Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le manoir de La Salle (Lanmérin)

Dossier IA22132960 réalisé en 2017

Fiche

La seigneurie de La Salle était la plus importante et la plus ancienne de Lanmérin. Cette importance est encore visible de nos jours au travers de vestiges conséquents tels que le manoir de La Salle, la métairie noble de Kertanguy, la chapelle Saint-Jérôme de La Salle et un moulin à eau.

Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
Adresse Commune : Lanmérin
Lieu-dit : Salle (la)

Le manoir de La Salle et la métairie de Kertanguy ont probablement été construits par Huon de La Salle durant le premier quart du XVe siècle. En 1535, ils passent tous deux entre les mains de Robert Le Lagadec qui est certainement le commanditaire de la chapelle de La Salle réalisée en 1536. Ce seigneur fait apposer, sur le blochet Sud-Est intérieur du monument religieux, un blason mi-parti composé, d'un côté, d'une demi quintefeuille accompagnée d'hermines (armes de la famille Le Lagadec) et de l'autre, d'un plain au chef endenché (armes de la famille de Boiséon). Ce blason atteste du mariage entre Robert Le Lagadec et Marguerite de Boiséon vers 1520.

Pendant la Révolution, le lieu noble de Kertanguy est saisi sur François-Michel de Trogoff de Boisguehenec (noble émigré) et est vendu à Yves Derrien et Pierre Roux le 8 avril 1799.

Quelques décennies après à ce changement de mains (après 1834), l'ancienne métairie noble construite entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe a été déplacée de son emplacement d'origine, qui se trouvait 100 mètres plus au Sud, pour être remontée et rabaissée d'un étage à son emplacement actuel. Les ouvertures ont été agrandies en remployant les pierres d'origines dans lesquelles des arcs plein cintre moulurés en quart de rond ont parfois été taillés.

Le manoir est vendu durant la Révolution à de riches cultivateurs, Marc Lourec et de Jacquette Talouarn, dont du puits à guérite qui se trouve dans la cours du logisOUREC ET I TALOUARN SA FEMME 1807 ». Il s'agit de Marc Lourec et de Jacqun

Marc Lourec et Jacquette Talouarn reconvertissent le manoir en ferme tout en conservant son architecture. La porte d'entrée à arc plein cintre, sommée d'un blason muet atteste de l'ancienneté des lieux tout comme la porte à arc brisé de la grange ainsi que les baies à meneau et traverse. Le manoir a cependant perdu sa tour d'escleir hors oeuvre encore visible sur le cadastre de 1834.

Période(s) Principale : 15e siècle
Secondaire : 19e siècle

Le manoir, orienté Sud-Est, présente un plan en L composé : du logis et de deux dépendances qui forment un alignement d'une quarantaine de mètres ainsi que d'une courte aile avant composée d'un garage moderne en parpaing. L'ensemble est disposé autour d'une cour et est construit en moellon de schiste avec encadrements de baies en granite pour le logis et/ou en schiste bleu-vert pour la grange et l'étable.

Le logis du manoir de plan rectangulaire comprend un rez-de-chaussée surùmonté d'un étage carré. La façade arrière est percée d'ouvertures anciennes à linteau à accolades, meneaux et traverses, appuis saillants et cavet, qui se retrouvent également sur le pignon est

La tour d'escalier demi-hors-œuvre encore présente sur le mur Sud du logis en 1834 à été remplacée par deux baies à linteau et/ou appuis en ciment. Une troisième a été ajoutée au même moment au-dessus de la porte d'entrée à arc plein cintre surmontée d'un blason muet.

Le puits guérite de type trégorrois, au milieu de la cour du manoir possède une ouverture en arc segmentaire, un fronton triangulaire à crossettes. Il conserve sa logique d'utilisation d'origine avec ses deux reposoirs à seaux ainsi que la goulotte qui servait à verser l'eau dans l'auge, encore en place

Murs schiste moellon
Toit ardoise, ciment amiante en couverture
Plans plan régulier en L
Étages 1 étage carré

Annexes

  • La seigneurie de La Salle et ses droits de prééminences dans l'église paroissiale Saint-Mérin (Lanmérin)

    « En 1649, la seigneurie de La Salle a des droits de prééminences dans l'église paroissiale matérialisés par : « quatre pierres tombales deux d'iceux au marchepied du grand autel où sont gravées les armes dudit lieu de La Salle et les deux autres au côté de l'évangile sur lesquelles il y a un escabeau et accoudoir avec un écusson dans la grande vitre de la dite maison de La Salle et deux autres écussons aux deux pierres qui soutiennent l'image (lire statue) de Notre Dame et de saint Mérin, trois autre pierres tombales au bas chœur de la dite église ». En 1661 et en 1672, les droits de prééminences de la seigneurie de La Salle dans l'église paroissiale sont identiques ».

