Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme La Basse-Cour, le Grand Domaine (Saint-Gilles)

Dossier IA00007873 réalisé en 1986

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

Destinations maison
Parties constituantes non étudiées poulailler, hangar agricole
Dénominations communs, basse-cour
Aire d'étude et canton Rennes Métropole
Adresse Commune : Saint-Gilles
Lieu-dit : Grand Domaine (le)
Cadastre :

La basse-cour est construite vers 1839 en même temps que le nouveau château de Saint-Gilles, dit « Le Grand-Domaine ». L’ensemble qui comprenait outre une habitation, des étables et un cellier, incluait à l’origine une écurie, qui a disparu. L'architecte du nouveau château, Louis Richelot, n’est probablement pas celui de de la Basse-Cour qui présente un style radicalement différent, éloigné du gout néoclassique.

Une étable, un cellier et des communs complétaient l’ensemble.

Les murs en terre étaient à l'origine recouverts d’un enduit à la chaux.

Les façades ont été très modifiées afin de donner une certaine symétrie à l’ensemble.

Les photos du pré-inventaire, prises en 1975, montrent le relatif mauvais état de ces bâtiments, certaines fenêtres sont murées.

L'ensemble actuellement devenu une maison d’habitation indépendante du château a été entièrement restauré. Les façades ont été très modifiées et de nouvelles ouvertures ont été percées.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle

Le logis possède une aile à toit en demi-croupe. Le mur-pignon de cette aile est percé d’une porte et de six fenêtres dont l’une éclaire le grenier. L’autre partie du logis est couverte d’une toiture à coyaux et l’étage possède un balcon sur lequel donne une porte-fenêtre murée. Dans l’angle intérieur se trouve une tour circulaire. Un toit très pointu, surmonté d’un lanternon, abrite une rangée de boulins au sommet de cette tour ; ces boulins sont purement décoratifs.

Les encadrements des ouvertures sont tous en bois. Deux portes (dont celle de la tourelle) et la fenêtre de la tourelle sont en arc brisé.

Jean-Yves Desdoigts, Pré-inventaire, 1975

Les images de l'enquête d'Inventaire de 1975 permettent de comprendre la composition d'origine. A cette époque, le logis est situé dans la partie centrale. La façade de ce logis est composée d’une partie principale à trois travées et deux niveaux d’élévation surmontée d’un niveau de comble. Le sol du rez-de-chaussée est doté d’un carrelage. Cette pièce accueillait à l’origine un four à pain.

Le niveau du comble présente un décor de pan de bois et est couronnée d’une demi-croupe ornée d'un lambrequin.

Le logis est accolé à l’est d’une tourelle. La jonction entre les deux a été reprise en brique. Cette tourelle accueille un escalier. Les ouvertures sont couronnées d’arcs surhaussés. La partie haute de la tourelle est ornée d’une suite de trous de boulins formant pigeonnier. La couverture est ornée d’un lanternon et également de lambrequin.

La partie ouest du logis est dédiée aux écuries et à l’étable. Un bassin de granite pour abreuver les animaux de la basse-cour est présent devant le bâtiment.

La partie est, également décorée, accueillait au rez-de-chaussée la cuisine. L'étage présente une coursière couverte à l'avant. Cette coursière est ornée à sa base d'un lambrequin mais également d'une lucarne s'ouvrant en arc trilobé et couronnée de lambrequin.

Un cellier et un poulailler (auparavant une porcherie) sont orientés à l’est est sont accolés à ce dernier bâtiment. Il existait également des clapiers.

Des ouvertures sont présentes à l’arrière du bâtiment principal, une cave est également construite en contrebas. Il s’agissait auparavant d’une laiterie.

Un hangar est également présent sur cette parcelle, à l’ouest de ce bâtiment principal. Ce bâtiment était à l’origine une bergerie.

L’ensemble des bâtiments est construit en terre comme en témoigne l’utilisation de carrées en bois pour les ouvertures, la mise en œuvre est en bauge.

Aude Benoist, Étude topographique, 2018

Murs pierre
bauge
bois
torchis enduit
pan de bois
Toit ardoise
Étages 1 étage carré
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans
toit conique
noue
demi-croupe
États conservations restauré
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Jean-Yves Eveillard,“Histoire de Saint-Gilles”, article paru dans le Bulletin municipal de Saint-Gilles.
  • Jean-Yves Desdoigts, Pré-inventaire de Saint-Gilles, 1975

Références documentaires

Bibliographie
  • BUREL Laurence, Le patrimoine de Saint-Gilles en 2002 : identité et avenir d’une commune rurale d’Ille-et-Vilaine, Mémoire de Maitrise d’Histoire sous la direction d’Alain Croix, Rennes, Université de Haute-Bretagne, 2002.

    Bibliothèque universitaire. Université Rennes 2
  • Bardel, Philippe et Maillard, Jean-Luc, Architecture de terre en Ille-et-Vilaine, Rennes, éditions Apogée- Écomusée du Pays de Rennes, 2002