Logo ={0} - Retour à l'accueil

"Groupe scolaire" dit école primaire publique de Kerguyomard (Minihy-Tréguier)

Dossier IA22133369 réalisé en 2018

Fiche

Á rapprocher de

En 1864, l’inspecteur d’académie des Côtes-du-Nord signale au préfet l’absence d’école primaire à Minihy-Tréguier (alors que la commune compte 1575 habitants). Le Fichant, maire de Minihy-Tréguier jugeait encore en 1870 qu’il serait "infructueux" de créer une école "aux portes même de Tréguier" et proposait de placer les deux tiers des "élèves indigents1" à l’école des Frères de la doctrine chrétienne à Tréguier (Frères de Lamennais) et l’autre tiers à celle de Langoat avec l’instituteur. Le conseil municipal est "persuadé que par ce moyen, on arrivera facilement et surtout commodément à procurer l’instruction gratuite à tous les enfants indigents de la commune"2. Trente-huit enfants – uniquement des garçons3 - sont admis gratuitement à l’école primaire de Minihy-Tréguier dirigée par les Frères de l’Instruction chrétienne selon la liste établie pour l’année 18794.

En octobre 1880, il n’y a toujours pas d’école pour les filles à Minihy-Tréguier en dépit de la loi du 10 avril 18675 rappelée par l’inspecteur d’académie au maire. L’argument avancé par le conseil municipal réuni sous la présidence de monsieur de Roquefeuil, maire, est : "que la commune de Minihy est formée de plusieurs villages éloignés du centre communal dont les enfants fréquentent les écoles de Langoat et de Tréguier et ne se rendraient pas, à cause de la distance, à l’école qui serait établie au bourg ; que le bourg est très peu important comme agglomération et qu’il est impossible d’y trouver une maison présentant les conditions requises pour l’installation d’une école". De son côté, le sous–préfet "serait d’avis de créer, au lieu d’une école municipale, plusieurs écoles de hameau dans les villages les plus peuplés qui composent la commune"6. En novembre 1880, il est proposé que mademoiselle Martin, "institutrice libre" devienne "institutrice communale". Il est également proposé que l’école libre de Lann-Gazou [Langazou] puisse être érigée en "école publique".

En septembre 1893, mademoiselle Le Berre, institutrice à Minihy-Tréguier décrivait l’école mixte de Minihy-Tréguier à l’inspecteur d’académie comme un "local loué pour 200 francs", "une classe obscure, humide, sur sol en terre battue, très incommodante, longue, étroite. Au-dessus se trouve mon habitation composée d’une petite cuisine et d’une chambre à coucher mal aérée et sans cheminée. […] Au dehors, j’ai dû, à mes frais, faire installer des cabinets pour les garçons et pour les filles, faire arranger et sabler la cour, clôturer le jardin, etc.7". La situation demeure inchangée jusqu’en 1897 au moins, au point que le sous-préfet écrit à son supérieur pour lui demander de mettre en demeure la commune de "fournir un bureau pour la maitresse et d’effectuer les réparations locatives auxquelles elle est tenue et que réclame d’ailleurs le propriétaire de la maison d’école8".

L’institutrice appelle le 6 octobre 1893 à "l’attention de l’administration sur l’état de cette commune du point de vue scolaire". Elle écrit : "La commune n’a jamais rien fait pour son école, au point qu’un certain nombre de parents ignore même son existence. Elle compte d’ailleurs 1332 habitants, et n’est pas dépourvue de ressources. […] Dans ces conditions, il y a lieu, à mon avis de dédoubler l’école mixte de cette commune, conformément aux prescriptions de la loi du 30 octobre 1886, article 11, paragraphe 4, et de mettre la commune en demeure de pourvoir, dans le délai d’un an, par voie d’achat ou de construction à l’installation d’une école de garçons et une école de filles distinctes9".

