Logo ={0} - Retour à l'accueil

Front portuaire, résidentiel et balnéaire de Port-Maria (Larmor-Plage)

Dossier IA56006319 réalisé en 2008

Fiche

Précision dénominationfront portuaire
front résidentiel
front balnéaire
Parties constituantes non étudiéescale, jetée, promenade, maison
Dénominationsfront bâti
Aire d'étude et cantonBretagne - Ploemeur
AdresseCommune : Larmor-Plage
Lieu-dit : Port-Maria

Le quartier de la plage et du port de Port-Maria se trouve au sud-est de Larmor-Plage. Il est délimité par deux avancées rocheuses. Au 18e et jusqu´au milieu du 19e siècle, le lieu n´est qu´un havre où viennent s´échouer des barques venant alimenter les nombreuses presses à sardines locales. L´installation de conserveries entraîne plus tard l´expansion économique et démographique du lieu. Le tournant des 19e et 20e siècles est marqué par la coexistence des activités halieutiques en plein essor (construction du port de Port-Maria en 1904) et par l´arrivée d´estivants toujours plus nombreux sur les plages de Larmor. Ces derniers occupent d´abord les parcelles libres au sud du secteur portuaire, puis les premières villas sont aménagées au bord de la plage de Toulhars et, au début du 20e siècle, sur celle plus petite de Port-Maria. Ce quartier devient une véritable vitrine pour la commune, tout au long du 20e siècle. L´actuelle promenade de Port-Maria est par exemple inaugurée en 1931 et baptisée Promenade des Touristes. Ce front portuaire, résidentiel et balnéaire paye cependant cher sa proximité avec la base lorientaise des sous-marins du 3e Reich. Outre les bombardements qui mettent Larmor en ruines, l´explosion du chalutier La Tanche par une mine allemande devant le bourg en juin 1940, fait presque 200 morts. A la sortie du conflit, seule l´activité balnéaire reprend et le port se restreint à quelques ouvrages de transit terre/mer. Les villas et les habitations accaparent toute la place disponible. Bien que certaines d´entre elles aient disparu suite à la politique de réhabilitation (malheureuse) des années 1980 favorable aux immeubles de faible hauteur, les maisons de villégiature sont encore nombreuses aujourd´hui à témoigner de ce riche passé.

Période(s)Principale : milieu 19e siècle
Secondaire : limite 19e siècle 20e siècle
Secondaire : milieu 20e siècle

Suite aux bouleversements historiques, ce front de mer, lieu de villégiature apprécié, rassemble des constructions à l´architecture hétérogène : de belles villas du début du 20e siècle, des constructions datant de l´après-guerre et des immeubles des années 1980. Les seuls héritages portuaires se trouvent sur le domaine public maritime, avec les débarcadères et les cales de Port-Maria. L´activité balnéaire a pris la place des activités portuaires. Malgré la diversité des époques de construction, ce front balnéaire conserve une certaine unité de hauteur : aucune maison de villégiature ne s´élève à plus de deux étages. Seul l´immeuble Les Marines, situé à une des extrémités du quartier, tranche par sa trop imposante massivité. Il rappelle, sans qu´il en soit fait mention, l´implantation d´une conserverie qu´il a remplacée. Les héritages datant d´avant la Seconde Guerre mondiale sont toutefois déjà moins nombreux à Port-Maria que dans d´autres quartiers de Larmor-Plage, en raison des bombardements alliés et de la politique immobilière des années 1980 qui ont conduit à un fort renouvellement du tissus urbain. La tombe-mémorial pour les naufragés de La Tanche présente au cimetière du bourg vient rappeler les moments douloureux de son histoire.

Annexes

  • 20085606075NUC : Laboratoire Géomer, Non coté.

    20085606076NUC : Laboratoire Géomer, Non coté.

    20075605585NUCB : Archives départementales du Morbihan, Fonds Lapie, 6Fi.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Délibérations municipales de Ploemeur et de Larmor-Plage de 1820 à 1970.

Bibliographie
  • HUCHET, Patrick ; LUKAS, Yann ; MOY, Maryvonne. Histoire du Pays de Ploemeur. Quimper : Editions Palantines, 2000.

    136 p