Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, Ty Névé (Berné)

Dossier IA56008327 réalisé en 1999

Fiche

Ensemble remarquable, avec une mise en œuvre très soignée, aux abords conservés.

Le logis ouest est une ferme des années 1600 de grande qualité, dans sa mise en œuvre et ses aménagements, malgré la disparition certaine d’une pièce à l’est (la porte en anse de panier au rez-de-chaussée l’indique), et possible d’un étage habitable (pourtant infirmée par l’absence de traces de cheminées). La question de son constructeur, riche laboureur ou marchand, se pose ici, son emplacement isolé et proche de la forêt de Pont-Callec indiquant sans doute une métairie noble, installée sur un défrichement de la forêt d'après son toponyme, dépendant sans doute de la seigneurie de Pont-Callec.

Au rez-de-chaussée, les deux espaces à usage de salle et d’étable sont distribués par deux portes différentes : l’accent est mis sur celle de la salle, en anse de panier mouluré avec base des piédroits à griffes, qui prime sur celle de l’étable, rectangulaire simplement chanfreinée.

La chaîne d’angle ouest est formée de très grandes pierres sur une base talutée en raison de la légère déclivité : l’ancienne chaîne d’angle ouest est remployée dans la chaîne d’angle est du second logis du 18e siècle ; quant aux pierres de taille qui constituent le mur de façade de ce second logis, voir du 3e édifié au 19e, elles sont probablement aussi remployées du premier édifice, plus long.

A l’intérieur, la qualité des portes d’angle qui distribuent l’escalier en vis et l’ancienne pièce ouest, la tour d’escalier, comme l’armoire murale en arc brisé, n’ont rien à envier aux éléments en usage dans un manoir, la différence se faisant dans la hauteur modeste de la salle.

Structure à comparer avec Kerzoze, maison 2 en Mellionnec, qui cependant n’a pas de partie agricole. (C. Toscer)

Parties constituantes non étudiéesétable
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonFaouët (Le) - Faouët (Le)
AdresseCommune : Berné
Lieu-dit : Ty Névé
Cadastre : 1826 E2 593, 594 ; 1996 ZS 18

Cette ferme se compose de trois parties distinctes construites successivement d’ouest en est.

La première est édifiée à la fin du 16e ou au début du 17e siècle. Il est probable qu'elle comportait à l'origine un étage habitable (ce que montre l’épaisseur de la souche de cheminée qui parait comporter deux conduits). Elle se prolongeait vers l’est d’une pièce. La fenêtre de la salle à l’est, a été agrandie au 19e siècle.

Le second logis a été construit à l’emplacement du prolongement du premier logis, ce que signale le liaisonnement entre les deux logis par de grandes pierres allongées. Il a été construit au milieu du 18e siècle, sans doute au moment de la division de propriété signalée sur le plan cadastral de 1826.

Le 3e logis vers l’est est construit en 1863, date portée.

Les deux logis est ont été restaurées entre 2000 et 2010 sans dénaturation à l'exception de l'ouverture d'une porte et d'une fenêtre dans la façade postérieure du logis médian.

Le plan cadastral de 1826 montre un four à pain aujourd'hui détruit, au sud du second logis (actuel logis médian).

Période(s)Principale : limite 16e siècle 17e siècle, milieu 18e siècle, milieu 19e siècle
Secondaire : milieu 19e siècle , (?)
Principale
Dates1863, porte la date

Ferme isolée au sud de la commune formée de trois unités en alignement établies chronologiquement d’ouest en est

Le premier est construit pierre de taille de granite, couverte en en ardoise, à comble à surcroît. De type logis mixte, il comporte dans sa partie est la salle, avec cheminée de granite à linteau à crossettes et consoles obliques, piédroits chanfreinés. Une armoire murale en arc brisé est engagée dans le mur nord. Dans l'angle nord-est de la pièce, à proximité de la cheminée, deux portes en anse de panier chanfreiné en angle donnent accès respectivement, dans le mur nord à l'escalier en pierre en vis sans jour situé dans une tourelle demi hors-œuvre, dans le refend est au logis voisin. La salle et l’étable étaient séparées par une cloison de planches. Dans la tour au niveau de l’étage sont établies des latrines saillant à l'extérieur de la tour à l'est. Le grenier ne compte aucune cheminée.

Le second logis est aussi édifié en pierre de taille, couvert d'ardoise et à comble à surcroît. On remarque les pierres de liaisonnement entre les deux corps indiquant que ce logis remplace une partie plus ancienne. L'ancien angle est est constitué de très grosses pierres taillées formant chaîne d'angle. Le rez-de-chaussée de la façade ouvert d’une porte en plein cintre encadrée de deux fenêtres de même taille masque la réalité intérieure, puisqu’il s’agit d’un logis mixte à une seule porte. Pour des raisons pratiques (position de l’échelle), la fenêtre passante de toit est décalée par rapport aux ouvertures du rez-de-chaussée.

Le 3e logis construit en moellon régulier de granite, est composé de deux pièces d’habitation, chacune chauffée d'une cheminée et surmontées d'un comble à surcroît..

Mursgranite pierre de taille
Toitardoise
Étagescomble à surcroît
Couverturestoit à longs pans
pignon couvert
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour en maçonnerie
Typologiesarmoire murale, Ferme de plan allongé ; logis à fonctions multiples juxtaposées , logis à deux pièces symétriques
Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Annexes

  • La Vallée du Scorff (extrait)

    TY Névé, ferme

    La mise en œuvre soignée du matériau, un granite à grains fins, ne laisse cependant pas deviner l’exceptionnelle qualité cette ferme bâtie à la fin du XVIe ou au début du XVIIe siècle. Elle appartient au type logis-étable à deux portes, l’espace intérieur étant divisé par une cloison aujourd’hui disparue. Côté logis, l’aménagement intérieur, avec cheminée à consoles obliques, est complété par un placard mural en arc brisé. Sur le mur nord, un escalier en vis en pierre enchâssé dans une tourelle hors-œuvre conduit au grenier, servant peut-être occasionnellement de chambre, comme le révèle la présence de latrines sur le palier de l’escalier. La pente de toiture, fortement diminuée lors de l’abandon du chaume en couverture, modifie sensiblement l’aspect de la façade , en particulier le fronton triangulaire de la fenêtre de comble.

Références documentaires

Bibliographie
  • Inventaire général de monuments et richesse artistiques de la France. Vallée du Scorff : Bretagne. Images du Patrimoine, n°196 , Rennes, APIB, 2000.

    p.23
(c) Inventaire général (c) Inventaire général - Tanguy-Schroër Judith
Judith Tanguy-Schroër , né(e) Tanguy
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Toscer Catherine