En 1897, le conseil municipal propose la transformation de l’école mixte en "école de garçons" et la création d’une "école spéciale de filles". Les garçons fréquentent l’école de Langazou. Si la population est de 1 332 habitants, 130 garçons et 135 filles sont "d’âge scolaire".

La construction du "groupe scolaire" par la commune de Minihy-Tréguier à Kerguyomard en 1906-1907 est connue par des documents conservés aux archives départementales des Côtes-d’Armor. Selon le Recensement de population de 1906, la commune compte 165 écoliers pour 1183 habitants.

Le conseil municipal signale en 1924 qu’il n’y aurait seulement "qu’une quinzaine d’élève" et explique "qu’une seule institutrice suffit grandement pour un nombre aussi restreint". Vingt ans après la loi interdisant l’enseignement à toutes les congrégations et la Loi de séparation des Églises et de l'État, le conseil municipal de Minihy-Tréguier ne semble toujours pas favorable à l’enseignement publique.

Tableau des effectifs de l’école primaire de Minihy-Tréguier

1er décembre 1924 : 30 élèves

1er décembre 1923 : 35 élèves

1er décembre 1922 : 40 élèves

1Il s’agit d’enfants dont les familles sont "hors d’état de payer la rétribution scolaire" ; le document précise que "Ces enfants devront être inscrits selon le degré de leur indigence, en commençant par les plus indigents".2Archives départementales des Côtes-d’Armor : 1T174, école primaire de Minihy-Tréguier : 1833-1880 (correspondance concernant le personnel, les bâtiments, le fonctionnement des écoles…).3Dans cette liste se trouvent : 5 enfants habitant au-lieu-dit Langazou (4 fils de laboureur dont 3 d’une même famille et 1 fils de marin) ; 7 enfants de Saint-Renaud (4 fils de forgeron d’une même famille ; 2 fils de marin d’une même famille) ; 4 enfants du Guindy (dont le fils du cantonnier) ; 3 enfants au Merdy ; 1 enfant de Toulselotur ( ?) ; 3 enfants de Kerguyomard ; 1 enfant à la Corderie ; 1 enfant au Varquès ; 1 enfant au Varquès ; 1 enfant à Ty bras ; 3 enfants à Pontlosquet ; 1 enfant à Kermoal (le fils du charron) ; 2 enfants à Moulin Lamer ; 1 enfant au Castel ; 2 enfants à Kerjegan (?) et 3 enfants au bourg.4Instruction primaire publique de Minihy-Tréguier. Liste des enfants qui seront admis gratuitement pendant l’année 1879 dans l’école primaire communale, 16 décembre 1878.5Loi sur l'enseignement primaire dite "Loi Duruy" visant notamment à favoriser l'enseignement féminin.6Archives départementales des Côtes-d’Armor : 1T174, école primaire de Minihy-Tréguier : 1833-1880 (correspondance concernant le personnel, les bâtiments, le fonctionnement des écoles…).7Archives départementales des Côtes-d’Armor : 1 T 186 : Minihy-Tréguier : 1880-1925.8Courrier du 17 mai 1897 du sous-préfet au préfet suite au rapport de l’inspecteur primaire de Lannion sur l’école de filles de Minihy-Tréguier.9Archives départementales des Côtes-d’Armor : 1 T 186 : Minihy-Tréguier : 1880-1925.
Destinationslogement
Parties constituantes non étudiéessalle des fêtes, terrain de jeu
Dénominationsécole primaire, groupe scolaire
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
AdresseCommune : Minihy-Tréguier
Lieu-dit : Kerguyomard
Adresse : 12, 14 et 16

Le "groupe scolaire" de Kerguyomard a été construit en 1906 par l’entrepreneur Jean-Marie Toupin de La Roche-Derrien sur les plans de Le Noan, "architecte" et "conducteur des Ponts et chaussées à Tréguier". Le "devis descriptif et estimatif des travaux", le "cahier des charges" et les "dessins" sont datés du 20 août 1904 (ce travail était évalué fin 1903 à cinq jours de travail par Le Nan qui a sollicité l’autorisation de réaliser ce travail à sa hiérarchie). L’école primaire comprend : une "maison d’habitation", deux "classes", des "préaux couverts", des "lieux d’aisance et urinoirs", un "puits et [des] accessoires" et des "murs de cloître".

