Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hôtel, 17 place de la Poissonnerie (Vannes)

Dossier IA56003408 inclus dans Place de la Poissonnerie (Vannes) réalisé en 2001

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

L'hôtel appartient au quartier de la poissonnerie, antérieur aux constructions de la rue Saint-Vincent. Il possédait un jardin appuyé au rempart qui figure sur les plans de 1809 et 1844. En 1809, il possède deux ailes en retour, celle du nord ayant disparu en 1844. De celle en retour au sud, figurée en 1844, a disparu l'extrémité ouest correspondant à un cellier, dont la trace de l'ouverture est encore visible.

Sa structure s'apparente à celle d'un manoir. Au rez-de-chaussée, deux pièces avec cheminée, la salle, au sud, distribuant par une porte en anse de panier la tour d'escalier, carrée, avec un escalier en vis en bois conservé. Le rez-de-chaussée de la tour distribue également la cuisine située dans l'aile en retour, par une porte rectangulaire largement chenfreinée. Cette cuisine est peut-être légèrement postérieure à la structure d'origine : la cheminée et l'entrée d'un cellier disparu à l'ouest appartiennent au 17e siècle. La seconde pièce, non vue, pourrait avoir été la cuisine d'origine, doublée d'un appentis à partir duquel on accédait à la tour d'escalier par une porte rectangulaire chanfreinée. A l'étage, deux portes anciennes distribuent au nord, l'étage de l'appentis, au sud, l'aile en retour au dessus de la cuisine par une porte en plein cintre qui semble du 17e siècle.

Au 18e siècle, la distribution est modifiée : un couloir axial médian est créé au nord du mur de refend de la salle, la porte d'entrée est refaite. Des huisseries en bois à encadrement à grand cadre distribuent les deux pièces en rez -de-chaussée. L'accès à l'escalier se fait désormais par la porte de l'appentis, le mur du fond étant supprimé. L'étage subit également des modifications dont subsiste une cheminée à encadrement de granite (qui a perdu son parement lambrissée) dans l'étage de l'appentis. Des modifications interviennent également au 19e et 20e siècles.

Le jardin a été construit à la fin du 19e siècle : un hangar à destination artisanale à façade à claire-voie en bois subsiste adossé au côté nord de l'ancien mur d'enclos de l'hôtel de Bazvalan. Un garage est également bâti au sud : en rez-de-chaussée, en moellon, à gerbière en brique en pignon. Le reste du jardin est devenu un espace de circulation.

Parties constituantes non étudiéescour, enclos, cellier, remise, jardin, atelier
Dénominationshôtel
Aire d'étude et cantonVannes
AdresseCommune : Vannes
Adresse : 17 place de la
Poissonnerie
Cadastre : 1980 BS 300, 301, 302, 303, 304, 211, 212

Hôtel érigé dans la seconde moitié du 16e siècle, dont subsiste l'essentiel de la structure. Une aile en retour sur l'arrière, à usage de cuisine, est construite probablement au 17e siècle. La façade et la distribution sont reprises au cours du 18e siècle. Dans la 1ère moitié du 20e siècle, une boutique est aménagée au rez-de-chaussée côté ouest.

Période(s)Principale : 2e moitié 16e siècle
Secondaire : 18e siècle

Hôtel urbain en forme de manoir, avec corps allongé sur rue, tour d'escalier et appentis postérieurs. Moellon, 1 étage carré et étage de comble. Aile en retour avec étage en pan de bois. L'étage est desservi par un escalier en bois en vis sans jour dans une tourelle hors-oeuvre couverte d'un toit en pavillon.

Mursgranite moellon
pan de bois
Toitardoise
Étages1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
toit en pavillon
pignon découvert
noue
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour en charpente
Techniquessculpture
Précision représentations

Pierre d'assise du rampant nord-est formée d'une figure animale en surplomb. Consoles ornées d'une cordelière et d'un losange au niveau du 1er étage, sur l'élévation est près des angles.

Statut de la propriétépropriété privée
Sites de protectionsecteur sauvegardé

Annexes

  • Déclaration et dénombrement, 1677

    A. D. Loire-Atlantique. B 2340 : 1677 : Déclaration et débornement de N.H. Jacques Le Goff Sr de Cavinart faisant tant pour lui que pour François Le Goff son frère que pour les enfants de défunt N.H. Guillaume Le Goff Sr de Boistioche de son mariage avec Vincente Rouxeau d´une maison couverte d´ardoises située rue de la Poissonnerie contenant de longueur à deux longères de massonage par le devant 46 pieds laize et de profondeur 25 pieds ouvrant par le devant sur la rue de la Poissonnerie au midi, et par le derrière au minuit à cour en dépendant du bout du levant à logis du Sr du Grisso et d´autre côté à logis du Sr de Famenan, une petite rue entre la dite maison et la maison du Sr de Famenan, un petit cellier au côté du dit logis aussi couvert d´ardoises contenant de longueur à une longère de massonage 13 pieds et de profondeur 8 pieds. Autre logis au bout du précédent appelé le Grand Cellier contenant de longueur à deux longères de massonnage 21 pieds laize et profondeur 22 pieds, autre logis appelé l´écurie en forme d´appentis contenant de longueur à une longère de massonage 26,5 pieds laize et profondeur à deux demis pignons laize avec jardin au derrière. Le tout échu au Sr Le Goff par succession de leur père.

  • Sources iconographiques

    20035603276NUCA : Archives départementales du Morbihan, 53 J4.

    19975601186X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi.

    20015604414NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 593.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Loire-Atlantique. B 2340 : 1677 : Déclaration et débornement de N.H. Jacques Le Goff Sr de Cavinart faisant tant pour lui que pour François Le Goff son frère que pour les enfants de défunt N.H. Guillaume Le Goff Sr de Boistioche de son mariage avec Vincente Rouxeau d´une maison couverte d´ardoises située rue de la Poissonnerie.

    Archives départementales de Loire-Atlantique : B 2340