Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ensemble fortifié

Dossier IA29000969 inclus dans Capitainerie de Saint-Pol-de-Léon : ensemble fortifié réalisé en 2002

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées batterie, corps de garde, poste d'observation, poudrière, ouvrage fortifié
Dénominations ensemble fortifié
Aire d'étude et canton Bretagne Nord
Adresse Commune : Carantec
Lieu-dit : Ile Callot

Eperon barré sur la pointe septentrionale de l'île Callot (non daté, les retranchements sont très visibles). Batterie de Penn ar Warn (sur le site de l'ancien éperon barré) attestée en 1692, guérite et corps de garde fin 17e, 18e siècles. Projet de construction d'un réduit de batterie de côte en 1862 sur le site de l'ancienne batterie. Champs de mines, barrages de mines flottantes et obstructions de plage sur l'ensemble du rivage de l'île Callot susceptible de subir un débarquement (vestiges très nombreux : bornes en béton délimitant les champs de mines, mines flottantes explosées).

Période(s) Principale : 4e quart 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 1ère moitié 19e siècle
Dates 1692, daté par source
1862, daté par travaux historiques
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété publique
propriété privée
Intérêt de l'œuvre vestiges de guerre

Annexes

  • YSNEL, Franck. La défense de la Baie de Morlaix aux XVIIème et XVIIIème siècles. Mémoire de D.E.A., sous la dir. de Claude Nières, Rennes, 1991.

    "L'île Callot étant l'endroit le plus avancé au centre de la baie, avec la construction du château du Taureau, il est plus judicieux de placer un corps de garde, autrefois installé à Penn-al-lann en Carantec, au Nord de l'île. Un premier état fait mention d'un corps de garde et d'une batterie dès 1692. La batterie est à barbette, son parapet intérieur et sa plate-forme sont en pierre de taille. Elle est de forme arrondie et a été dégagée des broussailles il y quelques années. Le corps de garde se situe dans un renfoncement. Ne pouvant loger que 4 ou 5 hommes, l'officier s'installe chez le curé et les canonniers dans une grange (A. G., Art. 4, Section 2, Paragraphe 3, carton 2, batteries et château forts de la côte entre les rivières de Quimper et de Morlaix, 1781). Sa toiture est en charpente et un dépôt de poudre a été aménagé dans la maçonnerie, trop près de la cheminée car les miliciens ne l'entreposent plus dans ce renfoncement dans le crainte de la voir exploser (A. N. Mar., G 158). Les fondations sont toujours visibles mais sont enfouies dans la végétation.

    En 1744, il est proposé d'établir un corps de garde voûté d'observation à Carantec et un autre à Kerlaudy près de la Penzé pour un coût de 1544 livres. L'ensemble des réparations dans la capitainerie est confié à l'entrepreneur morlaisien Poterel (A. D. 35, C 1146, état estimatif du 8 juin 1744). Il ne construit que celui de Kerlaudy qui devient inutile 4 ans après (A. D. 35, C 4708, état des corps de garde en 1748)".

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume