Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hôtel de voyageurs, établissement de bains dit Hôtel Quic-En-Groigne et de la Paix, 98 boulevard Rochebonne (Saint-Malo)

Dossier IA35000201 inclus dans Station de villégiature balnéaire de Paramé (Saint-Malo) réalisé en 1995

Fiche

  • Elévation nord.
    Elévation nord.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cour
    • cabine de bain
    • terrasse en terre-plein
    • café

Dossiers de synthèse

Appellationsdit Hôtel Quic-En-Groigne et de la Paix
Destinationsimmeuble à logements
Parties constituantes non étudiéescour, cabine de bain, terrasse en terre-plein, café
Dénominationshôtel de voyageurs, établissement de bains
Aire d'étude et cantonCôte d'Emeraude - Saint-Malo Nord
AdresseCommune : Saint-Malo
Lieu-dit : Paramé
Adresse : 98 boulevard
Rochebonne
Cadastre : 1982 H 637, 638, 639, 640, 742, 743, 744
Précisionsanciennement commune de Paramé

Etablissement de bains et hôtel de voyageurs dit Hôtel de La Paix construit en front de mer sur la grève des Vieux Bains de Paramé en 1866. L'Hôtel de la Paix est le premier hôtel construit à Paramé. Il est composé de deux édifices identiques de plan massé et d'un ensemble de cabines de bains de plain-pied construits autour d'une cour intérieure. A l'origine, la construction est définie comme un établissement de bains (chauds) offrant les facilités d'un hôtel garni. Le premier étage comporte 14 chambres, plusieurs sont déjà louées. En 1887, le propriétaire de l'établissement de bains et de l'hôtel, M. Besnier, obtient une concession de l'Etat sur le domaine public maritime afin de faire circuler des cabines de bains sur la grève. Avant la Première Guerre mondiale, un café en annexe dit bar américain est ouvert dans la partie sud de l'ensemble hôtelier, et l'établissement de bain de plain-pied en front de mer est transformé en salle-à-manger. En 1913, le stationnement des cabines de bains devant l'entrée de l'hôtel provoque un litige entre les riverains du quartier des bains de Rochebonne. L'hôtel est agrandi en 1924 puis en 1935, alors qu'il appartient aux entrepreneurs Gorge et Mounier. En 1931, l'hôtel est classé en catégorie 2 pour la perception de la taxe de séjour. En 1939, les pièces du rez-de-chaussée sont louées par le propriétaire, M. Villalon, à un négociant en meubles de Seine-et-Oise afin d'ouvrir une salle de jeux, suite à la fermeture du Grand Casino de Paramé. Les pièces sur mer, servant auparavant de salle-à-manger, sont transformées en salle de boules et dancing et sont soumises aux règles en vigueur dans les établissement de jeux de hasard. L'hôtel est occupé par l'armée allemande en 1940. La construction est aujourd'hui divisée en appartements.

Période(s)Principale : 3e quart 19e siècle
Dates1866, daté par source

L'établissement se compose de deux corps de bâtiments identiques et d'un bar de plain-pied organisés autour d'une cour intérieure fermée par un portail. Le premier corps de bâtiment est construit en front de mer et abrite dans son prolongement est un établissement de bains de plain-pied avec un toit-terrasse. Le second bâtiment est construit un peu en retrait de la grève et donne au sud sur la rue de la Plage avec l'entrée de service de l'hôtel. Enfin, le bar ferme le quadrilatère autour de la cour intérieure.

Mursgranite
enduit
moellon
appareil mixte
Toitardoise, zinc en couverture
Étagesétage de soubassement, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturesterrasse
toit à longs pans brisés
toit à longs pans
Escaliersescalier intérieur : escalier droit en charpente

escalier tournant à retours avec jour en charpente
Techniquessculpture
Précision représentations

Sujet : cartouche, support : façade ouest ; sujet : fronton interrompu, support : lucarne centrale du comble de la façade nord.

Statut de la propriétépropriété privée
Éléments remarquablesmur de soutènement

Annexes

  • Informations complémentaires :
  • 19963500160X : Archives Privées