Logo ={0} - Retour à l'accueil

Faubourg, dit quartier Vern-Poterie (Rennes)

Dossier IA35025930 inclus dans Ville de Rennes réalisé en 2001

Fiche

  • L'ancienne maison du Lavais
    L'ancienne maison du Lavais
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • église
    • groupe scolaire
    • stade
    • centre aéré
    • cité
    • lotissement
    • lotissement concerté
    • cité jardin
    • biscuiterie
    • école
    • immeuble
    • cité
    • église paroissiale
    • maison

Œuvres contenues

Prolongeant le faubourg Saint-Hélier, le quartier se développe, à partir de 1925, dans une zone rurale de la commune où subsistent alors de nombreuses exploitations agricoles proches des villages de la Poterie (attesté dès le XIIe siècle) et de la Mettrie (cité en 1421). Des maisons de retenue, anciens manoirs et fermes mentionnés par Banéat, ne subsistent à l'état de vestiges que la ferme du Haut-Bignon, les maisons du Ronceray, du Lavais et du Chêne-Rond.

De nombreux chemins desservaient les exploitations et permettaient de relier les voies principales entre elles (routes nationales 163 et 163bis). Certains d'entre eux sont devenus des rues, telles l'extrémité nord de la rue Francisco-Ferrer, la rue Maurice-Hay, la rue de Bel-Air.

La voie de tramway sera supprimée dans les années trente.

La route nationale 163, ancienne route royale devenue rue de Vern, et la rue de la Poterie forment le pôle d'attache du quartier, dont le groupe scolaire Carle-Bahon et le stade Rapatel constituent les nouveaux équipements.

Les premiers lotissements apparus, à l'ouest du quartier, entre 1920 et 1935, présentent des trames orthogonales depuis la rue de Vern, suivant une orientation déjà présente dans le quartier voisin.

Le lotissement des domaines agricoles rachetés par des promoteurs et réalisé en plusieurs tranches, parfois suivant un plan préalable, se poursuit jusqu'aux années soixante, à l'exemple des terres de la Mettrie, loties par la société Bernheim, entre 1933 et 1936, puis par l'agent immobilier Berthelin, entre 1942 et 1958.

Ces lotissements apparaissent d'abord le long des voies existantes puis dans des parcelles desservies par des voies nouvelles en impasse, selon un schéma très comparable à celui du quartier Leguen-de-Kérangal, à l'est de la rue de Nantes.

Le percement du boulevard Léon-Bourgeois entre 1933 et 1934, puis sa jonction avec le boulevard Franklin-Roosevelt décidée en 1948, vont contribuer à scinder le secteur Vern-Poterie du faubourg Saint-Hélier, dont il formait le prolongement, et du quartier du Cimetière de l'Est.

Après les lotissements du ministère de la Reconstruction, à l'ouest, dans lesquels dominent le logement individuel, les nombreuses cités des années cinquante et soixante modifient fortement le paysage urbain, en particulier au sud du quartier, soit par leur implantation, dans les lotissements des années trente, en particulier dans le lotissement de Mellon (rues du Docteur-Calmette, Eugène-Quessot et Carle-Bahon), soit par l'urbanisation des parcelles agricoles. L'importance du logement individuel constitue un terrain propice aux mutations du bâti mais également du parcellaire.

Le secteur est aujourd'hui enclavé entre la ZUP du Blosne et la ZAC Poterie, deux aménagements urbains dont la logique spatiale est en profonde rupture avec celle du quartier Vern-Poterie, caractéristique du tissu de faubourg.

Parties constituantes non étudiéeséglise, groupe scolaire, stade, centre aéré, cité, lotissement, lotissement concerté, cité jardin, biscuiterie, école, immeuble, cité, église paroissiale, maison
Dénominationsfaubourg
Aire d'étude et cantonRennes ville - Rennes ville
AdresseCommune : Rennes

Le plan d´extension de 1926 figure une zone encore rurale, semblable à l´image qu´en donnent les cadastres de 1812 et de 1842. Elle est cependant traversée par une voie de tramway reliant Rennes au Grand-Fougeray. Le bâti est concentré aux abords de l´actuelle rue de la Poterie qui constitue l´axe le plus ancien vers Châteaubriant, dans les villages de la Poterie et de la Mettrie. Au nord sont situées les fermes de la Mettrie et de la Grande-Porte, alors que celle du Haut-Bignon se trouve isolée, au sud de la rue de Vern, qui constitue la nouvelle route de grande communication. Le plan de 1948 atteste un développement sensible du bâti et des réseaux ouverts depuis la rue de Vern et la rue de la Poterie, confirmé par la construction du boulevard Léon-Bourgeois, en 1933, d´un groupe scolaire, à l'angle de la rue Francisco-Ferrer, d'un stade, rue Rapatel, et par les nombreuses autorisations de lotissement qui débutent dès 1925, d´abord le long des voies primaires, puis, dans les années trente, sur les terres des domaines agricoles, dont les plus importants sont ceux du Haut-Bignon, de la Mettrie et de la Grande-Porte. Le plan de 1958 montre une extension qui se produit, au sud et à l´ouest, formée de cités construites dans l´après-guerre par le ministère de la Reconstruction et les offices d'HLM mais aussi un nouveau groupe scolaire, rue de Vern. Au nord de la rue de la Poterie, la ferme de la Mettrie est toujours visible. Une église est construite en 1957, rue de Vern.

Période(s)Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 3e quart 20e siècle

Secteur urbain délimité au nord par le boulevard Léon-Bourgeois, au sud par la Z.U.P. du Blosne, à l'est par la Z.A.C. Poterie et la rue de Châteaugiron et à l'ouest par le lotissement du M.R.U. et la rue Paul-Langevin. Il se structure autour d'une voie primaire (la rue de Vern) et d'une voie secondaire (la rue de la Poterie).

Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, histoire, archéologie, monuments. Rennes : Librairie Moderne J. Larcher, 1927-1929.

    p. 232-233
  • SEPRA, agence d'architecture et d'urbanisme. Ville de Rennes. Etude de morphologie urbaine. Secteur Francisco-Ferrer Vern-Le Landry, février 1995.