Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

L'habitat du bourg (Vildé-Guingalan)

Dossier IA22133325 réalisé en 2017

Fiche

Le bourg, organisé autour d’un axe principal, présente une certaine homogénéité architecturale. Cela peut notamment s’expliquer par le fait que celui-ci s’est majoritairement développé sur un temps court et qu'il n’a que peu évolué depuis. Par ailleurs, cette homogénéité est accentuée par un usage systématique du granite pour la mise en œuvre de l’habitat du bourg. On remarque alors une certaine constance dans la typologie des maisons et fermes des rues des Templiers, de la Commanderie, de l’École et de l’Orme, soit les rues historiques structurant le bourg.

Aires d'études Projet de Parc Vallée de la Rance-Côte d'Emeraude
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Vildé-Guingalan

Deux typologies d’habitat cohabitent dans le bourg de Vildé-Guingalan. Nous pouvons observer la présence de maisons plutôt "rurales" ainsi que de maisons s'inspirant des codes de l’architecture urbaine de la Vallée de la Rance.

Des maisons rurales

Les maisons rurales du bourg ont une typologie similaire à celle de l’habitat dispersé des hameaux de la commune. Pour ce qui concerne l’organisation de ces maisons dites rurales, nous retrouvons l’aménagement suivant : un logis avec au rez-de-chaussée une salle commune, pouvant servir à la fois à la vie familiale comme au commerce, à l’artisanat accompagnée d'une autre pièce non chauffée qui pouvait service d'étable ou de lieu de stockage. L’étage lui, pouvait accueillir un lieu de stockage et/ou une chambre à coucher. Ces maisons rurales situées dans le bourg sont parfois dotées d’éléments d’accompagnement comme un puits, un four à pain, des soues à cochon, une petite étable, etc. Ces édicules, situés derrière les maisons, témoignent de la persistance de la tradition rurale dans le bourg.

Ce constat est à contextualiser et à généraliser aux communes rurales qui, jusqu’au XXe siècle, sont caractérisées par cette tradition qui persiste dans les bourgs de campagne. L’habitat du bourg est également marqué par les fermes : la ruralité de cette commune est visible par la présence de cinq fermes dans le bourg. Ces exploitations témoignent de l’activité agricole ancienne de la commune, comme il est possible de le constater avec le cas du n°6 de la rue des Templiers.

Des maisons de bourg

Les maisons de bourg de Vildé-Guingalan sont représentatives de l'architecture domestique de la Vallée de la Rance. Elles sont édifiées en front de rue, en moellons et en pierre de taille de granite. Leurs façades ne laissent pas transparaître leur construction sur un parcellaire laniéré en profondeur. Elles sont organisées majoritairement sur deux ou trois travées, avec trois niveaux d’élévations, dont un niveau sous comble. Les lucarnes de ces combles, en pierre de taille de granite, sont majoritairement à croupe et en arc segmentaire. Elles sont par ailleurs reprises dans les habitats des lieux-dits, ainsi qu’aux abords des territoires de la Vallée de la Rance. On note également que plus les constructions sont tardives, plus ces lucarnes se simplifient, comme cela se remarque sur les façades du début du XXe siècle. Le premier quart du XXe siècle marque la disparition de l’usage de ces lucarnes qui ne correspondent plus au goût de l’époque.

Cette organisation de façade s’inspire des maisons de villes que nous retrouvons dans les centres urbains du territoire de la Vallée de la Rance au XIXe siècle, par leur organisation, leurs particularités architecturales et par l'existence de boutiques. La présence de ces maisons dans le bourg de la commune de Vildé-Guingalan est révélatrice du développement d’une population ne vivant pas uniquement du travail de la terre, mais pouvant pratiquer une activité commerciale ou artisanale, par exemple.

Un habitat représentatif de son époque et de son territoire

Il est toutefois important de rappeler que ces exemples ont subi un certain nombre de remaniements, pour ce qui concerne leurs façades. La symétrie, ainsi que l'alignement des ouvertures présentes en façade, résultent la plupart du temps de réaménagements datant des XIXe et XXe siècles. Comme souvent sur le territoire, derrière certaines façades des maisons dites "rurales" et des maisons de bourg de Vildé-Guingalan qui reprennent les codes de l’habitat urbain de la Vallée de la Rance, se cache parfois un habitat antérieur au troisième quart du XIXe siècle (date à laquelle l’organisation des façades évolue). Dans une recherche esthétique et de confort, les façades deviennent plus symétriques avec une augmentation du nombre d’ouvertures. Celles-ci s’axent de part et d'autre de la porte d’entrée, en laissant un tiers de la façade vide. Cette particularité visible sur la maison dite de la Commanderie, ainsi que sur d’autres maisons du bourg, montre l’intégration d’une architecture urbaine à un milieu rural. Cette influence architecturale serait à relier à une possible diminution de la pratique agricole dans le bourg. Ces nouvelles ouvertures axées et symétriques résulteraient plus d’un changement de destination des constructions, avec des espaces de stockages transformés en lieu de vie.

L’architecture présente dans le bourg de Vildé-Guingalan permet de faire le constat de l’évolution d’un bourg rural à l’activité agricole marquée, à un bourg s’imprégnant des typologies urbaines et habité par une population ayant une activité mixte.

Typologies Fermes - maisons
Toits ardoise
Murs granite moellon
granite pierre de taille
Décompte des œuvres

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P388 001
  • Ville de Vildé-Guingalan
Bibliographie
  • GAUTTIER Jean, REVERT Jean-François, La Rance maritime, coll. Habitat et Paysages d'Ille-et-Vilaine, Ed. Apogée, Rennes, 1994, 79 p.

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) Université de Rennes 2 - Bourgault Marine - Biscarat Victoria