Logo ={0} - Retour à l'accueil

Four à chaux de la Fraternité (Roscanvel)

Dossier IA29004241 réalisé en 2007

Fiche

Dénominationsfour à chaux
Aire d'étude et cantonBretagne - Crozon
AdresseCommune : Roscanvel
Lieu-dit : pointe de la Fraternité
Cadastre : C 468

Le four à chaux, construit vers 1800 par la famille Rideau, permis l´exploitation du calcaire jusqu´en 1875, pour répondre à la forte demande des ministères de la Marine et de la Guerre engagés dans des chantiers considérables dans la presqu´île de Crozon et dans la rade de Brest. En effet, durant ces trois-quarts de siècle, l´industrie de la chaux prospère sur la presqu´île de Roscanvel grâce au filon de calcaire, qui la traverse d´est en ouest. Les bancs de calcaire de l´anse de la Fraternité étaient débités, la roche chargée dans des charrettes, puis déversée dans le four par le haut. Le bois pour allumer le four, qui provenait de la forêt de Landévennec, était débarqué à même la grève à marée haute. La chaux vive était ensuite éteinte par l´eau du ruisseau situé en contrebas. Une digue barrait le cours d´eau pour créer une retenue d´eau utilisable tout au long de l´année. La chaux était ensuite stockée et expédiée vers le bourg. Le calcaire brut de l´anse était également exploité dans les fours de Quélern et du bourg. En 1870, le four de la Fraternité fut abandonné pour ce qui est de l´utilisation militaire, puis servit à entreposer du bois. Le four fut définitivement éteint vers 1875.

Période(s)Principale : limite 18e siècle 19e siècle

Construit sur une pente menant à la côte, le four à chaux est constitué d'une partie haute destinée au chargement (avec une ouverture appelée le gueulard) et d'une partie basse pour le foyer, avec une seconde ouverture. Il a été reconstruit à plusieurs reprises, comme en témoigne la présence de pierres oxydées par les fortes températures du foyer sur la paroi extérieure. L´agencement de moellons tend à se déchausser en de nombreux endroits. Une bombe pendant la Seconde guerre mondiale a endommagé son flanc gauche. L'épaisseur des murs avoisine 5 à 6 m.

États conservationsmauvais état, envahi par la végétation
Statut de la propriétépropriété privée
Sites de protectionsite classé

Références documentaires

Bibliographie
  • Entretien avec Marcel Burel en 2007.

Périodiques
  • CHAURRIS, Louis. Calcaire et fours à chaux des abords de la rade de Brest. Crozon : Avel Gornog, n° 9, 2001.

    p. 50-55
  • CHAURIS Louis, CADIOU Didier, KERDREUX Jean-Jacques. Argiles et briqueteries aux abords de la rade de Brest . Crozon : Avel Gornog, n° 9, 2001.

    p. 28