Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le patrimoine balnéaire de la communauté de communes de Crozon

Dossier IA29005023 réalisé en 2011

Fiche

Voir

Aires d'études Parc Naturel Régional d'Armorique
Dénominations maison, hôtel de voyageurs

Le patrimoine balnéaire inclut les maisons de villégiature et les hôtels de voyageurs. Sur les 93 éléments repérés de ce patrimoine, 58 ont fait l'objet d'un dossier. Le nombre élevé d'oeuvres étudiées s'explique par la qualité des architectures, leur bonne authenticité et leur intérêt sur le plan social et historique. Il arrive que la frontière entre architecture balnéaire et pavillonnaire ne soit pas facile à déterminer, la seconde s'étant inspirée de la première. La situation des maisons par rapport au bord de mer constitue un critère d'identification en faveur de telle ou telle catégorie ainsi que la présence ou non d'espaces de transition entre l'extérieur et l'intérieur (balcon, terrasse, loggia, véranda, bow-window). Ainsi le chiffre avancé de 93 édifices repérés appartenant au patrimoine balnéaire est indicatif et n'a pas de valeur absolue.

Définition Le patrimoine balnéaire est né, au 19e siècle, de la pratique de séjours plus ou moins longs au bord de la mer. Cette nouvelle forme de villégiature donne naissance à de nouvelles pratiques sociales ainsi qu'à des formes et des modes d'habitat spécifiques qui se caractérisent par un répertoire architectural varié qu'on appelle le style balnéaire et dont les sources d'inspiration sont très diverses, empruntant à différents lieux et périodes. Du néogothique au néo Louis XIII en passant par le goût pour l'orientalisme ou encore le régionalisme, ces sources d'inspiration participent d'un goût pour le pittoresque. Cette recherche stylistique s'accompagne d'une nouvelle façon d'habiter où la vue sur mer est privilégiée et où les pièces sont organisées en fonction de cette priorité.

Si quelques villas et hôtels isolées investissent le littoral, la plupart sont regroupés au sein d'une station balnéaire, forme urbaine inédite construite sur un espace vierge, à l'écart de la population de pêcheurs et en périphérie de la ville existante.

Naissance de la station balnéaire de Morgat et débuts de la villégiature sur la presqu'île de Crozon

Dès le début du 19e siècle, le pittoresque de la presqu'île attire les visiteurs, l'accès étant facilité par la liaison maritime avec Brest, via le port du Fret situé au nord de Crozon. Cependant, la villégiature de bords de mer ne s'y développe pas véritablement avant la fin des années 1880. Sur le port de Landévennec, la villa construite en 1876, d'après les plans de l'architecte Abel Chabal, est probablement la première du genre sur le territoire. A cette exception près, il faut attendre la création de la station balnéaire de Morgat, en 1884, pour voir apparaître les premiers exemples d'architecture balnéaire : villas et hôtels de voyageurs.

Particularités de la station balnéaire de Morgat

Une création tardive

Comparée à d'autres stations bretonnes de la côte d'Emeraude nées sous le Second Empire (Dinard, Paramé, Saint-Malo) ou de stations normandes (Trouville et de Dieppe) apparues dès 1830, Morgat est une création tardive, d'autant plus que son plein essor n'a lieu qu'après la Première Guerre mondiale. L'enclavement de la presqu'île explique pour partie le développement tardif de la villégiature sur le territoire. Venant de Paris ou de Brest la voie de terre est beaucoup trop longue : l'absence de pont sur l'Aulne et à l'embouchure de l'Elorn implique de faire un grand détour par Landerneau, Le Faou, Châteaulin. La liaison ferroviaire n'est créée qu'en 1923. Paradoxalement, cette situation géographique n'est pas étrangère au succès de la presqu'île : son isolement et son abord par la mer ont préservé ses paysages des bouleversements sociaux et techniques de la seconde moitié du 19e siècle.

Une communauté choisie L'originalité de Morgat tient à la personnalité de son fondateur, l'industriel franc-comtois Armand Peugeot. A l'origine, la station n'est pas destinée à être ouverte au tourisme et aux loisirs mais à une communauté choisie qui gravite autour des Peugeot : une bourgeoisie d'affaire que rapproche la fortune, la religion et le mode de vie. Ce choix explique l'absence de casinos, de centres commerciaux, de cafés et de palaces communs à beaucoup d'autres stations balnéaires.

