Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, Bon Espoir (Saint-Erblon)

Dossier IA35047984 réalisé en 2007

Fiche

  • Vue générale sud-est
    Vue générale sud-est
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • étable à vaches
    • étable à chevaux
    • grange
    • remise
    • porcherie
Parties constituantes non étudiéesétable à vaches, étable à chevaux, grange, remise, porcherie
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Bruz
AdresseCommune : Saint-Erblon
Lieu-dit : Bon Espoir
D'après Paul Banéat, il existait un ancien manoir à Bon Espoir, toutefois, sa disparition doit être très ancienne, car, en 1812, lors de la réalisation du premier cadastre de la commune, il n'existait déjà plus qu'une ferme à cet endroit. Pourtant, en 1884, A. Orain mentionne l'existence d'une belle gentilhommière à Bon Espoir, dans son ouvrage sur le département d'Ille-et-Vilaine. Paul Banéat mentionne également le fait qu'on a cultivé la vigne à cet endroit au 15e siècle. Le manoir de Bon Espoir appartenait à la famille Raguenel aux 14e et 15e siècles, il passa ensuite entre les mains de nombreuses familles différentes. En 1789, il appartenait aux Viard, seigneurs de Mouillemusse, qui l'avaient acheté en 1746 aux de la Baume le Blanc, marquis de la Vallière. Actuellement, il existe plusieurs bâtiments qui forment une cour semi- fermée. Le bâtiment le plus ancien est vraisemblablement celui situé au sud-ouest de la cour. Il existait déjà en 1812 ; de plus, ses caractéristiques architecturales sont propres à cette époque de construction : forte pente de toiture, présence d'un coyau entre autres. Le logis se trouve au nord de la cour ; malgré le fait que sa façade ait été reprise au début du 20e siècle vraisemblablement (encadrements de baies en brique), il s'agit d'un bâtiment très ancien. Ainsi, il est également présent sur le premier cadastre communal de 1812 et, par ailleurs, à l'intérieur, il subsiste des éléments propres à l'architecture du 17e siècle (poutres de forte section). L'étable et la remise, situées au sud-est de la cour, datent vraisemblablement de la limite du 19e et du 20e siècle.
Période(s)Principale : 17e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : limite 19e siècle 20e siècle

Les bâtiments qui composent ce lieu forment une cour quasi-fermée. Au nord, se trouve le bâtiment abritant le logis ; il est construit en terre enduite sur un solin de moellon de schiste. Le toit à croupes est couvert d'ardoise et le comble à surcroît est accessible grâce à la présence de plusieurs portes hautes à toitures à croupes. Les encadrements des baies de la façade sud de ce bâtiment sont réalisés en brique. Face à ce premier bâtiment, au sud de la cour, s'élève un second bâtiment construit en maçonnerie de moellon de schiste uniquement. Sa toiture à longs pans est couverte d'ardoise ; elle possède une forte pente ainsi qu'un coyau. Les encadrements de baies de ce bâtiment sont composés de carrées de bois. A l'est de la cour, se trouve un bâtiment construit en terre sur un solin de moellon de schiste. Le toit à longs pans de ce bâtiment est couvert d'ardoise et les encadrements de baies sont réalisés en brique. Enfin, à l'ouest de la cour, s'élèvent les porcheries.

Mursterre
schiste
moellon
Toitardoise
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • ORAIN, Adolphe. Petite géographie pittoresque du département d'Ille-et-Vilaine pour servir de guide aux voyageurs dans Rennes et le Département. Rennes : P. Dubois Libraire-éditeur, 1884.