Espagnols et en font le "Groupe de point d'appui de Crozon - Route des Espagnols ("Stützpunktengruppe Crozon" relevant du 17e Pestrings Pionier Stab.). Ils réutilisent et apportent quelques modifications mineures. Sur le flanc sud, ils construisent une position de résistance (28 abris ou casemates en béton armé, 4 abris et des obstacles).

Période(s)Principale : 4e quart 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Vauban ingénieur militaire

Cet ensemble fortifié est composé essentiellement de batteries d´époques différentes ayant eu des missions différentes. Certaines sont bien conservées, d'autres sont couvertes de végétation, d'autres encore ont été détruites. La tour-réduit de 1811, située plus à l'intérieur des terres, a été bien conservée.

États conservationsdésaffecté, envahi par la végétation, inégal suivant les parties
Statut de la propriétépropriété de l'Etat
Sites de protectionsite classé

Annexes

  • Ce dossier électronique a été réalisé par l´Observatoire du patrimoine maritime culturel de Bretagne du laboratoire Géomer (UBO) dans le cadre d´une étude thématique régionale sur le patrimoine maritime culturel. Un autre dossier, complémentaire de celui-ci, a été rédigé dans le cadre d´une étude thématique régionale sur les fortifications littorales de Bretagne-nord :

    Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2003 - Guillaume Lecuillier : Batteries hautes et basse puis fort et ensemble fortifié (Stützpunkt "Espagnols" Cr 45 ; 48 ; 49) :

    Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2004 - Guillaume Lecuillier : Tour-modèle n° 1 :

    Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2004 - Guillaume Lecuillier : Batterie de rupture (2 canons M de 32 cm modèle 1870-1884 sur affûts M modèle 1888) puis casemates (2 canons antichars de 5cm Kwk) :

    Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2005 - Guillaume Lecuillier : Batterie extérieure de gauche (4 canons Marine de 24 cm modèle 1870-1887 sur affûts Marine modèle 1888 P.C.) :

    Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2005 - Guillaume Lecuillier : Batterie extérieure de droite (4 canons Marine de 32 cm modèle 1870-1881 sur affûts Marine modèle 1882 P.A.) :

    Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2005 - Guillaume Lecuillier : Batterie intérieure (3 canons M de 32 cm modèle 1870 M sur affûts 1876-T-1883 PA) :

    Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2005 - Guillaume Lecuillier : Batterie basse (4 canons M de 47 mm modèle 1885 TR sur affûts M modèle 1885 crinoline) :

    Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2005 - Guillaume Lecuillier : Batterie extérieure de gauche (4 canons Marine de 19 cm modèle 1864-1870 sur affûts Marine modèle 1869-T-1884 P.A.) :

    Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2005 - Guillaume Lecuillier : Batterie extérieure de droite (4 canons M de 24 cm modèle 1870 M sur affûts M modèle 1876-T-1883) :

    Voir aussi enquête thématique régionale (fortifications littorales) - 2003 - Guillaume Lecuillier : Batterie antiaérienne codée M.K.B. "Eisentrager" (4 canons de 10,5 cm ; 2 canons de 2 cm) (1 / Ma. Fla. 231) : .

  • 20082908496NUC : Archives départementales du Finistère

Références documentaires

Bibliographie
  • TRUTTMANN, Philippe. Architecture miliataire. In La presqu´île de Crozon, L. Calvez (dir. par), Paris : Nouvelle Librairie de France, 1975.

    p. 345-362
  • Entretien avec Marcel Burel en 2007.