Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, Kerveno le Val (Landévant)

Dossier IA56007478 réalisé en 2009

Fiche

Ferme sélectionnée malgré sa destruction après étude, pour sa structure et la qualité du décor de ses ouvertures. Le remploi d'ouvertures à décor est une des caractéristiques de l'habitat rural de Landévant.

Cette ferme reste difficile à analyser : comme plusieurs autres fermes de la commune (Coët Crann, Coët Evenec, Kermoro, Coëtel), elle arbore des éléments de décor très soignés dont on peut douter d'une utilisation d'origine in situ. S'agit-il d'éléments provenant du logis du manoir du Val ? Ou d'un autre manoir disparu ? Les textes nous apprennent qu'un Mathurin Cougoulat (famille signalée par inscription sur le site de Kerveno le Val) avait acheté aux Robien en 1782 le manoir du Val (sans doute les bâtiments suivant l'usage du domaine congéable, le fonds restant à la famille de Robien).

Sa structure est caractéristique des fermes anciennes morbihannaises de qualité, étable-salle-chambre. Cependant, l'accent mis sur le décor de cette dernière indique, malgré l'absence de cheminée, l'importance donnée à cet espace : s'agit-il d'une chambre de réserve pour le propriétaire, ou de celle des vieux parents ? Aucun escalier ne dessert le comble, pourtant traité comme un étage habitable, mais non chauffé.

L'ensemble de ces éléments, étage, décor, concourent à envisager une démarche visant à s'approprier le mode d'habiter de la noblesse rurale.

Parties constituantes non étudiéesétable, puits
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonRia d'Etel - Pluvigner
AdresseCommune : Landévant
Lieu-dit : Kerveno le Val
Cadastre : 1837 B1 146, 147, 148 ; 2000 ZO 22

Le logis de la ferme est probablement construit ou reconstruit au milieu du 17e siècle : l'ancienne dépendance en alignement reconstruite à la fin du 20e siècle porte la date de 1642 accompagnée du nom Cougoulat, famille encore aujourd'hui présente sur le site. Le logis remploie cependant des ouvertures du 16e siècle qui peuvent être soit des remplois in situ, soit plus vraisemblablement des éléments de décor provenant peut-être du grand logis du manoir du Val tout proche, déclaré en ruines à la Révolution mais dont on ne connaît pas la date de désaffection. Le larmier surplombant la porte porte peut-être une date incomplète (14). Les fenêtres du rez-de-chaussée ont été refaites en ciment au milieu du 20e siècle. En 2011, la ferme a été détruite après inventaire. Le puits porte la date de 1841, accompagné de l'inscription : "faite par Jean Giquello".

Période(s)Principale : milieu 17e siècle , (détruit)
Secondaire : 1ère moitié 16e siècle , (?)
Dates1642, porte la date
1841, porte la date

La ferme est composée de deux corps de hauteur différente en alignement où on identifie le schéma morbihannais classique logis-étable avec chambre en alignement, celle-ci probablement sans feu à l'origine (la cheminée actuelle date de 1930). La partie est regroupe sous le même toit la salle commune et l'étable aujourd'hui séparées par une cloison de bois. La salle, à l'est, est chauffée par une cheminée adossée au pignon le séparant de la chambre. Cette cheminée est composite, les piédroits chanfreinés pouvant être plus anciens et donc appartenir à un édifice antérieur, tandis que les consoles en quart-de-rond correspondent au milieu du 17e siècle. Près de la cheminée est encastré dans le mur sud, un placard mural avec évier dont l'évacuation se voit à l'extérieur. La partie est, la chambre, est distribuée par une porte en anse de panier avec une tête humaine sculptée de la bouche de laquelle s'échappe deux grappes de raisin ; cette porte est protégée par un larmier sculpté de différents motifs : floraux, décoratifs, ailés. Au-dessus de la chambre, un simple grenier est doté d'une fenêtre à croisée dont la position à cet endroit est inexpliquée sauf en tant que décor ; une seconde fenêtre située dans le mur de refend éclaire les deux parties du grenier.

Mursgranite
moellon
Toitchaume
Étagescomble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
pignon découvert
Typologieslogis-étable chambre, haut surcroît
Techniquessculpture
Précision représentations

Le décor est porté sur la porte en anse de panier, une tête humaine en fort relief de la bouche de laquelle s'échappe deux branches avec grenades ou grappes de raisin. Le larmier qui la surplombe est gravé ou sculpté de décor non figuratif, peut-être d'un oiseau ailé.

Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • 20095605984NUCB : Archives communales de Landévant

    20105601733Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 097_56_69_bande_21/32A. Landévant. Kerveno Le Val 2.

    20105601737Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 097_56_69_bande_22/36A. Landévant. Kerveno. Le Val 2.

    20105601738Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 097_56_69_bande_22/. Landévant. Kerveno. Le Val 2.

    20105601734Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 097_56_69_bande_21/35A. Landévant. Kerveno. Le Val 2.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives communales de Landévant. Plans cadastraux, 1837.

Périodiques
  • ROBINO, Pierre. Landévant et Landaul. Société d´Histoire et d´archéologie du pays de Lorient. Bulletin n°37. 2008-2009.

    p. 103