Une architecture homogène Désireux de créer une homogénéité de style dans sa station, Armand Peugeot surveille l'implantation, l'aspect et la destination des constructions envisagées dans son lotissement. Il ne veut pas en faire un vaste parc d'attraction constitué d'une multitude d'architectures et de décors surprenants. La villa Ker ar Bruck, sorte de chalet métallique démontable, est la seule « curiosité » de Morgat. Villas et hôtels de la première période (1884-1908) présentent des façades enduites et sobres, dépourvues d'ornementation. Selon une typologie récurrente à l'époque, les villas possèdent un avant-corps sur la façade principale, des élévations ordonnancées à travées, et pour les plus ambitieuses d'entre elles une tour d´escalier carrée. Certaines ont des toits légèrement débordants et à demi-croupe. Une étude plus approfondie permettrait peut-être de connaître les architectes et entrepreneurs qui ont oeuvré durant cette période. L'architecte brestois Abel Chabal fait exception ; ses quelques belles villas aux lignes épurées et modernes se démarquent de ce premier ensemble d'habitations de villégiature (Bellevue, Les Ajoncs, Ker an Eol...)

Très vite Armand Peugeot s'attache les services de Gaston Chabal, fils du précédent, qui devient l'architecte quasi exclusif de la station et ouvre la seconde période de construction. Son nom reste lié au patrimoine balnéaire de Morgat avec une quarantaine de villas et deux hôtels à son actif, construits principalement entre 1908 et la fin des années 1930. La stabilité de la commande, concentrée dans l´espace et le temps, a permis à cet architecte de créer une oeuvre forte et cohérente, hors des sentiers battus.

L'oeuvre de Gaston Chabal Le patrimoine balnéaire de la presqu'île est indissociablement lié à Morgat et à l´oeuvre de Gaston Chabal. Ses villas sont aisément reconnaissables. Leur conception repose sur un savant mélange de plusieurs influences : le néo-régionalisme qui se caractérise chez lui par l'utilisation de matériaux locaux (le grès, la microdiorite quartzique, l'ardoise) et des emprunts aux formes régionales (maison à avancée, toit à pignon découvert) ; son goût pour l'esthétique pittoresque anglaise qui le conduit à utiliser un répertoire décoratif historique issu de l'architecture bretonne des 16e et 17e siècles (fenêtres d'angle, portes cintrées, lucarnes à frontons, tour d'escalier circulaire, corniches à modillons, etc.) ; l'influence de l'art nouveau puis de l'art déco.

Les bow-windows, vérandas, terrasses abritées, entrées formant porche sont également empruntés à l'Angleterre pour créer des espaces de transition entre l'extérieur et l'intérieur chers à l´architecture balnéaire.

L'architecture balnéaire en dehors de Morgat

Si la villégiature pratiquée sur la presqu'île reste majoritairement cantonnée à Morgat et à sa périphérie, quelques villas ont été construites isolément ou à l'abri d'autres ports, secondées par des hôtels de voyageurs. Curieusement, les Chabal sont très peu intervenus en dehors de Morgat.

A Landévénnec, la douzaine de maisons de villégiature construite aux abords de Port-Maria et de Route Neuve forme un ensemble hétéroclite particulièrement original. Première du genre, la villa conçue en 1876 par Abel Chabal pour Alexis Crouan (élu municipal de Landévennec) demeure une référence. Construite sur le port, cette villa est exceptionnelle tant par la qualité de son architecture, notamment de sa toiture, que par son aménagement intérieur et ses abords (jardin, portail d'entrée, remise).

Les autres maisons de villégiature construites dans les années 1930 font preuve d'une certaine audace architecturale telle la villa Ty Men avec son curieux toit à longs pans brisés et pignons découverts, réalisée par l´entreprise Cornec de Châteaulin ou encore la villa Kermor construite par l´entreprise Morvan du Faou dont le pignon sur rue présente une avancée. La maison en forme de cube d'Albert Cortellari, architecte brestois de la reconstruction, contribue à cette recherche de nouvelles formes architecturales.

Au Fret, quelques habitations de villégiature sont construites le long du petit front de mer et à l'entrée du port. L'architecte Travers de Caen y a réalisé la villa Kermaric avec ses faux pans de bois qui donnent un caractère néonormand à la maison. La villa Joncourt est la seule réalisée sur les plans de Gaston Chabal.

D'autres particuliers ont choisi la grandeur de sites isolés, battus par les vents, à l'image de la villa Trez Bellec (Telgruc-sur-Mer), de la villa Raguénez (Crozon), du Moulin au chat (Crozon), de Postollonec (Crozon) ou des cinq villas édifiées sur la crête de Pen Hat pour la colonie d'artistes de Camaret-sur-Mer. Le bombardement du spectaculaire hôtel du roi d'Ys situé en bordure de la plage de Telgruc-sur-Mer, a mis un terme aux premières tentatives de villégiature de cette commune.