Seule une partie des dessins - élévations, plans et coupes - a été conservée : préaux, lieux d’aisance, mur de clôture, "tables bancs" (sur un modèle type). Les plans ont été examinés par le commissaire enquêteur Goarin et approuvés le 3 mai 1905 par le Ministère de l’Instruction publique dont on peut voir le tampon.

Le devis descriptif et estimatif des travaux décrit, dans les moindres détails, les futurs bâtiments en découpant les travaux par corps de métiers. Outre les prix, ce devis nous renseigne sur la qualité et la provenance souhaitée des matériaux. En voici quelques exemples :

"Maçonnerie - Moellons bruts et pierre de taille" ; "Les maçonneries se feront à mortier de chaux grasse et sable" […] ; "les joints […] seront passées au lissoir" ; "Le moellon proviendra des meilleures carrières de la commune [il s’agit de moellon de schiste]" ; "la maçonnerie en élévation sera conduite entre 2 cordeaux parallèles" ; "cette maçonnerie sera en saillie de 3 cm sur le parement général des maçonneries".

"Pierre de taille – Elle proviendra de l’île Grande, d’une nuance blanc argentés parfaitement uniforme" […] les arrêtes bien tranchantes sans écornure ni épaufrure" ;

"Charpenterie – Palâtre [arrière-linteau] – En chêne du pays très sain, sans aubier ni [..] nœud ; […] les faces vues, refaites à la scie" ;

"Charpenterie – Solives – En sapin du nord, bonne qualité à vives arrêtes" ;

"Couverture – En ardoises d’Angers, Modèle Anglais […] maintenues par des agrafes de 0,003 m de diamètre en fer bien galvanisé" [ …] "Grandes faitières de 0,41 m à emboitement de Saint-Ilan [à Langueux] posées au mortier de chaux et ciment" ;

"Menuiserie – Plancher sapin du nord en frises de 33 mm d’épaisseur et de 11 cm de largeur assemblées à rainures et languettes" ;

"Menuiserie – Escalier pour étage et combles […] à volées droites avec palier".

Etc.

Il est également évoqué le "creusage et le garnissage intérieur" d’un puits ainsi que la fourniture de "pompes ou élévateur d’eau".

Concernant le mobilier scolaire, il est précisé : "Tables bancs – Avec casiers – conformément au modèle type n° 4 des Instructions nouvelles. Les tables bancs ne comporteront pas plus de 4 places. Chaque place de 0,60 m". L’école dispose de 56 "tables bancs". Les classes sont chacune chauffées par un poêle en fonte. Pour les deux enseignants de l’école : "Bureau de maitre – En sapin, monté sur estrade de 0,20 m. Pupitre - double casier de chaque côté ; deux tiroirs sur l’avant et 2 [sic] armoires avec étagères en dessous – serrure sur chaque armoire" […] "Fauteuil de paille – Pour bureau du maître" […] "Tableau noir – De 1,30 m sur 0,80 m avec chevalet à 3 branches ; les 2 de devant à crémaillère – solidement laqué".

Le "devis estimatif" rédigé le 28 octobre 1905 a évalué le montant des travaux à 22 000 francs (dont 1100 francs pour les "dépenses imprévues"). Des affiches (dont l’un des exemplaires a été conservé) apposées dans la commune de Minihy-Tréguier et dans les communes avoisinantes annoncent l’adjudication à la mairie de Minihy-Tréguier le dimanche 10 décembre 1905, 14h après le dépôt des soumissions cachetées (c’est-à-dire, les propositions de prix sous enveloppe fermée). La commission d’adjudication - en présence du maire, des membres du conseil municipal délégués, du Receveur municipal et de l’architecte, auteur du projet – a examiné les neuf candidatures. Les entrepreneurs ayant candidaté viennent du Trégor : Belle-Isle-en-Terre, Guerlesquin, Brélidy, Plouaret, Plouisy, Ploumagoar, Vieux-Marché, La Roche-Derrien et Paimpol.