    Extrait de MARJOU Jean-Yves., Histoire de Lanmérin., in Association pour la Recherche et la Sauvegarde des Sites Archéologiques du Trégor - ARSSAT. Lannion, Impressions Lannion, 2015, pp. 157-175., p. 165. (citation utilisée dans l'extrait issue des AD 22 G266).

  • Transmission de la Salle

    Lors de la Réformation des fouages de Tréguier de 1426, réalisée en Lanmérin en 1437, seul un noble est mentionné au sein de cette dernière paroisse : Huon de LA SALLE, propriétaire du manoir de La Salle et de la métairie noble de Kertanguy alors exploitée par le métayer Thomas Olivier.

    Quelques décennies plus tard, à la "montre" (réunion de tous les hommes d'armes) de Tréguier de 1481, Huon de LA SALLE comparaît armé d'une vouge et porteur d'une brigandine avec 10 livres de revenu. Cela fait de lui un membre de la noblesse pauvre de l'évêché de Tréguier.

    En 1602, la seigneurie de La Salle passe entre les mains de Pierre Le Lagadec et de son épouse Jeanne La Marant. En 1649 elle appartient à Vincent Le Chevoir et Louise Le Lagadec sa compagne puis, en 1661, Marguerite Le Lagadec en hérite. Au décès de cette dernière, en 1672, les biens de la famille de La Salle sont transmis par succession collatérale à François du Coskaer. À cette date, selon des documents issus des archives départementales (G266), la seigneurie de La Salle comprend le manoir de la Salle avec four , un petit oratoire dans le grand jardin, la métairie noble de Kertanguy avec un fournil , la chapelle de La Salle et la petite maison qui se trouve à côté, des droits de prééminences dans l'église paroissiale , le moulin dudit lieu de La Salle qui était autrefois nommé le moulin de Guinam, Convenant Kerambellec, etc.

    Selon Jean-Yves MARJOU dans l'ARSSAT 2015 : « En 1777, le lieu noble de Kertanguy et un grand nombre de convenant et de pièces de terre dans la paroisse de Lanmérin sont dans la seigneurie de Trévenou-Kerlastre, entre les mains de Louis Françoise de Rosmar qui rend aveu pour ces domaines à messire Olivier Jégou de Kervilliou, évêque et comte de Tréguier, à cause de son fief des Régaires ».

    Pendant la Révolution, le lieu noble de Kertanguy est saisi sur François-Michel de Trogoff de Boisguehenec (noble émigré) et est vendu à Yves Derrien et Pierre Roux le 8 avril 1799.

    Les états de section de 1834 confirment que le propriétaire du manoir de La Salle (parcelle 487) est bien Marc Lourec et qu'il a également en sa possession un grand nombre de terres dont :

    - Une parcelle de labour dite « parc an prat » (parcelle 482), une autre dite « lior Julah » (parcelle 489) et le pré de la Salle (parcelle 483) qui longent la route principale qui mène à l'avenue du manoir. Ces trois parcelles forment une large bande de champs qui, du temps où les bocages proliféraient, devaient empêcher tout regard d'atteindre le manoir depuis la route. En 1950, le bocage était encore partiellement présent mais de nos jours, la vue au travers ces parcelles est totalement dégagée.

    - Une avenue longée par les bocages (parcelle 484) qui permet d'accéder, depuis le manoir, à la route principale qui relie la commune de Rospez au bourg de Lanmérin. Sur cette dernière se trouve notamment la chapelle Saint-Jérôme de La Salle (parcelle 112) que 600 mètres séparent du manoir. L'emplacement de la chapelle, en dehors de l'enclos du manoir, indique qu'elle n'a pas été conçu pour être utilisée exclusivement par les seigneurs mais que les habitants de la frairie peuvent également en jouir. En 1834, elle est la propriété de la commune de Lanmérin.

    - Le jardin du manoir qui se trouve au Nord et à l'Est de celui-ci (parcelle 488)

    Concernant le moulin à eau qui dépendait auparavant de la seigneurie de La Salle (détourner l'eau est un droit seigneurial) ; les états de section indiquent qu'il a été vendu au début du 19e siècle à Joseph Hamon. En plus des bâtiments (parcelles 513 et 514) il possède également les jardins qui les entourent (parcelles 512 et 515), l'étang de retenue (parcelle 511) et la pâture qui la longe (parcelle 583). Ainsi, l'ensemble garde sa cohérence et reste en activité jusqu'en 1859. Aujourd'hui le moulin est en ruines et envahit par la végétation.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Série 3P 115/2. États de section de la commune de Lanmérin, 1834.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P 115/2
Documents figurés
  • Série 3 P. Fonds du cadastre ancien. Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Lanmérin, 1834.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3 P 110
Bibliographie
  • POL POTIER DE COURCY. Nobiliaire et armorial de Bretagne. Joseph Floch Editeur, Mayenne, 1970.

Périodiques
  • MARJOU Jean-Yves., Histoire de Lanmérin., in Association pour la Recherche et la Sauvegarde des Sites Archéologiques du Trégor - ARSSAT. Lannion, Impressions Lannion, 2015, pp. 157-175.