Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

L'Hôpital (Malansac)

Dossier IA00008713 réalisé en 1979

Fiche

Vocables Saint-Jean-Baptiste
Dénominations chapelle, manoir
Aire d'étude et canton Bretagne - Rochefort-en-Terre
Adresse Commune : Malansac
Lieu-dit : Hôpital (l')

Si une aumône à Malechac est confirmée en 1160 par Conan IV en faveur des Hospitaliers, ce n’est qu’en 1391 que le frère Hospitalier, Guillaume Gasteau, rend aveu pour labbaillie et mesons de l’ospital de Carantouer aussi apele temple de la couefferie de mallanzac. En 1416, le commandeur Bertrand de La Rogeray, rend aveu séparément pour les temples de Questembert et de la Vraie Croix, tous deux dépendants de l’ospital de quarentoir et de malanzac. En 1574, le commandeur Jean Pelletier précise que la parouaysse de Malensac, dépendant de la commanderye de Carentouair , avec une église dont le commandeur jouist du tout des aumônes et oblations. Le siècle suivant, les aveux de 1643 et 1677 sont plus précis, l’Hôpital de Malansac est composé d’une chapelle dédiée à Saint-Jean-Baptiste, elle est couverte d’ardoises, possède un clocher en pierre et un chapîtel. Devant la chapelle, il y a le logis du commandeur restauré par le frère Gilles du Buisson. Il est composé d’une salle basse et un four et d’un cellier au premier niveau, un garde-robe de pierre en saillie permettant l'accès au second niveau ouvrant sur une chambre et un grenier, l’ensemble étant couvert d’ardoises. Devant le logis, il y a un jardin entouré de haies, de fossés et de palis, comprenant les ruines d'une vieille muraille, à proximité, il est noté la présence des Près de l'Hôpital. En 1755, l’Hôpital semble tomber peu à peu en désuétude, il consiste en une chapelle , une petite maison vieille et caduque et trois petites pièces de terre en prés et landes, avec un fief, rentes et dixmes s'étendant en ladite paroisse de Malansac, Limerzel, la trève de la Vraye-Croix et du Guerno.

Période(s) Principale : 14e siècle, 17e siècle, 20e siècle
Secondaire : 12e siècle

La chapelle et le manoir commandal sont encore en élévation, même si ils présentent tous deux une ordonnance extérieure fortement marquée par les restaurations du XVIIe siècle. La chapelle est un petit édifice de plan rectangulaire à nef unique devancée à l’ouest d’un chapîtrel restauré à la fin du XXe siècle. Le pignon occidental est percé d’un portail en arc brisé surmonté d’un arc de décharge et coiffé d’un clocheton moderne. Le gouttereau septentrional de la nef est aveugle tandis qu’une porte à linteau droit et une large baie ouvrent le gouttereau opposé. Le chevet est plat et éclairé par une mince fenêtre en ogive semblant datée de la période gothique. À l’intérieur, la nef était ornée d’une peinture murale dont il ne reste qu’un mince fragment au nord. Un personnage au visage rond semble tenir dans sa main droite un livre et de l’autre une miche de pain (?). Il est coiffé d’un couvre-chef laissant volontairement apparaître une tonsure ainsi qu'une longue tunique ocre indiquant son appartenance au clergé régulier. C’est peut-être la représentation d’un chapelain Hospitalier faisant l’aumône, les chapelains et prêtres de l’Ordre devant assurés le service de l’aumônerie. Sur le pignon du chœur, les fragments d’un tabernacle et son décorum en trompe-l’œil sont encore visibles en parties hautes.

Le manoir commandal est situé à quelques dizaines de mètres au nord de la chapelle. Il est composé d’un corps de logis principal à l’est et d’un agrandissement à l’ouest visible par une reprise de la maçonnerie. Cette dernière ordonnance date des travaux de Gilles du Buisson dans la seconde moitié du XVIIe siècle. Une porte en plein cintre ouvre sur la salle basse à l’est, qui est éclairée par une fenêtre à meneau horizontal aux contours chanfreinés. La chambre haute est éclairée par une fenêtre en chien-assis dont le linteau en réemploi porte l’inscription de 1600. Sur la façade nord, le gouttereau a été totalement reconstruit dans les dernières années, mais le garde-robe desservant les niveaux supérieurs est encore visibles à l’angle nord-est du manoir.

Murs pierre appareil mixte
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 1 vaisseau
Couvrements
Techniques peinture rupestre
Représentations représentation figurative
Précision représentations

Etude inédite de la peinture murale

Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales de Loire-Atlantique : B908
  • Archives départementales du Morbihan : 58H1
  • Archives départementales de Loire-Atlantique : B908
  • Archives départementales de la Vienne : 3H 300
Bibliographie
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Les Templiers et les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, dits Chevaliers de Malte en Bretagne, Nantes, 1902.

  • Le patrimoine des communes du Morbihan. Paris : Flohic éditions, 1998. (Le patrimoine des communes de France).

    p. 890 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du Département du Morbihan. Paris : Imprimerie impériale, 1863.

    col. 211 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) Stéven Lemaître - Ducouret Jean-Pierre - Lemaître Stéven