L'influence de l'architecture balnéaire sur l´architecture pavillonnaire et ferroviaire

Le style balnéaire semble avoir influencé les maisons construites au début du 20e siècle à la périphérie des bourgs de Telgruc (route de la plage), de Camaret, de Crozon et de Morgat. Avant-corps formant pignon, bow-windows, terrasse, toit débordant avec charpente apparente et demi-croupe sont autant d'éléments architecturaux caractéristiques des maisons de villégiature, réinvestis dans l'architecture pavillonnaire. Le style néo-régionaliste véhiculé par l'architecture balnéaire trouve également un écho dans l'architecture ferroviaire de la presqu'île avec ses gares aux toits pentus, ses pignons découverts, ses hautes souches de cheminées et l'utilisation de matériaux locaux.

Conclusion

Le patrimoine balnéaire fait partie de l'identité de la presqu'île dont il constitue l'une des nombreuses facettes. La station de Morgat a largement contribué à l'image de villégiature et de tourisme qui est associée au territoire depuis la fin du 19e siècle.

Mais si Morgat occupe une place centrale dans ce patrimoine balnéaire en concentrant la majeure partie des constructions et des hôtels, d'autres lieux ont attiré une petite villégiature de bord de mer comme Landévennec, Le Fret, Camaret et Telgruc. Chacun de ces lieux est porteur d'une identité propre : Morgat est associé à l'architecte Gaston Chabal et au cercle des Peugeot, Camaret à la colonie d'artistes qui gravite autour de Saint-Pol-Roux et Gustave Toudouze, Landévennec aux charmes discrets des son port, Telgruc à la beauté sauvage de sa côte, Le Fret à la vie intense de son port de transit entre Brest et la presqu'île. Tous ont contribué à la vocation touristique de cette extrémité occidentale de la Bretagne, affirmée par la création de la ligne de chemin de fer Châteaulin-Camaret en 1923.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Décompte des œuvres repérés 93
étudiés 58

Annexes

  • 20102911433NUCB : Collection particulière

    20102911435NUCB : Collection particulière

    20092906183VAB : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Finistère, Carte postale : CROZON 6202.

    20092906184VAB : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Finistère, Carte postale : CROZON 6203.

    20092906192VAB : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Finistère, Carte postale : CROZON 6211.

    20092906193VAB : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Finistère, Carte postale : CROZON 6214.

    20092906195VAB : Service départemental de l'architecture et du patrimoine du Finistère, Carte postale : CROZON 6216.

    20102911431NUCB : Archives minicipales de Brest

    20102911425NUCB : Archives minicipales de Brest

    20102911443NUCB : Archives minicipales de Brest

    20102911428NUCB : Archives minicipales de Brest

    20102911432NUCB : Archives minicipales de Brest

    20112905727NUCAB : Collection particulière

    20042905527NUCB : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 6 Fi CAMARET-SUR-MER 06.

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives municipales de Brest. Série 7 S. Fonds Chabal (non consulté).

  • Service départemental de l'Architecture et du Patrimoine du Finistère. Fonds Villard.

  • Collections particulières de photographies.

Bibliographie
  • BUREL, Marcel, CADIOU, Didier, KERDREUX, Jean-Jacques. La Presqu´île de Crozon. Plomelin : Éditions Palantines, 2008.

  • Collectif (Auteur). La Côte d'Emeraude. La villégiature balnéaire autour de Dinard et Saint-Malo. Inventaire général des monuments et des richesses artistiques de la France, Région Bretagne. Paris : Centre des monuments nationaux : Editions du patrimoine, 2001 (Cahiers du Patrimoine).

  • Collectif (Auteur). Architecture et urbanisme. Villégiature des bords de mer XVIIIe-XXe siècle. Inventaire général du patrimoine culturel. Paris : Centre des monuments nationaux : Editions du patrimoine, 2010 (Collection Patrimoines en perspective).

  • CONSEIL RÉGIONAL DE BRETAGNE. GLAD : Le portail des patrimoines de Bretagne. Le patrimoine maritime culturel en Bretagne (http://patrimoine.region-bretagne.fr).

  • KERSPERN, Michèle. Le Mode balnéaire - Une station : Morgat - Un architecte : Gaston Chabal. Université de Bretagne-Occidentale : Mémoire de M. S. T. Institut de Géoarchitecture, 1985.

  • LE COUEDIC, Daniel. Les architectes et l'idée bretonne, 1904-1945. D' un renouveau des arts à la renaissance d'une identité. Rennes Saint-Brieuc, Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, Archives modernes d'architecture de Bretagne, 1995.

  • VINCENT, Johan. Morgat : et la station balnéaire fut. Apparition et impact de l´activité balnéaire dans la presqu´île de Crozon (mi-XIXe siècle-1939). Dans : Avel Gornog, N° 14, juillet 2006, pp. 2-11.

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Tanguy-Schröer Judith
Judith Tanguy-Schröer , né(e) Tanguy
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
- Maillard Florent - Douard Christel - L'Haridon Erwana - Le Lu Stéphanie