C’est la proposition de l’entrepreneur local Jean-Marie Toupin, pour un montant de 19018 francs et 75 centimes, qui est retenue grâce à un rabais de 9 % offert à la commune (le total précité intégrant le rabais).

Les travaux de construction ont vraisemblablement été réalisés entre mai et décembre 1906.

La réception des travaux a eu lieu le 20 février 1907 : le procès-verbal de "réception définitive" est signée du maire J. Bouget, de l’architecte et de l’entrepreneur.

L'école primaire publique de Kerguyomard a fermé au début des années 1970.

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates1906, daté par source
1907, daté par source
Auteur(s)Auteur : Le Noan
Le Noan

"Architecte" et "conducteur des Ponts et chaussées à Tréguier", Le Noan a réalisé le "devis descriptif et estimatif des travaux" de construction d’un groupe scolaire à Minihy-Tréguier, son "cahier des charges" et les "dessins" le 20 août 1904.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte attribution par source
Auteur : Toupin Jean-Marie entrepreneur attribution par source

Clos par un mur, le groupe scolaire de Kerguyomard est constitué d’une maison d’habitation encadrée de deux classes construits en une seule phase (plan et matériaux homogènes). Dans la cour se dresse aujourd'hui, une salle des fêtes en préfabriqué, des installations sanitaires (en parpaing, couverture en tôle) et un terrain de boules à l’air libre.

Orienté vers le sud-sud-est, le bâtiment principal est construit en moellon de schiste de provenance locale ; il est couvert en ardoises. Côté sud et façade principale, la partie basse (niveau de cave) a été réalisée en moellon équarri de granite rose. Les encadrement d’ouvertures (portes et fenêtres), chainages d’angle et souches de cheminée sont en pierre de taille de granite gris/blanc extrait de l’île Grande à Trébeurden. L’entrée principale est précédée d’un perron composé de trois marches. La façade arrière est enduite (ce qui n'était probablement pas le cas à l'origine).

L’école primaire publique de Minihy-Tréguier a été réhabilitée en trois logements.

Mursgranite moellon
schiste moellon
granite pierre de taille
Toitardoise
Étages1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans pignon couvert
Escaliersescalier dans-oeuvre
États conservationsbon état
Statut de la propriétépropriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Sous série 1T Enseignement (1800-1940). 1T174. École primaire de Minihy-Tréguier, 1833-1880. Correspondance concernant le personnel, les bâtiments, le fonctionnement des écoles, etc.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 1T174
  • Sous série 1T Enseignement (1800-1940). 1T186. Carte scolaire, Minihy-Tréguier, 1880-1925.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 1T186
  • Sous série 1T Enseignement (1800-1940). 1T1071. Minihy-Tréguier (1870-1906). Correspondance concernant le fonctionnement des écoles, le personnel, les bâtiments et le mobilier, la laïcisation, les agissements du clergé et des municipalités, etc.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 1T1071
  • Sous série 1T Enseignement (1800-1940). 1T1093. Bâtiments scolaires. Enquête sur les locaux scolaires. Réponses au questionnaire et plans classés par communes. 1906-1907. Illifaut-Noyal.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 1T1093
  • Série O. Administration et comptabilité communales. 2O152-1. Minihy-Tréguier. Bâtiments communaux.

    Mairie (1914-1931).

    Écoles (1903-1920).

    Église, calvaire (1903, 1921).

    Questionnaire relatifs aux bâtiments communaux (1878).

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 2O 152-1 Minihy-Tréguier